Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2018 6 31 /03 /mars /2018 11:53

Sans la fête à la coquille, peut-être que...

...La réparation de l'embarcadère serait toujours en attente... 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 15:23

Pourtant, l’eau n’était pas de l'eau ferru ferrugineuse ! Mais les conseillers communautaires de la majorité étaploise ont été indisposés ; Ils ont quitté la séance plénière après le vote de la Délégation de Service Publique de l’assainissement (DSP).

KEZAKO ?

            Les élus étaient appelés à se prononcer sur la passation du contrat de DSP de l’assainissement collectif.

POURQUOI ? 

            Les DSP en cours des anciennes collectivités (Traitement et collecte pour le SIVOM de la région d’Etaples, collecte pour la commune d’Etaples) arrivent à échéance le 31 Mars 2018. Dans le cadre d’un lissage des prix sur l’ensemble du territoire de la CA2BM, il était nécessaire de relancer une consultation unique en intégrant la gestion du système d’assainissement de Montreuil.

 

QUI ?

            IKOS HYDRA et VEOLIA ont déposé chacun un dossier.

            VEOLIA ayant fait le plus d’effort en termes financiers, sa proposition a été retenue par la Commission d’appel d’offres.

RESULTAT ?

            Le président et la CAO proposent à l’assemblée :

Ø  D’approuver le choix de VEOLIA comme délégataire pour une durée de douze ans avec une fin de contrat au 31 Décembre 2019.

Ø  De retenir la proposition N°1 sur le secteur d’Etaples, approuvée en date du 01 Mars 2018 par les membres du bureau à savoir : Partie fixe à 15€/an et Partie variable à 1,00018€Ht HT.

 

EXEMPLE :

            Un foyer consommant 20 m3/an paiera en 2018 un montant de 117,70€ HT au lieu de 108,72€/an en 2017. L’écart est de plus 8,98€/an.

 

            Un foyer consommant 60 m3/an paiera en 2018 un montant de 249,22€ au lieu de 250,68€/an en 2017. L’écart est de moins 1,46€/an.

 

            TOUS Les représentants étaplois souhaitaient que les foyers de faibles consommations (10, 20, 30, 40 et 50 m3) ne subissent aucune augmentation.

             Le conseil communautaire a approuvé la DSP par une abstention, 14 contre et 70 pour.

 

Ci-après le texte de mon intervention :

 Une consultation unique pour la collecte et le traitement des eaux usées parait être un pas vers la solidarité communautaire qu’il est impossible de mesurer sans la connaissance des anciennes exploitations.

Il semble que la DSP qui est soumise au vote de notre assemblée n’épouse pas le sens de l’histoire. La taxation qui est proposée n’encourage pas l’économie de la consommation d’eau.

Le prix du m3 assaini comprend 3 termes :

Ø  La part du fermier.

Ø  La part intercommunale.

Ø  La part des organismes publics sur laquelle l’assemblée ne dispose d’aucun pouvoir.

Le contrôle de la CA2BM s’exerce sur deux éléments, sans la connaissance de ceux-ci, il est impossible de mesurer l’impact sur la facturation future.

 

            Concernant la commune d’Etaples, la part fixe de 15€, qui est proposée, est nouvelle. Ce terme aura obligatoirement une incidence sur le montant de la facture.

 

            Après négociation, la part de l’exploitant passe de 1,2679€ à 1,0018€ soit une remise 0,2661€/m3 ». Cette largesse apparente du concessionnaire sera vite compensée par la formule d’indexation prévue à l’article 47.2 du contrat.  Pour information, le coût de collecte au 1er semestre 2017 était de 0,59€/m3, au second semestre de la même année le coût 0,7360€/m3 soit + 0,146€/m3.

Cette part variable unique ne permet pas d’encourager les faibles consommations !

 

A Etaples, la consommation moyenne par foyer est de 91 m3/an.

 

Parmi les 5260 foyers desservis, 3787 verront leur facture plus ou moins majorée, en particulier, les consommateurs de 20 à 50 m3/an qui, pour la plupart, sont des foyers de 1, 2 et 4/5 personnes. L’augmentation sera subie par les personnes seules, les veuves les retraités à faible revenu ainsi que les ménages de 2 ou 3 enfants.

 Sans la connaissance de la part intercommunale je voterai contre la DSP que vous nous proposez.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 08:21

L’instance départementale met les points sur les i.

            Les terre-pleins continuent leur mue. La commune d’Etaples, comme tend à le faire croire le magistrat étaplois, ne participe pas à l’aménagement et au financement du projet.  

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 11:46

Un service évènementiel conséquent permet de satisfaire une surexposition et une sur-médiatisation des moindres fadaises de la majorité.

Le « Ville d’Etaples » sera bientôt remplacé…

… Par le « Baie de Canche ». Cette vedette à passagers de 14 m de long, prévue pour embarquer 54 passagers, devrait rejoindre son port d’attache avant la fin Mars.

 

Photo : les échos du Touquet du 21 Février 2018.

 

Le lancement d’un navire est un mélange d’espoir et d’inquiétude :

L’espoir : Imaginer que ce nouvel outil devienne l’emblème du renouveau économique et touristique de notre commune.   

            L’inquiétude : Les coûts de fonctionnement. Aujourd’hui, le budget de l’office s’équilibre par le versement d’une participation communale de 348 175€. Cette nouvelle vedette à passagers se traduira-t-elle par une augmentation des recettes qui permettrait de couvrir les coûts d’exploitation et les remboursements d’annuité des emprunts ?

Depuis Septembre 2017, l’accès au ponton pêche, propriété du Département est inaccessible. Cette passerelle permettait l’embarquement des passagers.  

Pour Le Maire, le conseil Général doit réparer. Sur le fond, le ponton pêche n’a plus d’utilité, l’institut départementale pourrait procéder à son démantèlement ou suggérer une prise en charge de l’installation par la commune.

 

Le Maire a décidé que l’embarquement des passagers se ferait au port de plaisance…  Drôle de décision, les pontons ne sont pas adaptés à la fonction d’embarcadère à passagers.

 

Autre difficulté : Les courants peuvent atteindre 5 à 6 nœuds en fonction des vents et des marées, la zone d’évitage doit être suffisante pour abattre et ne pas être drossé à terre.  

            Le « Baie de Canche » devra nécessairement éviter afin de changer de cap. La conception des pontons ne permet pas à la vedette de manœuvrer en s’embossant sur le coffre pour éviter.  

            L’accessibilité des passagers et la zone de manœuvre du bateau ne semblent pas respecter les normes de sécurité. La décision du maire ne parait pas avoir été très réfléchie.

Partager cet article
Repost0
20 février 2018 2 20 /02 /février /2018 10:38

Le débat d’orientation budgétaire 2018 restera le Kilomètre 0 des illusionnistes de la majorité du conseil municipal étaplois. L’évidence, enfin, se révèle : La majorité a quelques embrouilles budgétaires de son propre fait.

           

Elle développe les grandes manœuvres, pardon les grands travaux pour tenter de masquer ses erreurs. Les grandes réalisations sont de la réhabilitation lourde de bâtiments qui ont été abandonnés par les majorités successives et d’une requalification de voirie délaissée au profit de l’extension du périmètre urbain.

 Sur le fond, je suis favorable pour ces travaux de sauvegarde de notre patrimoine bâti. Sur la forme, je ne m’accommode pas de la façon de faire : Je ne cautionne pas la précipitation et l’empressement qui dévalorisent l’investissement public.

           

L’obsession de l’édile étaplois : Dupliquer Le Touquet et l’île singulière : Sète.

 

La rue Maurice Raphael est concernée par l’aménagement des chaussées partagées.

 

« Créer des zones partagées dans l’esprit du Touquet » (VdN du 23/12/2017). Notre cité n’est ni le Touquet, ni Sète ! Elle a sa propre authenticité. Décréter 2 millions de travaux sans une étude urbanistique de ces quartiers est une digression dont l’objectif pourrait devenir une nuisance pour le commerce.

Ce projet est incomplet financièrement. Les coûts de remise en état des réseaux (eau-assainissement-électrique) ne sont pas connus.

 

Le Centre Nautique de la Canche (CNC)

 

Une enveloppe de 800 000€ pour la réhabilitation et la mise aux normes des locaux du Centre Nautique de la Canche est certainement appropriée. Cependant, cette dépense onéreuse m’apparait comme un cataplasme sur une jambe de bois.

Le CNC est une école de voile qui devrait être la référence du nautisme en Haut de France. Elle doit faire l’objet d’un programme comprenant le bâtiment, la cale de mise à l’eau et le traitement de l’environnement.

Il me semble que le 1er magistrat montre peu d’intérêt aux sports nautiques, sa seule préoccupation : imiter la base nord de la rive gauche de la Canche en implantant un restaurant.

 

Le signal du quartier : La salle de la Pyramide.

 

              511 000€ seront nécessaires pour la requalification du bâtiment dont l’utilisation future reste floue.  

 

            Ces deux réalisations pourraient devenir les maillons d’avenir et structurant pour notre commune. Mais, il manque l’ambition et une part de rêve…

Partager cet article
Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 19:47

Le show, et après…

                                 Un petit tour de manège et puis s’en va…. Après, 

               Aucun équipement n’a été envisagé pour le remisage des voiturettes.

            Une dépense de 8000 euros qui était s’en doute nécessaire. Mais, comme souvent, cette majorité confond vitesse et précipitation.

 Cet empressement se retrouve avec la commande du bateau à passagers. Le navire connaitra prochainement son port d’attache… La passerelle à passagers est toujours inutilisable ! Qui doit payer la remise en état de cet outillage portuaire ?

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 12:19

Lors du conseil consacré au débat d’orientation budgétaire du 12 Février, il régnait une ambiance bizarre. La majorité semblait troublée, déconfite et gênée. Elle apparaissait tétanisée, incapable de réagir à la réalité : à la renverse du mandat, l’héritage n’était pas aussi funeste que les aboiements fréquents voulaient nous faire croire !  

             Le débat d’orientation budgétaire permet au conseil municipal de disposer d’une image de l’environnement juridique et financier de notre collectivité. Au vu du panorama qui nous a été dépeint, une conclusion s’impose : la situation financière de la commune s’est aggravée…

Une fois n’est pas coutume, permettez-moi de remercier les services pour la clarté du document qui nous a été fourni. Mieux vaut tard que jamais…

A côté des "tout va bien" et "tout va mal", qui sont des appréciations subjectives. Il existe la méthode utilisée par l'Administration, à base de ratios et de seuils d'alerte pour analyser la santé financière des communes qui sont incontestables.

Le constat est lumineux : Les orientations budgétaires proposées ne permettent pas de modifier la structure des budgets et d’améliorer la situation économique et sociale de la commune.  

La projection 2018 aggrave la situation. Le taux de rigidité devrait atteindre 66%, il a progressé de 5 points depuis 2013. Largement au dessus du seuil d’alerte qui se situe entre 45 et 50%.    

L’économie française reprend des couleurs, mais, le chômage demeure un fléau. Etaples est particulièrement touché.

Cette situation explique, peut-être, les 950 000€ en direction du CCAS.  Pour mémoire, en 2013, cette contribution était de 740 000€… Elle progresse de 28% entre 2013 et 2017.

Les taux des taxes locales resteront inchangés. Notons, qu’aujourd’hui le taux de la taxe d’habitation communale de 18,89% est supérieur à la moyenne de la strate qui est de 16,61%. N’en déplaise à la majorité, depuis 2013 aucune action n’a été entreprise pour réduire cet écart. Celui-ci ne sera bientôt plus qu’un souvenir, la taxe d’habitation va disparaître pour plus de 91% des foyers étaplois en 2020. En 2018, 4288 sur 4630 foyers bénéficieront de l’exonération de la taxe d’habitation.

 Le niveau élevé de l’exonération en dit long sur la pauvreté économique de la commune. En 2017, 1115 foyers bénéficiaient déjà d’une exonération…  

En 2018, les dotations de l’état se maintiennent au niveau de 2017. Notre commune n’a pas été impactée par les baisses successives de la DGF qui étaient compensées par une augmentation de la dotation de solidarité urbaine. Preuve complémentaire que la commune est durement touchée socialement.

 

De 2013 à 2016, L’annuité de la dette a diminué, elle représente 10,46% des produits de fonctionnement supérieur à la moyenne de la strate. Le capital dû demeure constant (11 755 738€ en 2013 - 11 288 439€ au 1er janvier 2018).

Le recours à l’emprunt, pour investir, est nécessaire, l’épargne nette est toujours insuffisante. La trajectoire de désendettement reste peu vraisemblable à moyen terme.

Votre proposez une enveloppe de travaux de 2 393 000€ dont 448 000€ déjà engagés pour le gros entretien de bâtiments et de travaux de voirie. 335 000€ sont affectés à l’entretien et à la rénovation du patrimoine.

L’interrogation porte sur les 1 720 000€ d’investissements réels (CNC, Pôle gare, travaux de voirie en centre ville) qui sont nécessaires mais ils apparaissent incomplets, mal ficelés. Pour ces travaux, les réseaux d’eau et d’assainissement sont concernés, Il serait nécessaire de connaître les coûts des ouvrages qui seront réalisés par la CA2BM ainsi que l’incidence sur les redevances de l’eau et de l’assainissement payée par les Etaplois.

 

Lorsque le sujet des ressources humaines est évoqué, la majorité pointe du doigt l’héritage. En 2013, l’effectif était 269 personnes. En 2017, il est de 276… Pour 2018, l’estimation des dépenses de personnel est de 8 900 000€ (+7% par rapport à 2013).

J’imagine que la hausse prévisionnelle reprend les + 186 000€ du chapitre 012 que vous signalez, les charges transférées de la CA2BM (216 000€) qui sont totalement financées par l’augmentation de l’attribution de compensation, la mise en place du RIFSEEP évaluée 70 000€ ; A ce propos je rappelle qu’il appartient à notre assemblée de voter l’enveloppe budgétaire et de fixer les règles d’évolution de celle-ci.

 

En 2016, les achats et charges externes représentaient 15% des dépenses de fonctionnement soit 6 points inférieurs à la strate. Je m’interroge sur le bon fonctionnement des services dont le nombre de postes est en augmentation. A qui la faute ?

 

Nous sommes à la quatrième année du mandat. Contrairement aux affirmations que vous diffusez, la situation budgétaire et financière de la commune ne s’est pas améliorée. Vous êtes, seul, responsable ! Il est inutile, pour justifier votre gestion, d’incriminer le passé.

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 18:31

Dans son édition du Samedi 03 Février 2018, la Voix du Nord titre : « Opalopolis : une étude pour sortir de l’impasse ».

            Après maintes allégations et tergiversations, les compères des rives de la Canche consentent à reconnaître qu’un aménagement commercial peut être réalisé, à OPALOPOLIS, sur un terrain de 75 000 m2. Depuis 2016, Le projet s’embourbe, selon ses promoteurs, à cause des tracasseries des commerçants d’Etaples et du Touquet et des prétendues rumeurs malintentionnées diffusées dans la presse. 

             L’envasement du développement d’OPALOPOLIS est dû, d’abord et avant tout, au comportement des compères de la baie de Canche. Ils s’imaginent qu’en dissimulant la réalité, ils pourront agir à leur guise.

            OPALOPOLIS pâtit d’un déficit d’image et d’un manque de retombées économiques. Cet espace de développement devrait porter les gènes qualitatifs d’une véritable création d’emplois … Un centre commercial noyé dans un environnement à vocation industriel ne parait pas être le bon signal.

            Aujourd’hui, il faut désembourber les riverains de la baie. Afin de les dédouaner, une étude de 17 000€, pour répertorier les manques, est lancée… Les conclusions conforteront les souhaits des jusqu’au-boutistes. Qu’importe si l’obscur projet de centre commercial accentue la désertification du centre ville étaplois et porte préjudice à l’entreprise située à proximité.

            Pour ou contre le projet ? La question est tout autre.

Actuellement, Ne serait-il pas plus judicieux de permettre aux supermarchés de proximité que sont Leclerc et Carrefour de se développer ? 

            La désertification du centre ville étaplois ne se limite pas à la fermeture de commerces de proximité. Depuis les années 1990, les majorités ont abandonné la restructuration du centre historique au profit de l’étalement urbain. Il suffit de parcourir la commune pour constater la vacance des logements.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 19:07

Depuis trente années, l’aménagement d’Opalopolis est le centre des silences de la communication de ceux qui redoute de perdre le pouvoir. Le motus et bouche cousue fait monter les tensions et mine les relations nécessaires au bon fonctionnement de la démocratie.

Pourtant, la donne a changé… La concertation et la participation aux décisions publiques sont une demande sociale. Elle devrait être la référence dans l’organisation, le fonctionnement du territoire, en particulier au sein de la toute nouvelle communauté d’agglomération, la CA2BM.  

Les citoyens ont besoin d’une parole libérée !

La communication verticale sans une « réelle » concertation est révolue, les enquêtes publiques sont les exutoires des contribuables. Chacun d’entre nous réclame la transparence et un droit à l’information pour tous. La communication devrait être un vecteur de connaissance et de confiance. Il nous faut reconnaitre que localement nous sommes à des années lumières de cette idée.

Opalopolis est le dossier type du manque d’information et des non-dits qui gangrènent le débat.

Fidèle lecteur du quotidien local, la Voix du Nord, cette réflexion s’est imposée après avoir découvert trois articles contradictoires dans l’édition du Samedi 13 Janvier 2018.

La vérité est universelle ! Elle donne l’envie de liberté et d’analyse.

 

 

L’entreprise Valéo est au cœur des préoccupations de l’ensemble de la population du Montreuillois. Lorsque Valéo tousse, c’est tout l’arrondissement qui s’enrhume !

Valéo peut-il s’agrandir à Etaples : Rien ne s’oppose à la construction d’un nouveau bâtiment. Dès 1970, une plateforme avait été aménagée pour la réalisation d’un local qui devait accueillir la fabrication des batteries. Actuellement cette plateforme, située à l’arrière, sert de parking.

Valéo peut-il développer son activité à Etaples : Possible mais exposé…

       Le choix de DUCELLIER, aujourd’hui VALEO, d’implanter l’usine, à Etaples, présentait comme avantage de la situer à l’extérieur du périmètre urbain, une usine à la campagne. La réalisation du ‘’Domaine des Prés’’ et les modifications de la zone d’aménagement d’OPALOPOLIS feront de VALEO une usine dans la ville avec tous les inconvénients qui en découlent.

        L’usine étaploise est une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement en raison des nuisances éventuelles, des risques de pollution ou d’accident qu’elle peut représenter (source : DREAL).  Il existe une tour aéro-réfrigérante, cette installation peut présenter un risque pour les riverains.

       Les nuisances olfactives existent. En fonction des vents, elles peuvent être perçues par les riverains.

       Une zone d’éloignement de 300m entre l’usine et les habitations présentant un risque d’incendie était souhaitée par Valéo.

       L’entreprise demande que le rejet des eaux claires provenant de Valéo vers le Valigot ne soit pas mélangé aux eaux des occupants d’Opalopolis afin de faciliter les contrôles.

            En conclusion de son rapport du 02 Juillet 2010, le commissaire enquêteur émettait un avis favorable assorti de 8 recommandations dont la prise en compte des souhaits de l’entreprise Valéo.

            Les compères des deux rives de la Canche n’ont pas pris en compte les souhaits de Valéo. Demain, ils seront responsables d’un éventuel transfert d’activité de l’entreprise.

      

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 10:38

« Je vais bien », c’est la traduction prometteuse du nom du premier employeur de l’arrondissement de Montreuil sur mer : VALEO.

      En 2009, avec l’arrivée d’un nouveau Directeur Général, VALEO a investi massivement dans la ‘’Recherche et le Développement’’ et en CHINE. Ces choix stratégiques permettent, aujourd’hui, à l’équipementier automobile français d’être leader mondial.  

     En 2017, Valéo est devenu le N°1 des dépôts de brevets dans l’hexagone. Par opposition, l’entreprise emploie plus de salariés en Chine (18 000pers.) qu’en France (15 000pers.).

        Dans la lettre N°21 du 09 Janvier 2018, Insee Hauts de France indique une tendance à la baisse de l’emploi industriel qui corrobore, pour la France en 2018, le creux de croissance annoncé par le Directeur Général de VALEO (source : Le Monde).

      Etaples a le bonheur de posséder sur son territoire un maillon Valéo qu’il faut impérativement sauvegarder.

      En ce début d’année, période propice aux vœux, le développement des activités économiques et l’emploi ont été absents dans les discours des beaux parleurs des rives de la canche. Plus surprenant, le silence sur le devenir d’OPALOPOLIS…

La discrétion sur l’économie des développeurs d’Opalopolis s’apparente à un aveu d’échec. Quant à l’emploi, il est vain d’imaginer que l’implantation d’un hypermarché et de commerces est la panacée à la création d’emplois.

La construction de logements à proximité de l’usine Valéo est un non sens.

       Hypermarché, commerces et logements sur Opalopolis pourraient, sur le long terme, être préjudiciable au développement industriel du site Valéo et détruire de l’emploi sur l’ensemble du bassin.

Partager cet article
Repost0