Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 13:33

Opalopolis était un dossier opaque : Chasse gardée du Président de l’ex-CCMTO et de son vice-président au développement économique, le Maire d’Etaples. Toutes les discussions  avaient lieu, en catimini, en mairie du Touquet.

 L’absence de communications exhaustives, de rapport financier, de rapport d’activité, des négociations en cours et d’acquisitions ont entretenu  la confusion sur la réalité de ce dossier complexe…  

Les conseillers communautaires n’avaient droit qu’à l’unique présentation annuelle du Compte Rendu d'Activité du Concessionnaire. Les explications étaient sommaires et les difficultés parfaitement occultées… Les révélations des conclusions du cabinet LANDOT de ce lundi 18 Novembre 2019 sont un véritable tsunami qui ravage l’unité du conseil d’agglomération.

  Le naufrage financier d’Opalopolis était un secret de polichinelle. Mais… Au royaume des aveugles les borgnes sont rois, au royaume des sourds les malentendants entendent mal !

Alors, avons-nous été chloroformés depuis plus de vingt ans ou avons-nous été séduits par le chant des sirènes qui nous enchantaient avec la vision de 1000 emplois ?

Vrai serpent de mer, Opalopolis était un projet de développement économique de 30 ans, devenu totalement obsolète. Inspiré à l'origine par l'exemple de Sophia Antipolis, technopôle proche de Nice, qui réunit sur un même site des organismes de formation, de recherche, d'innovation et des entreprises high-tech : Son succès est incontestable ! Sa réussite demeure le résultat d'une volonté politique partagée au service du développement d’une agglomération dans l'esprit de la Silicon Valley californienne réputée pour son leadership mondial en matière de traitement des données et de l'information.

Force est de constater que cette volonté commune est absente sur notre côte d’Opale Sud, nous en sommes toujours à la guéguerre des clochers et incapables de réunir nos énergies autour d’un projet commun.

Trop ambitieux, voire utopique pour certains, le projet Opalopolis imaginé sur notre Côte d'Opale s'est transformé en une banale opération d'aménagement urbain réduit à quelques hectares à la périphérie d'Étaples.

Nous sommes bien loin de la vision futuriste qui aurait pu constituer un vecteur de développement compatible avec l'environnement, avec le caractère touristique du site et surtout avec la révolution numérique.

La dernière décennie restera une calamité : Elle n'a donné lieu qu’à des études coûteuses dues à la versatilité de l’exécutif étaplois. Toutes ces tergiversations ont abouti à la création de cellules de bureaux et à l'idée fumeuse du Maire d’Etaples d'implanter un  centre commercial. Le développement économique du projet s'est réduit comme peau de chagrin, malgré un taux de chômage endémique.

La réduction de la fracture sociale et économique du territoire repose sur les 5 acteurs représentatifs de l’économie du territoire : Valeo, L'artisanat, L'agriculture, Le tourisme et La santé.

Nous devons sortir de la nasse dans laquelle nous sommes piégés.

Nous devons concevoir un aménagement de cette zone en concertation avec les cinq acteurs économiques du territoire à partir d’une analyse objective des besoins de développement de chacun.

Que souhaite chacun de ces acteurs ?

Quelles sont leurs priorités ?

Quels aménagements de l'existant ?

Quels projets structurants ?

Avec qui ?

Nous sommes face à un projet qui a échoué. Sans cette démarche de bon sens, ce bazar restera un fiasco !

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 16:17

Le conseil de la CA2BM s’est réuni ce Lundi 18 Novembre 2019. L’ordre du jour : l’avenir d’Opalopolis.

              La présentation du bilan d’activité et financier par Territoires 62 laisse apparaitre déficit d’opération de 9 millions d’Euros et des difficultés de trésorerie à hauteur de 6 000 000€. Pour pallier à l’absence trésorerie, le concessionnaire souhaite contracter un emprunt de 5 000 000€ garanti à 80% par l’agglomération.

              Le cabinet LANDOT et de Fipro consulting, mandaté par le Président de la CA2BM, ont restitué les conclusions de l’analyse juridique et financière. Celles-ci mettent en évidence que le dossier Opalopolis n’était pas « la mine d’or décrite » par le Président de l’ex-CCMTO, mais un molosse aux pieds d’argile.

              A la fin de cette présentation, l’alternative présentée au conseil communautaire se résume à poursuivre ou arrêter. La sortie du contrat est estimée à 14 600 000€. Si la destruction du molosse aux pieds d’argile venait à se confirmer, il faudra beaucoup de temps à la CA2BM pour redresser la situation. Les investissements lourds de l’agglomération, comme par exemple le front de mer de Merlimont, seront compromis.

Puis les spécialistes juridique et financier ont conseillé aux élus de ne pas garantir l’emprunt de 5 millions d’euros. Les conseillers communautaires ont suivi la proposition : ils ont voté contre le cautionnement de cet emprunt.

              Le président, dans ‘’sa grande sagesse’’, a limité le débat : « Inutile de chercher des boucs émissaires ».

              Dès l’origine, le projet Opalopolis, ce molosse aux pieds d’argile, est pensé sur des documents d’urbanisme qui ne permettaient pas sa réalisation. Il faudra attendre la révision du PLU étaplois de 2012 pour que les 12 hectares de la friche WALLON soient constructibles.

              A cet imbroglio, s’empilent les sophismes de l’exécutif étaplois, les silences complices, les recours d’associations de défense, les décisions du tribunal administratif et les avenants à la convention.

De 1990 à 2008, l’ex-CCMTO a autorisé et s’est porté caution solidaire à 80% pour un volume d’emprunts de 16 millions d’euros.

Le constat de 2008 était inquiétant, il devait alerter l’exécutif de l’ex-CCMTO !

Sur les 16 millions d’emprunts, 7 300 000€  sont utilisés pour acquérir les 12 hectares de la friche WALLON et 45 hectares de terre agricole hors périmètre d’Opalopolis afin de constituer une réserve foncière d’échange. Le solde d’emprunts servira de fonds de trésorerie à Territoires 62…

Faute d’une vision claire et réaliste du développement économique du territoire de l’ex-CCMTO, Opalopolis demeure le symbole d’une erreur politique et d’un gâchis d’argent public. Au total, jusqu’à ce jour, 22 518 806€ ont été engagés pour un piètre résultat.

 La vérité sur ce dossier sera très impactant pour les deniers publics.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 18:59

Les 9 et 10 Novembre 2019, l’odeur alléchante du fumet de hareng a flotté sur la cité des pécheurs. Des centaines de personnes ont été séduites par ce parfum : Elles ont envahi le port afin de déguster le hareng grillé ou mariné et s’imprégner de chants de marins et de musique.

 Le poisson bleuté et argenté a perdu sa couronne, il est de moins en moins consommé. La harengade étaploise permet de transmettre un patrimoine qui a fait la richesse de plusieurs générations.

Les gouts des consommateurs ont évolué, le hareng n’est plus très présent sur les étals des poissonniers. Il demeure dans la mémoire des Etaplois comme le signe de l’abondance à forte valeur ajoutée.

Avec l’arrivée des manèges pour la fête de la « Saint Michel », la flottille armait pour la pêche aux harengs jusqu’en Décembre. En cette période, le hareng migre le long des côtes : il était pêché au filet dérivant appelé « ROIS » par les pêcheurs étaplois.  Cette période est révolue.

Face à la coquille « Saint Jacques » très prisée par le consommateur, notre ‘’poisson national’’ fait triste mine. Dans notre cité, il est péché par tradition. Néanmoins, monarque sans couronne, le hareng peut toujours s’inviter à notre table…

Félicitons les « Bons Z’Enfants » et l’armée de bénévoles qui permettent que la tradition harenguière de notre cité perdure.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 09:24

Tout n’est jamais tout gris ou tout noir, la vie est plus complexe. Comme tous  les Etaplois, nous aimons le craquelin, le hareng, le pain perdu ou autres douceurs… Pour autant, nous ne jouons pas les exhibitionnistes à longueur de journée.

Le magistrat étaplois semble atteint du syndrome monarchique. Sous couvert de rappeler les « traditions », il utilise une communication envahissante et des artifices qui frisent le ridicule.

Peut-être que la guignolerie est dans l’odeur du temps. Celle-ci lui permet de remiser les dossiers brulants en dessous de la pile.  

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2019 1 28 /10 /octobre /2019 13:51

Vous le savez ou vous l’imaginez, Opalopolis le dossier structurant du XXème siècle  débouchera -probablement- sur un gâchis d’argent public au XXIème siècle.

              Opalopolis, pouvait-t-il connaitre un dénouement plus glorieux pouvant satisfaire l’intérêt général : Vraisemblablement.

Connaitrons-nous, un jour, les faces cachées de ce dossier ? …

               Et si, le projet de serre géante tropicale avait été présenté au magistrat étaplois, celui-ci aurait-il eu une attitude attentive vis-à-vis des promoteurs ; Se serait-il emparé du dossier.

Je crois, sans l’affirmer, que la commune d’Etaples a été approchée par les prometteurs. Une occasion ratée de développement pour notre territoire. Mais bon, avec des si, il est facile de refaire le monde.  

Par contre, ce que je crois et je l’affirme : La gestion ‘’Faitiens’’ est de penser que notre commune est « un grand espace de récré ». Qu’il suffit d’allumer des cierges magiques…

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 11:26

Le chef ‘’Faitiens’’ serait-il un adepte du ‘’mal fait’’ ? Il ne semble pas avoir tiré profit de son expérience d’adjoint au maire lors du précédent mandat.

              Les riverains de l’Avenue du Blanc Pavé se souviennent du rapiéçage précipité de la chaussée lors de la fin du mandat précédent. Ce pansement, sur une jambe de bois, n’a pas mis fin à la tumeur.

Quelques années plus tard, Le chef ‘’Faitiens’’ utilise le même traitement, il remet le même cataplasme sur le métier.

              Etaples est « riche », la commune peut se permettre quelques fantaisies.  ‘’Mal fait’’, peut-être ; Gabegie, sans aucun doute. Chacun appréciera.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 14:29

Le commérage bafoue toutes les règles démocratiques et l’expression dans le respect de l’autre.

              Mon point de vue n’est pas de donner des bons ou des mauvais points. L’unique chose qui m’incommode serait de céder à une forme de résignation face à l’étalage du Maire d’Etaples.

              Revenons aux faits, n’en déplaise aux ‘’Faitiens’’ qui cultivent le « Faitisme » à longueur de journée.

 T’as vu, un petit tour, prend un selfie et s’en va…

T’as vu, une balade à la sauvette, un selfie…

T’as vu, en guise de fleurs, les panneaux de circulation éclosent aux angles des rues…

T’as vu, les coussins berlinois, comme les coquelicots des bords de Canche, tapissent les chaussées…

T’as vu, sur les boulevards, il faut faucher les foins au lieu de couper les fleurs…

T’as vu Opalopolis, t’as vu les âneries sur le centre-ville, t’as vu les travaux de voiries, t’as vu…

S’agit-il de commérage chers ‘’Faitiens’’ ou d’une réalité qui peut être observée par tous !

N’en déplaise aux ‘’Faitiens’’, les dossiers étaplois sont traités très en surface aux détriments de l’intérêt des Etaplois.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 17:36

Après le coup de pied aux fesses  de la Cour Régionale des Comptes, le quotidien local, dans son édition du Dimanche 13 Octobre 2019, confirme les propos de mon billet du 10 Septembre 2019 : « Tout va très bien ».

              L’article de presse met en évidence l’inconstance et la futilité du magistrat étaplois à faire face aux responsabilités qui sont les siennes.

              La  chère balayeuse (160 000€) est aux abonnés absents. « Après, ça peut arriver, c’est du matériel très sollicité » : Il peut durer longtemps, lorsque les préconisations d’utilisation sont respectées. L’entretien coûte de l’argent, vous refusez d’inscrire au budget les sommes nécessaires au fonctionnement au profit d’une communication outrancière.

              « Mais que voulez-vous on ne peut pas faire sans » : Cette affirmation est gratuite et démagogique. Le balayage des chaussées était externalisé, la commune ne s’en portait pas plus mal.

     J’ai oublié celui qui disait « que la commune disposait de peu d’argent » . Mais, quand on éprouve des difficultés financières n’est-il pas plus judicieux d’optimiser  le peu de deniers que l’on dispose au lieu de jouer les riches.

             

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 21:48

L’hebdomadaire « Les Echos » du 09 Octobre 2019 a consacré une pleine page à l’évènement.

              Quelques précisions :

              Les travaux consistent à la remise en état partielle ou totale de la couche de roulement sans vérification de la plateforme support de chaussée et des réseaux divers. En clair, si la plateforme n’est pas hors gel, la couche de roulement subira des déformations après une période de gel ou la chaussée devra être ouverte pour des réparations des réseaux.

              Autre anomalie majeur, les déformations de bordure et les affaissements de caniveaux ne sont pas repris.

              Petit détail, le coût des travaux hors taxe s’élève à 807 998,25€ financé à 50% (403 999,25€) par le fonds de concours de la CA2BM. La TVA sera compensée par un versement du Fonds de compensation de la TVA. Chaque Etaplois peut constater que l’agglomération, malgré les frasques de Philippe FAIT, remplit ses engagements vis-à-vis de notre ville d’Etaples.

              Les esprits chagrins s’étonneront de la réalisation de ces travaux en période électorale. Mais, existe-t-il un bon moment pour effectuer des ouvrages qui, de toute façon, occasionneront une gêne pour les riverains.

              Ces travaux de voirie sont nécessaires. Ce qui m’interpelle, ce sont les  contradictions de ‘’Monsieur’’ qui répète de façon fastidieuse que la commune dispose de peu d’argent mais qui n’hésite pas à faire n’importe quoi pourvue que cela serve ses desseins.  

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 14:07

Le Maire d’Etaples naviguerait-il sans boussole budgétaire ?

La synthèse impartiale du rapport de la Cour Régionale des Comptes publiée par le quotidien « Voix du Nord » 27 Septembre 2019 ne semble pas être du goût du Maire.

              Philippe FAIT s’est empressé de demander un droit de réponse au quotidien : Il est satisfait des conclusions de la CRC…

Lors du conseil municipal, l’opposition s’est heurtée au mutisme du Maire et de son 1er adjoint. Le débat, sur le fond, n’a pas eu lieu pour la bonne raison que ce rapport est un ‘’coupe de pied au cul’’ de la vanité du Maire.

              « Le budget était tendu quand nous sommes arrivés » : Responsable mais pas coupable. Inutile de rejeter sur d’autres votre inaction.

              Une défense idiote, digne des palabres d’une cour d’école, « La ville s’est désendetté » : Page 8 du rapport, en 2013 la capacité de désendettement était de 7,68 ans, en 2018 elle est de 7,61 ans. Les Etaplois ne veulent pas de ‘’Fake news’’, ils souhaitent la vérité.

               Un dialogue digne de la ‘’guerre des boutons’’ : « En 2014, on (vous) a pris la décision de donner un gros de coup vis dans les charges de fonctionnement » : Vous avez volontairement bloqué le bon fonctionnement des services en particulier les services techniques. Par contre, je m’abstiendrais d’épiloguer sur les dépenses enflées de la communication…  

              Pour une ville maritime, nous pouvons nous étonner de la navigation à l’aveugle de ‘’Monsieur’’ qui participe à la dissolution des liens de confiance avec les Etaplois.

Partager cet article
Repost0