Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 17:39

Un évènement incontournable, les ‘’Journée du Patrimoine’’ sont l’occasion de découvrir les richesses de notre patrimoine. Cette actualité me permet de m’exprimer sur la reconstruction d’un canot à clin… Une délibération anodine qui confirme la déconnexion des élus sur la réalité du ‘’Patrimoine’’ et de la nécessité de sa ‘’Sauvegarde et de sa Mise en Valeur’’.

Lors du conseil municipal du 17 Novembre 2011, dans le cadre du programme Axe 4 du Fonds Européen pour la pêche mis en place dans le Pas de Calais et la Picardie, les élus ont adopté le principe d’une participation de 50% soit 28 746€ pour la construction d’un canot à clin de 5,50 mètres.

Ce crédit a été approuvé par 32 voix pour et 1 voix contre.

Le 29 Aout 2013, le conseil municipal a été sollicité sur le même sujet afin d’approuver une nouvelle affectation du crédit (les dépenses 2012 seront affectées au budget de fonctionnement communal, les dépenses 2013 seront comptabilisées au budget de l’office municipal de tourisme). Les élus ont accepté, aussi, une augmentation de la part communale qui s’élève, aujourd’hui, à 29 166€.

La reconstruction de cette ‘’barque de baie’’ était-elle nécessaire ? Peut-être, mais pour quelle utilisation… Mon propos n’est pas d’opposer des projets, quoique… En Novembre 2011, le conseil municipal disposait-il d’un autre choix ? Bien sur !

Les Etaplois se souviennent certainement de la « Marie-Jeanne » réalisée en1998 pour la manifestation « Escale au Port ». De 1998 à 2006, cette barque de baie, propriété des Amis du Musée de la Marine, était devenue l’ambassadrice de la commune. Ce bateau a aussi permis d’initier à la voile les élèves de l’école de voile du club nautique de la Canche.

Avec le temps, le canot devait subir un lifting. Le montant de la réparation s’élevait 26 400€, un dossier de subvention est déposé en mairie d’Etaples en Janvier 2011. L’association sollicitait une participation communale de 10 000€ soit 40% du coût des travaux : Cette demande est restée lettre morte.

Je m’étonne que ce dossier intitulé « une seconde vie pour la Marie jeanne » n’ait pas été présenté à l’appel ‘’projet de l’axe 4’’ du fonds européen pour la pêche à l’Association de Développement Durable des Activités Maritimes (ADDAM) chargé de la gestion des projets et de la répartition des fonds européens.

Nous possédons un Patrimoine, il est dans notre intérêt de le valoriser. La culture est l’expression qui fait vivre, elle participe au renom de la cité et au développement économique. Cependant, avant d’entreprendre de nouvelles opérations, surtout en période de restrictions budgétaires (annulation du spectacle du 14 juillet…), il me semble plus sérieux de valoriser l’existant.

Partager cet article
Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 12:15

OYE, OYE habitants d’Etaples !

Le conseil municipal s’est réuni le 29 Août 2013 en mairie d’Etaples afin de délibérer sur un ensemble de questions dont la délibération visant à approuver la composition de la délégation étaploise au sein de la CCMTO, l’aménagement du pôle gare et accessoirement entériner la démission d’adjoints.

Pour mémoire, le 1er Juillet dernier, faut-il le rappeler, les représentants étaplois actuels à la CCMTO, sauf l’adjoint aux sports, ont approuvé l’accord local sur la répartition des sièges définis par le bureau communautaire : Huit délégués pour la commune d’Etaples.

Or, ce Jeudi 24 Août, Coup de théâtre, Le Maire d’Etaples retourne sa veste !!! Il présume que la représentativité de la commune au sein de la futur intercommunalité est sous-estimée.

Pourquoi ne s’est-il pas réveillé plus tôt ?

Tout d’abord nous pouvons nous étonner que cette délibération intervienne alors que la CCMTO et la plupart des communes ont déjà approuvé la nouvelle répartition.

Ensuite, est-ce bien utile de batailler sur le nombre de sièges ? Le plus important, me semble-t-il, lors du renouvellement du conseil municipal sera le choix des futurs délégués communautaires. Ceux-ci devront être en capacité de défendre l’intérêt général et de s’opposer à l’immobilisme que connait, aujourd’hui, la CCMTO. Or, le simulacre de débat d’hier soir me laisse perplexe et dubitatif pour l’avenir ainsi que sur les véritables intentions des candidats déclarés à la fonction majorale …

En conclusion, la proposition du Maire, approuvée par le conseil municipal, est un camouflet qui ne changera pas la finalité du processus engagé.

Argumenter que la gare d’Etaples concerne l’ensemble de la population du territoire afin de confier l’aménagement à la CCMTO démontre le peu d’intérêt des élus étaplois à s’investir dans le développement de la cité

Comme pour la future capitainerie dont l’utilité reste à démontrer, Il aurait été préférable que la CCMTO verse une participation à la commune afin que celle-ci demeure le maitre d’ouvrage.

L’urbanisme, jusqu’à preuve du contraire n’est pas de la compétence communautaire !!!

.

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 20:30

« Parcs et jardins… Etaples s’ouvre à tous … »

Force est de constater que cette invitation de la découverte de la cité est tirée par les cheveux. Un seul exemple, le terrain de jeux situé sur le port où un gribouillis signale que des travaux sont en cours.

Après avoir été mis à l’index par la ville voisine, le quotidien local ridiculise la cité dans son bonjour du Lundi 05 Aout : « Silence micro sur la Canche ». Dans l’édition de ce Mardi, le quotidien en rajoute en publiant « Micro rafistolé ». Alors, peu importe la demie page sur « L’autre façon de découvrir la Baie de Canche », les lecteurs se souviendront des déboires de la sono.

Le plus important demeure l’attitude de l’office de tourisme qui encaisse les droits d’embarquement sans offrir la totalité de la prestation. Plus grave, les explications fournies à la presse : « Pour la remplacer (la sono) il faut engager une procédure administrative municipale ».

Ces propos, s’ils ont été tenus, sont irresponsables ! L’office du tourisme dispose d’un budget de fonctionnement 644 000€ réparti en deux chapitres : 343 000€ pour les charges de personnel et 300 500€ pour les charges à caractère général qui permettent, en autre, l’entretien des matériels.

Il est inutile d’avoir recours à une procédure administrative compliquée pour la remise en état de la sonorisation.

Pour conclure, il suffit tout simplement d’un peu de bonne volonté du personnel administratif de l’office. Par contre, il faut féliciter l’équipage qui déploie une montagne d’ingéniosité pour assurer le fonctionnement du navire et réalise tout naturellement quatre sorties au lieu de trois lors des grandes marées afin de satisfaire le touriste.

Partager cet article
Repost0
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 14:10

Etaples : La fatalité s’est-elle abattue sur notre ville ?

Après avoir encaissé le coup bas de la CCMTO qui marginalise notre cité, c’est le symbole de la commune, la Canche, qui est mis à l’index.

Des relents fétides d’égouts planent sur la plage du Touquet, une vase poisseuse dans quelques bâches et une mer couleur havane incommodent les ‘’Juilletistes’’. Au lieu de réagir promptement, la mairie du lieu associe ces phénomènes à la proximité de la canche et au curage effectué au droit du port d’Etaples.

Etaples s’est soucié de la qualité des eaux de la Canche par la mise en place d’un réseau d’assainissement bien avant la ville du Touquet …

Le curage du port, nous pourrions collectivement nous interroger sur l’utilité de cette opération… Néanmoins, les matériaux de dragage sont stockés sur la rive droite de la Canche à proximité du pont routier et ils ne dégagent pas d’odeur. Si ceux-ci présentaient une nuisance pour l’environnement, ils ne serviraient pas de remblais aux entreprises de travaux publics. Par contre, qui s’est offusqué de l’élévation de ce mur de terre qui abime le paysage ?

Le souffle du vent de Nord de début Juillet aurait conduit la vase de la baie de Canche vers la plage. Il ne faut pas confondre courant éolien et courant marin. Dans l’estuaire : les courants marins sont orientés Sud-ouest Nord-est ! Ce qui signifie que les particules en suspension dérivent vers Sainte Cécile, Hardelot…

Toutefois, un bémol à cette réalité de la courantologie, lors de la « renverse des courants » à marée descendante, le courant s’oriente, un bref moment, vers l’Ouest. Cette renverse ne peut être responsable des désordres rencontrés sur la plage de notre voisin. Rapidement, la masse d’eau reprend la direction du Nord…

Prochainement, sera-t-il reproché à Etaples les piqûres de vive qui sèment la panique chez les baigneurs ?

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 14:51

La réponse aux Etaplois du Président de la CCMTO parue dans la presse hebdomadaire du 17 Juillet 2013 ne semble pas très appropriée. Il oublie, trop facilement, qu’il est -en autre- Député du Pas de Calais et qu’à ce titre il a voté la loi No 2010-1563 du 16 Décembre 2010 sur la réforme des collectivités locales ainsi que la loi N° 2012-1563 du 31 Décembre 2012 relative à la représentation communale dans les communautés de communes et d’agglomérations.

La délibération concernant la répartition des délégués au sein de la CCMTO apparait critiquable sur le fond et sur la forme…

Les motivations réelles de cette proposition seraient-elles de marginaliser la commune d’Etaples ou de verrouiller le fonctionnement de la CCMTO ?

Il est inutile de polémiquer, de balancer au visage de l’un ou de l’autre une montagne de chiffres et de pourcentages incompréhensible pour les non-initiés ou d’évoquer le passé, ce qui était vrai hier ne l’est plus aujourd’hui, alors la sagesse… Les règles doivent être respectées !

Etaples a besoin de travailler avec l’ENSEMBLE des acteurs de la CCMTO et de mener un COMBAT COMMUM face à l’appauvrissement économique qui s’aggrave de jour en jour. Blablater ne résoudra pas les difficultés dans lesquelles s’enfonce la CCMTO, notre territoire a besoin d’un plan d’action qui permette d’assurer l’avenir de la population active pour qu’elle reste attachée à notre Côte d’Opale Sud. Un projet d’hôtel restaurant à Opalopolis n’est pas à la hauteur de la détresse que connaissent les demandeurs d’emploi.

Pour gagner l’AVENIR, il est nécessaire de laisser les idéologies de gauche comme de droite ainsi que les amalgames douteux à ceux qui pratiquent les coups d’encensoir. Nous devons apporter des solutions à celles et ceux, sans qualification, qui demeurent les plus fragiles. Nous gagnerons la confiance des entreprises par une politique de formation adaptée aux besoins du territoire ainsi qu’à l’efficience et la performance souhaitées par les acteurs économiques du territoire.

Le développement du capital humain ne devrait-il pas être la priorité de tous ?

« Etaples bénéficie de la solidarité intercommunale » ! Monsieur le Président, dans l’octroi des dotations, il ne s’agit pas de solidarité mais d’un dû dont le mode de calcul a été adopté lors de la création de la CCMTO ; actuellement, Etaples perçoit 5 millions d’Euros.

Pour la piscine, l’aire d’accueil des gens du voyage… il s’agit de la compétence de la CCMTO. Par contre, le Centre Nautique de la Canche n’est pas géré par la CCMTO, elle met à disposition gracieuse du personnel : Cette pratique acceptée par les délégués de la CCMTO n’est-elle pas à la limite de la légalité ?

Etaples à la vocation d’être un partenaire pleinement impliqué dans le fonctionnement de la CCMTO, encore faut-il que la ‘’poli-castre’’ locale en prennent conscience.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 12:24

L’Avenir d’Etaples ?

Les investissements réalisés par le Conseil Général du Pas de Calais sur l’espace portuaire étaplois, propriété du conseil général depuis 2009, s’avèrent nécessaire à la mutation du port de pêche. Pour autant cette enclave n’est pas devenue une principauté où tout pourrait se faire sans que la ville d’Etaples n’ait son mot à dire. Il est regrettable que le conseil municipal ne comprenne pas l’importance de l’axe Canche indispensable au futur développement de la commune et qu’il laisse à d’autres l’aménagement de l’espace.

25 millions d’Euros dont 400 000€ de la CCMTO et 200 000€ de la commune d’Etaples devraient être investis, répartis sur cinq années, afin de faire du domaine portuaire une destination touristique, culturelle et environnementale. Cet avenir de « lieu unique authentique et unique de la côte d’Opale » ne peut être gagné sans une mobilisation massive des Etaplois !

Le paysage économique de la cité a changé : La communauté de pêcheurs a été divisée par deux, l’ensemble des activités lié à la pêche ont totalement disparu, les petits commerces locaux déclinent. En quarante années, la population a progressé et s’est métamorphosée sous l’effet d’une urbanisation galopante. Dans le même temps, les clivages sociaux se sont intensifiés, avec pour conséquence un salaire des 10% les plus pauvres de la population de 422 €uros (France : 565€. Pas de Calais : 425€), un indice d’inégalité (Gini) de 0,34 (France : 0,37. Pas de Calais : 0,36), une dégradation du niveau culturel et une forte progression des dépenses sociales.

Pour faire face à l’appauvrissement de la commune, les élus municipaux n’ont eu de cesse d’agrandir le périmètre urbain sans se soucier de préserver et de conforter les éléments avantageux de la cité… L’emploi n’a pas suivi !

Les temps ont changé, Etaples, seul, ne parviendra pas à sortir du marasme économique. Etaples doit s’impliquer davantage dans la CCMTO, dans le Pays du Montreuillois et devenir le partenaire du Conseil Général dans le travail de reconquête du domaine portuaire. Un Euros utile est un Euros dépensé ENSEMBLE.

Travailler Ensemble pour L’AVENIR, c’est participer ! En 2016, un musée départemental dédié aux Peintres de la côte d’Opale devrait voir le jour sur le port d’Etaples. PARTICIPER au projet, serait, pour la commune mais aussi pour le Amis du Musée de la Marine d’Etaples, de mettre à la disposition du Conseil Général l’ensemble des œuvres de l’école des peintres d’Etaples. Par ailleurs, le Musée de la Marine, situé dans l’ancienne halle, est la mémoire des us et coutumes de la pêche étaploise, il pourrait être l’aussière du futur musée départemental.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 16:25

 Le PAYS du MONTREUILLOIS : un PAYS d’ART et d’HISTOIRE ?

            Le 08 JUIN 2013, les « résidents du MONTREUILLOIS » étaient invités à débattre sur le futur Pays d’Art et d’Histoire avec les représentants du SYNDICAT MIXTE du MONTREUILLOIS, salle de la CORDERIE à ETAPLES.

            Qu’est ce qu’une ville ou pays d’art et histoire ?

            C’est une marque attribuée, depuis 1985, par le Ministère de la Culture et de la Communication aux communes ou pays  qui s’engagent dans la mise en œuvre d’une politique d’animation, de valorisation et de sensibilisation de leurs patrimoines bâti, naturel,  industriel et de l’architecture.

            En Novembre 2012, 167 villes et pays étaient estampillées ‘’ville d’art et d’histoire’’ dont six dans le Nord Pas de Calais auxquelles il convient d’ajouter :

1) Une centaine de secteurs sauvegardés. Crée par la « loi MALRAUX » en 1962. Un secteur sauvegardé constitue un dispositif essentiel de préservation du patrimoine immobilier. Ces secteurs comprennent en particulier les centres historiques de nombreuses villes.

2) 610 Zones de Protection du Patrimoine architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) sont, à ce jour, dénombrées. La ZPPAUP assure la protection du patrimoine paysager et urbain et met en valeur des quartiers et sites à protéger pour des motifs d’ordre esthétique ou historique en exprimant l'ambition d'améliorer la notion de champ de visibilité ( périmètre de 500 m aux abords d'un monument historique) en lui substituant un ‘’périmètre intelligent’’.

POUR QUELS OBJECTIFS ?

Les objectifs d’un Pays d’Art et d’Histoire peuvent se résumer en quatre points :  

-Sensibiliser les habitants à leur cadre de vie.

-Faire connaitre et faire découvrir aux jeunes l’architecture, le patrimoine et l’urbanisme.

-Présenter le Pays du Montreuillois dans un centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine.

-La résultante de ces trois objectifs serait l’accueil d’un tourisme d’initiés.

AVEC QUELS MOYENS ?

Mettre en œuvre cette action qui apparait nécessaire au développement économique du Pays demande la création d’un Service d’Animation de l’Architecture et du Patrimoine. Ce service devrait être dirigé par un Animateur de l’architecture et du patrimoine qui travaillerait avec des Guides-Conférenciers.

            L’ensemble des actions sont développées avec le concours d’intervenants multiples (éducation nationale, écoles d’architecture, université, conservateurs des musées, offices de tourisme…)

 

            AVEC QUEL BUDGET ?

            Le volet financier de cette aventure n’a pas été dévoilé...

 

QUE CONCLURE ?

            Tout d’abord, la passivité des élus présents. Il semble qu’ils aient délégué à une technostructure le soin de monter le dossier de candidature du label de Pays d’art et d’histoire.

Retenir que la globalité des communes du Pays n’était pas éligible au label du pays d’art et d’histoire…

Ensuite, le label d’art et d’histoire n’est pas porté par la population ! Il apparait clairement que la technostructure, sous couvert des élus, agit comme si ce dossier était l’affaire de spécialistes et d’eux seuls.   

            Enfin, passer sous silence le volet financier (investissement et fonctionnement) est une attitude qui tend vers le rejet du projet lorsque celui-ci sera présenté aux conseils municipaux.   

 

             La labellisation territoire d’Art et d’Histoire est nécessaire à la valorisation et la reconnaissance du Pays du Montreuillois : Pour y parvenir, les élus doivent reprendre la main sur ce dossier et faire vivre la démocratie en impliquant dans cette affaire les ‘’anonymes’’ qui œuvrent depuis de nombreuses années à la sauvegarde du patrimoine du territoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 13:38

Le centre social de la CAF d’Etaples...

            Le principe d’une reprise en gestion directe du centre sociale de la CAF  par la commune semble ‘’inquiéter des Etaplois’’ … Il est regrettable que cette proposition se transforme en un embrouillamini politico-partisan qui dessert le bien être des Etaplois. S’opposer et dénigrer le principe d’intégrer le centre social dans le giron communal avec comme seul argument le coût financier apparait bien léger.

 Installé depuis une quarantaine d’années, le centre social est une exception dans le Pas de Calais, la commune d’Etaples est la dernière ville à ne pas gérer elle-même l’ensemble de l’action sociale.

            Qu’est ce qu’un centre social ?                                 

            Il s’agit d’un équipement à vocation familiale et sociale qui accueille toutes les générations. Ce doit être une ‘’maison ouverte’’ sur un quartier, un carrefour d’animations de la vie locale. Il doit permettre le développement de la vie associative qui est, aujourd’hui, malmenée.

            Pourquoi cette proposition ?

            La CAF, depuis plusieurs années, s’est orientée vers une politique de retrait pour des structures de ce types.

            De son côté, la commune, me semble-t-il, doit redéfinir, optimiser et harmoniser une véritable politique enfance, jeunesse et vie sociale des quartiers. Une volonté politique sociale affirmée permettra, en autre, de proposer un projet de qualité pour les rythmes scolaires et d’activer réellement le dossier de Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS).

            Pourquoi ne pas refaçonner l’idée d’un centre social éclaté ?

            L’ébauche de ce projet avait pris naissance en 1982 avec la création de la mairie annexe rue de la Pierre Trouée ; avec les classes de mer-nature et de neige ; avec l’animation périscolaire ; avec l’accueil gratuit à la cantine scolaire des enfants des familles en difficultés ; avec le maintien à domicile des personnes âgées ; avec la bibliothèque.  Puis la réalisation du bâtiment ‘’la Pyramide’’… Bref, le passage d’une action sociale passive à une action sociale active.  

            Le centre social éclaté reprendrait l’ensemble de structures (le Pacific club,  la Pyramide, la Maison des Jeunes des Oyats, le Centre Nautique de la Canche, bibliothèque…) auxquelles serait adossée une maison de la santé.

            Le centre social éclaté deviendrait un ensemble organisé où les moyens seraient mutualisés et surtout le pilotage serait centralisé.

            Une reprise à quel prix ?

            Sortir du chapeau un chiffre de 775 000€ sans aucune explication est un enfumage ! Il appartiendra aux services des domaines de fixer le prix de vente.

            S’il semble normal que le bâtiment et le terrain attenant soient acquis par la commune. L’ensemble des acquisitions permettant le fonctionnement pourraient être transféré sans contrepartie financière !!!

            Un budget de fonctionnement de 1 million d’euros, peut-être ? ‘’L’étaplois inquiet’’ oublie de mettre en face les recettes !

            Crier haro sur le Maire ne règlera pas le problème. Il appartient aux membres du conseil municipal d’adresser au Maire des questions écrites dans un délai raisonnable avant le conseil municipal.

 

           

 

           



Partager cet article
Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 10:38

Le Document d’Orientation et d’Objectif (DOO)…

Après le Plan d’Aménagement de Développement Durable (PADD), le DOO est le document qui traduit et met en œuvre la stratégie du PADD du Schéma de Cohésion Territorial (SCOT) du Pays Maritime et Rural du Montreuillois.

Le DOO détermine les orientations et les équilibres du territoire et définit les conditions du développement urbain maitrisé, les objectifs, les principes, les grandes orientations et les grands projets.

Le DOO a été présenté, début Mai, dans une salle du théâtre de Montreuil.

120 pages composent le document qui est divisé en deux parties :

La valorisation des ressources environnementales et patrimoniales pour renforcer la capacité d’accueil au service de son projet,

« Bien vivre dans un espace maritime et rural intégré, multipolaire et à haute qualité environnemental. »

« Façonner un espace élargi pour demain ouvert sur l’Europe du Nord et ses métropoles »

Organiser et déployer les activités dans un cadre multipolaire et intégré.

La totalité du document peut être consultée sur le site http://scot-pays-montreuillois.proscot.fr/.

Ce document d’avenir du Pays du Montreuillois comporte peu d’ambitions fortes au contenu imprécis qui sous-entend la possibilité d’y déroger ou de l’ignorer totalement.

Par ailleurs, La solidarité des élus affichée lors de la réunion de présentation, parait très artificielle. Ensuite, nous pouvons nous interroger sur la précipitation de ces mêmes élus à vouloir faire approuver le SCOT avant la fin de l’année 2013. Est-ce les échéances proches qui provoquent cette montée d’adrénaline ?

Ce manque de solidarité apparent et cette frénésie observée permettront au pis aller de disposer d’un SCOT alibi… qui aura cédé  aux lobbies  en écartant de la réflexion la première richesse touristique du Pays : La MER.

Les textes demandent que l’ensemble des collectivités soit dotées d’un SCOT au 31 Décembre 2016. Le pays pouvait mettre à profit cette période pour ouvrir le débat et finaliser un « Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) ».  

Comment imaginer qu’en cette période dramatique pour l’économie, les Présidents d’Opale Sud et de Terre et Mer d’Opale puissent faire l’impasse d’une réflexion d’avenir de la frange littorale qui concentre la moitié des emplois générés par la présence des touristes dans le département. Ignorer la source d’emploi touristique qui représente 15% de l’emploi salarié (environ 2300 salariés) du Pays du Montreuillois est un non sens. (Source Insee)

Le SMVM fixe les orientations fondamentales de l’aménagement, de la protection et de la mise en valeur du littoral. Il détermine la vocation générale des secteurs de l’espace maritime et des zones côtières, en particulier, celles affectées au développement industriel et portuaire, aux cultures marines et aux activités de loisirs. Il précise les mesures de protection du milieu marin et d’invasions marine.

Pourquoi ce manque de volonté d’imprimer la marque « côte d’Opale de la Baie d’Authie à la Baie de Canche », elle garde encore des beautés naturelles et des possibilités de développements économiques insoupçonnées dans les domaines touristiques et culturels !!!

La plaisance délaissée sur la côte d’Opale Sud est une ineptie. En France, la plaisance représente 250 000 places réparties dans 350 ports, la plaisance induit 2300 emplois directs et 30 000 emplois indirects !!! La Baie de Canche offre des possibilités d’accueil pour la plaisance : Pourquoi le Président du Pays s’entête-t-il à vouloir ignorer ces faits ?

Associer à Opalopolis, au champ de Gretz et au pôle Montreuillois, la plaisance peut et doit devenir la vitrine de développement économique et d’emplois du pôle d’excellence de « bien vivre ».

 

la canche et la baie 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 14:16

Le Volet D- le fonctionnement hydro-sédimentaire de l’estuaire.          

             Sur les 15 495 677 €uros de dépenses globales pour le Contrat Baie de Canche, 360 000 € seront consacrés à l’étude sur le fonctionnement de la Baie.

L’étude se compose de quatre phases :

Tranche ferme :

- Phase 1 : Collecte et actualisation des données - Mesurent de courants et prélèvements et analyses de sédiments.

- Phase 2 : Analyse du fonctionnement de l’estuaire sur la base des données recueillies et construction, validation et exploitation dans l’état actuel d’une modélisation numérique hydrodynamique.

- Phase 3 : Recherche et comparaison de solutions envisageables avec calcul

hydrodynamiques sur quelques scénarios.

 

Tranche conditionnelle 1 : Réalisation d’un levé topo bathymétrique de la Baie.

Tranche conditionnelle 2 : Construction, validation et exploitation d’un modèle numérique hydro-sédimentaire d’évolution des fonds de la baie.

Tranche conditionnelle 3 : Construction, validation et exploitation d’une modélisation numérique de l’évolution du littoral Nord.

Le cahier des charges de l’étude reste encore à affiner. Des modifications pourront survenir sur cette fiche action.

Source : Symcéa

                                                                                  

Le bien vivre dans l’espace maritime et rural du  Montreuillois est  démontré depuis la découverte de la présence humaine, sur les bords de la Canche dès le PALEOLITHIQUE (découverte aux Sablins à proximité de Valéo, à Hilbert, au Blanc pavé et au Bel Air)

  L’intérêt économique de la Canche est confirmé dès le Moyen Age par le port QUENTOVIC (époques mérovingienne et carolingienne, VIIème - IXème siècle) répertorié comme ville portuaire au commerce florissant. Quentovic n’était-il pas le centre principal d’échanges commerciaux entre la Grande Bretagne et l’empire carolingien ?

Dès le XVème siècle, l’économie du fleuve amorce un déclin : la main de l’homme condamne à l’ensablement l’estuaire de la Canche. Afin de gagner des surfaces agricoles sur les zones mises à jour par le retrait de la mer, les populations mettent en place des digues et des fossés de drainages qui isolent, de la mer, les espaces rengraissés par les sables et limons déposés lors des plus hautes marées. L’assèchement du territoire maritime aura pour conséquence la diminution de la surface de l’estuaire avec pour incidence l’amenuisement de la puissance de chasse lors du jusant. L’affaiblissement  de l’effet de chasse et la plantation de la Spartine anglaise sur les berges, au XIXème siècle, auront comme conséquence l’accélération de l’ensablement de la Baie et la montée de l’estran.  

L’accès de la Baie et la navigabilité sur la Canche sont menacés par la progression naturelle du Banc du Pilori (structures typique des estuaires picards) et  le  manque d’entretien des ouvrages, (digues et épis). Ces éléments contribueront à l’effritement de l’économie maritime du port d’Etaples… Dés le début des années 1960, la migration de la flottille de pêche étaploise vers Boulogne devient irréversible avec pour conséquence, aujourd’hui, la disparition totale de la construction et de la réparation navale…

Le volet D du Contrat de Baie de Canche permet -à nouveau- de s’interroger  sur le devenir la baie. Nous pouvons nous interroger sur le peu d’intérêt que portent les décideurs locaux vis-à-vis de ce pilier économique que représentent la CANCHE et son ESTUAIRE.

Il reste à espérer que l’intérêt général l’emporte et qu’il sera possible pour longtemps encore… de VOIR les BATEAUX sur la CANCHE qui permettront le RENOUVEAU ECONOMIQUE de l’AXE CANCHE ! 

Partager cet article
Repost0