Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 08:02

Philippe FAIT rejoue la même pièce de théâtre, il se contente de banalités, de faussetés et d’approximations.

              Comme vous le savez, la convocation au conseil municipal, me concernant, s’est égarée dans les méandres administratifs. Peu importe, ensemble analysons ce budget de crise covid-19.

              Le budget général de la commune s’élève à 25 500 000€. Il se compose d’une section d’investissement de 7 700 000€ et d’une section de fonctionnement de 17 850 000€.

              L’investissement : Investir permet de préparer l’avenir. Il est dommageable que les inscriptions budgétaires consistent, surtout, à réparer le manque d’entretien des bâtiments communaux et à remettre en état les voiries délaissées depuis de nombreuses années.

              Deux programmes retiennent l’attention, la création d’une aire de jeux au Domaines des Prés. La création d’une nouvelle ludothèque pour l’accueil des 5-6 ans qui permettra de poursuivre une action engagée dans les années 1980.

              Le remboursement de la part en capital des emprunts s’élève à 1 083 000€ en progression par rapport à 2019. Il est financé par un virement obligatoire  de la section de fonctionnement.

              Le financement des opérations est assuré par un recours à l’emprunt de 1 800 000€ et un excédent de fonctionnement capitalisé 990 000€.

             

              Le fonctionnement : Hors résultat reporté, les recettes s’élèvent à 14 900  000€ en diminution de 200 000€ par rapport au CA 2019. Le covid-19 est passé par là, l’incidence sanitaire apparait faible par rapport au scénario catastrophe annoncé.

Les dépenses réelles, 15 100 000€, progressent de 1 200 000€ par rapport au CA 2019.

Les charges de personnel avec 9 000 000€ demeurent la principale dépense.

Chacun le sait, le diable se cache dans le détail ! Notons l’augmentation substantielle de 70 000€   du 012-64131 rémunération du personnel non titulaire à laquelle s’ajoutent les 1300€ du 02-64138 autres indemnités non titulaires. Cette ‘’broutille’’ couvrira, peut-être, la rémunération de la directrice de cabinet.

Autre détail ‘’insolite’’, le compte 65-6531 indemnités des élus progresse de 35% par rapport au CA pour atteindre 217 000€.

              Enfin, la participation communale aux structures annexes et au CCAS  se chiffre 2 071 000€, le covid-19 s’est aussi invité. Ce sujet sera abordé prochainement.

              La structure de ce budget 2020 ne parait pas être à la hauteur de la crise sociale, économique et culturelle qui semble poindre à l’horizon de Septembre. L’intérêt particulier a pris le pas sur l’intérêt général.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 17:11

              Le Maire fait semblant de changer. En réalité, Ph. FAIT n’a pas changé : Il y a chez lui la tentation de s’arroger les pleins pouvoirs et de gérer en catimini. Le jour d’après est comme le jour d’avant, tout est mis en œuvre pour isoler l’opposition en omettant, par exemple, de m’adresser une convocation pour le conseil municipal.

              N’en déplaise au magistrat étaplois la démocratie fonctionne lorsque l’opposition est respectée.

 

 La délibération N°3 : Le vote du compte administratif.

              Le résultat budgétaire général de l’exercice 2020 présente en recette un montant de 17 359 062€ et en dépense une somme de 18 954 177€ soit un déficit global de 1 594 377€ supérieure de 524 745€ du compte administratif 2018.

              Ce déficit est absorbé par le résultat de fonctionnement 2019 (561 112€), le solde reporté de 2018 (3 134 095€), le résultat de la zone artisanale (189 587€) soit un total de 3 884 794€ auquel sera soustrait le solde négatif d’investissement de -1 841 999€ soit un excédent global de 2 042 795€.

             

Le résultat budgétaire comprend deux parties : la section de fonctionnement et la section d’investissement.

La section de fonctionnement présente 14 843 407€ en dépenses et 15 404 519€ en recettes soit un excédent de 561 112€.

Les dépenses importantes de fonctionnement sont les charges de personnel pour 8 746 349€, les charges de gestion courante pour 2 010 672€.

Le diable se cache toujours dans le détail : les charges à caractère général confirment les impulsions de luxe, les dépenses pour fêtes et cérémonies sont passées de 75 018€ en 2018 à 135 042€ en 2019 et les voyages de 3629€ à 6017€.

Le remboursement des intérêts d’emprunts s’élèvent à 316 463€.

Les recettes proviennent essentiellement des impôts et taxes pour un montant de 10 408 201€ et des dotations de l’état pour un montant de 2 582 144€.

 

La section d’investissement présente 4 110 970€ en dépenses et 1 954 543€ en recettes soit un déficit de 2 156 427€ qui sera compensé par les reports des exercices antérieurs.

Ce déficit montre les faiblesses du Maire dans l’exécution du budget autorisé par le conseil municipal.

Le remboursement de la part en capital des emprunts représente 1 050 378€.

 

              Le diable se trouve toujours dans le détail. Par exemple, dans l’état du personnel, l’effectif est passé de 189 personnes en 2018 à 194 personnes au 31 Décembre 2019…  

             

En conclusion, L’analyse du compte administratif 2019 confirme celle du rapport d’observations définitives du 09 Avril 2019 de la chambre régionale des comptes : la solvabilité financière de notre commune mesurée par rapport  à la capacité de désendettement continue de se dégrader.  

Partager cet article
Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 08:45

 L’incommunication de Philippe FAIT permet la désinformation et des abus de pouvoir. Les inconditionnels de l’édile étaplois penseront que mon propos est exagéré, pourtant.

Lors du conseil municipal de ce 10 juin, des délibérations comme le contrat de ville, l’attribution d’aides aux écoles, collèges et lycées, le port de plaisance sont des décisions récurrentes prises par le conseil municipal depuis de nombreuses années. Pour l’anecdote, certaines de ces délibérations ont été prises alors que Philippe FAIT était encore sur les bancs d’école.

De même, Le pavillon bleu, le nettoyage de la baie et le bateau promenade demeurent la poursuite d’actions antérieures.

Dans son édition du 12 juin, la Voix du Nord décrit subtilement l’embauche d’une directrice de cabinet. Sur la forme, Philippe Fait ment sur les réalités de ce recrutement. Sur le fond, la création du cabinet du maire n’était pas d’une nécessité impérieuse au regard de la situation sociale et économique de notre cité. Il est en contradiction avec le rapport de la cour régionale des comptes qui pointe du doigt le dérapage excessif des charges du chapitre 012.

Tout aussi adroitement, dans l’article du 20 Juin, la Voix du Nord décrit l’ostracisme de Philippe fait envers l’opposition. Habilement, le reportage nous permet de découvrir la réalité pusillanime du magistrat étaplois…

Sans vergogne, Philippe Fait s’octroie le taux maximal de l’indemnité auquel il peut prétendre alors que notre ville voit sa population diminuer (10 963 hab. à aujourd’hui).

Le CGCT, article L.2123-20-1 prévoit la rémunération des élus. Cependant, je reste dubitatif ! Philippe Fait pouvait informer simplement le conseil municipal de sa volonté de s’attribuer le taux maximal de l’indemnité, la majorité, aux ordres, aurait approuvé comme seul homme. Mais quand même, Philippe Fait nous rabâche sans arrêt qu’Etaples est une ville pauvre. Comme d’autres magistrats, il aurait pu faire un geste généreux…

Nous l’avons compris, les efforts sont toujours pour les autres.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 14:06

Les Etaplois qui pensaient ou qui espéraient que le monde d'après n'aurait plus rien à voir avec le monde d'avant faisaient fausse route et se nourrissaient de faux espoirs. Le conseil municipal du 10 Juin 2020 a permis de constater que la vie étaploise qui s’est dessinée ce Mercredi soir s'inscrit sous le signe d'une grande continuité.

Après la repentance, l’appétence majoral est de retour… Il était impérieux de délester les journées gargantuesques de l’édile étaplois : Créer le cabinet du Maire !

Naturellement, l’article 110 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 permet à l’autorité territoriale de former son cabinet et recruter un ou plusieurs collaborateurs.

Pour que le recrutement soit possible, il est nécessaire que des crédits soient disponibles au chapitre budgétaire. L’inscription du montant des crédits affectés à ce recrutement doit être soumise à la décision de l’organe délibérant (article 3 du décret n° 87-1004 du 16 décembre 1987 précité).

La très longue litanie de la majorité à la gloire du coach n’a apporté aucune réponse aux interrogations de l’opposition. Monsieur FAIT a refusé de communiquer au conseil municipal le coût global de ce caprice.

Nous avons voté contre cette proposition qui ne respecte pas la légalité. Nous pensons que la mise en place d’un cabinet est un « luxe compte tenu de l’état des finances de la ville ».

Partager cet article
Repost0
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 16:34

                                             Photo Voix du Nord

Photo Voix du Nord

Lors de l’installation du conseil municipal de ce Lundi 25 Mai 2020, les paroles du Maire, nouvellement intronisé, n’étaient pas plus belles que le silence qui s’était installé depuis le début de la séance. Il était inutile de les prononcer.

Mes investigations vous gênent. Mes billets sont le reflet de la réalité que je m’efforce toujours de vérifier avant de publier. Vous n’avez aucun argument qui puisse démontrer le contraire.

Ma seule préoccupation est le respect de l’intérêt général des étaplois et du territoire. Si l’organisation des commissions mise en place fonctionne dans le respect de chacun, et si l’accès de l’ensemble des documents nécessaire au travail de l’opposition est respecté, je saurais le reconnaitre.

L’obsession première qui vous importe est de séduire au risque de vous contredire, vous ne supportez pas la contradiction.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 17:48

Décidément, l’épisode épidémique que nous traversons ne fait guère évoluer les comportements locaux. Les non-dits ignorés et banalisés lors de la précédente mandature, produisent des effets désastreux économiques et sociaux sur tout le territoire et laissent la place aux rancunes.

              A l’heure où la vie reprend, les défis à relever seront nombreux, les individualismes ressortent du bois. Les ‘’basses manœuvres’’ se retrouvent sur les métiers.

              C’est d’abord le Président de la CA2BM qui tire le premier et invite la future assemblée communautaire à s’interroger sur l’avenir : « Il y a une attente de la part de certains élus, je suis à l’écoute et prêt à discuter. » Parmi les sujets qui ont semé la discorde et laissé des traces, il y a bien sûr Opalopolis, mais aussi la collecte des déchets » (VdN du18/05/2020). Le président veut ignorer un autre sujet brulant qui laisse aussi des traces et semer de la chamaille : Les travaux de sauvegarde du trait de côte, le maintien des plages et l’accès aux estuaires indispensables à l’économie touristique ne pourront se réaliser que si le territoire reste uni.

A Etaples, le naturel de l’édile revient au grand galop.

Dans la Voix du Nord du 06 mai 2020, le Maire étaplois annonce une perte de recette et craindre demain. Alors qu’au nez et à la barbe du conseil municipal, il met en place des fonctions claniques comme celles de Directeur Général adjoint et de Directeur de cabinet.

Les décisions doivent être prises au service de l’intérêt général et ne laisser aucune place à l’intérêt particulier.

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 14:38

Que le drapeau soit rouge ou vert sur notre région, Etaples vit son dernier Dimanche sous cloche. La cité attend, avec impatience, le début d’un confinement allégé strictement encadré. Peu importe, soyons, ensemble, preneurs de cette bouffée d’optimisme !

              Ce brin de liberté retrouvé ne doit être la reprise de la vie d’avant. Hier, Samedi, un nouveau cluster s’est déclaré en Dordogne. Nous ne devons pas être effrayés, nous ne sommes pas face à une nouvelle vague scélérate. Nous devons rester vigilants et garder en tête que le virus circule toujours.

A Etaples, que faut-il retenir de ces 55 jours? La générosité des Etaploises et Etaplois ainsi que le respect des règles établies. Par ailleurs, il était inutile d’infantiliser les plus de 65 ans, les familles étaploises ont besoin d’eux. Ils sont une force pour la possible reprise économique.

Le parfait reste encore à inventer, les Etaploises et les Etaplois, lors de ces 55 jours de privation ont fait preuve d’un civisme exemplaire.

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 15:29

La Voix du Nord du 09 Mai 2020

« Parlez-moi de lui » ! Pas besoin de ‘’ses amis’’ pour parler de lui, ‘’l’hyper démocrate étaplois’’ se charge seul de cette mission.

              « La situation n’est pas confortable », les pleurnichardes de ‘’l’hyper démocrate’’ sont grossières. Le ‘’kéké’’ s’accommode et jubile à merveille de l’état d’urgence sanitaire qui donne des pouvoirs exorbitants au maire. Pensez donc, ‘’Je’’ décide, ‘’je’’ verse les subventions, ‘’je’’ monte telle ou telle opération, ‘’j’’édite un hors-série ‘’d’Escale mag’’ distribuer à la vitesse grand V, ‘’j’’offre des masques mais la distribution se fait attendre, la Région a du retard à l’allumage…

 Une situation qui sied à merveille à ‘’l’hyper démocrate jacobin’’

Partager cet article
Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 17:17

Après de longues années de souffrances et de privations, le 08 Mai 1945 apportait la victoire synonyme du droit d’être libre et la liberté d’être des hommes et de femmes.

              Après des journées d’enivrement de liberté, le désenchantement : Il faudra beaucoup d’effort pour se relever de ce cauchemar et reconstruire  la France. La structure de la nation était en jeu, son activité familiale, sociale, économique et politique. Cependant, la  réunion de toutes les volontés permettra à la France de rayonner à nouveau.  

              Après 55 jours de confinement, La cérémonie du 8 Mai 2020 a pris une tournure singulière. Face au monument aux morts étaplois à cause du coronavirus, en cette année qui marque le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme, l’hommage est restreint. La volonté de rassembler toutes les forces vives étaploises pour gagner demain est absente.

              Certes, la situation de ce 8 Mai 2020 n’est pas comparable à celui 1945. Mais, les séquelles de cet abominable ennemi invicible, le covid 19, pénaliseront durablement notre économie locale. Elles impacteront durement les difficultés sociales et financières que connait notre cité.

              Il faudra, ensemble, mettre en place les solutions qui permettront, à tous, de repartir du bon pied. La posture jacobine du magistrat étaplois laisse entrevoir des lendemains qui déchantent.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 09:05

 Chacun d’entre nous le sait, la vertu « hexis proairetikê » selon Aristote semble être absente de la vision politique du magistrat étaplois.

              Dans la Voix du Nord, de ce Jeudi 6 Mai 2020 : « A Etaples, 250 000 euros de recettes en moins dans les caisses à cause du Covid 19 ». Cette photographie est incomplète, elle ne permet pas d’esquisser les conséquences financières de la pandémie sur le budget 2020 de la commune. Il est inutile de faire endosser au Covid 19 toutes les difficultés de gestion que rencontre la commune.

               Les explications du magistrat étaplois recueillies par le journaliste paraissent tronquées et très vagues.

              « Mareis serait l’épine dans le pied de la ville », cette affirmation est détonante ! « Le navire amiral du tourisme» ne peut à lui seul représenter une perte aussi importante. Les seuls chiffres sincères que nous possédons sont ceux du compte administratif 2018. Le CA 2019 n’ayant pas été soumis à l’approbation du conseil municipal.

              En 2018, Les recettes ‘’Mareis’’ hors participation communale s’élèvaient à 366 000 euros, elles ne couvrent pas les dépenses qui s’élèvent 551 000€. Une participation de la commune est nécessaire pour assurer l’équilibre budgétaire du centre. Cette situation  récurrente perdure depuis la création de Mareis : elle a fait couler beaucoup d’encre.

              A recettes constantes, la fermeture de Mareis dû au covid 19 représentera, au 11 Mai 2020, une perte de 62 200 euros…

              Inutile de créer l’affolement dans les chaumières, le budget communal, restructuré, peut faire face. Tournons-nous vers l’avenir avec optimisme !

Partager cet article
Repost0