Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 21:05

A l’ordre du jour 24 rapports à examiner dont la « Maison de la Baie », le tarif des étals du port, L’avenant à la concession de plaisance légère… 

Avant d’analyser les délibérations, saluons l’arrivée du « grand marcheur impavide » dont le corps a été soufflé par une explosion. Le « voyageur » a posé son sac à proximité du CNC. L’œuvre interpelle, fallait-il l’ancrer à cet endroit ?

              Selon les sources éclairées de « Monsieur LED et Madame NEON », le coût de cette sculpture serait de 25 000€. Si cette luminosité diffuse s’avère exacte, le prix semble bas. Ce montant n’est, peut-être, que la partie visible de l’iceberg : Quel sera le montant des dépenses engagées pour l’exposition de plein air de six œuvres appartenant à l’artiste ?

Après cet aparté, revenons à notre sujet : la requalification du centre Nautique de la Canche pompeusement appelé « La Maison de la Baie de Canche ». Cette dénomination, vous en conviendrez, est usurpée. Il s’agit d’une véritable tromperie qui masque une réalité : L’appropriation du lieu pour une exploitation commerciale outrancière et une utilisation déviée de l’argent publique.

              La Guinguette de la baie ouvrirait fin juin, elle bénéficie d’une salle de 250m2 et d’un espace extérieur de 3600m2. Nous pouvons nous interroger sur la compatibilité d’un tel établissement attenant à la base de voile qui accueille des mineurs. La Fédération Française de voile aurait-elle donnée son feu vert ?

              L’argent publique dévié : L’opération de rénovation du CNC de 1 100 000€ a bénéficié de 600 000€ de subventions (DETR (Dotation d'équipement des territoires ruraux), CNDS (Centre National pour le Développement du Sport), Région HDF (Région Haut de France) et FDE62 (Fédération Départementale d’Energie). Les partenaires ont-ils été informés des modifications apportées au projet initial ?

              Quelles observations, si elle était saisie, pourrait émettre la Cour de Comptes Régionale sur le sujet ?

              Enfin, les mensonges publiques du Maire et de l’adjoint à l’attractivité touristique et économique : Lors de la séance du conseil municipal du 31 Mai 2021, Le Maire et son adjoint ont affirmé que le bailleur prenait à sa charge l’ensemble des travaux nécessaires à son installation. Nous nous étonnons de la présence d’une dizaine de personnes des services techniques sur le chantier.

              Ce Samedi 08 juin 2021, la pesse locale s’est faite l’écho de la déambulation de quelques élus de la majorité sur la structure rénovée et agrandie qui aura pour voisine, la future guinguette. Au risque de déplaire, la presse s’est fourvoyée, l’équipement mis à disposition de l’école de voile a été réduit et l'aire de stockage pour les équipements n’a pas été agrandie.

Lors d’un prochain billet, il sera question du tarif des étals du port, de l’avenant à la concession de plaisance légère… 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 14:35

Ce Vendredi 14 Mai 2021, à Etaples, la zone artisanale du Valigot, le bas de l’avenue de PASTEUR et une partie de la rue de la GUSTAVE SOUQUET, ont connu les désagréments de l’inondation.

              L’article sur le sujet paru dans l’hebdomadaire local a attisé ma curiosité. Surtout que cet épiphénomène avait disparu du décor de vie étaploise.

              Les faits :

Un coefficient de marée 076. Une pleine mer à 14h26.

  1. Une pression atmosphérique forte (anticyclone).
  2. Un vent nord-ouest de 9 km/h.
  3. Une présence sur la canche de vaguelettes ne déferlant pas.

Ces trois conditions anticycloniques réunies ne pouvait pas provoquer une surcote marine, les clapets anti-retour eau de mer pouvaient fonctionner correctement. Vers 15h, la pluie diluvienne, qui s’est abattue sur la cité, ne justifie pas, à elle seule, le débordement du réseau pluvial.    

Pourquoi ces inondations ?

              Les eaux de pluie en provenance l’Avenue Pasteur, de la rue Abbé Brico, de la cité Bel Air, du CNC,  de l’allée Mouloudji… sont collectées par un émissaire ancien qui aboutit à une station de relevage située à proximité du CNC. Depuis peu, la récupération des eaux de pluie de la résidence ‘’les Terrasses de la baie’’ sont connectés à ce réseau vétuste de faible diamètre qui ne peut pas remplir la fonction de réserve tampon.

              L’inondation de ce 14 Mai 2021 n’est pas due à une forte amplitude de marée mais à un possible disfonctionnement  des pompes de relevage :

  1. Une coupure électrique.
  2. Un débit insuffisant des pompes (actuellement il est de 500 M3/h) suite au raccordement des eaux pluviales des ‘’Terrasses de la baie’’.

Sur ces désagréments, la responsabilité de la commune n’est plus à démontrer et les déambulations du Maire d’Etaples ne règleront pas le problème.

              Quelle solution ?

              L’urbanisation a tout à va sans une réflexion sur le fond engendrera dans le temps des submersions qu’il faudra régler et les solutions seront coûteuses pour les contribuables.

              Les plans de recollement du réseau pluvial réalisés par Véolia situent la canalisation de diamètre 600, qui dessert la station de relevage du CNC, sur l’emprise des terrains de ‘’Terrasses de la baie’’.

              Avant réalisation des travaux, comme pour les travaux du parking de la Canche et ceux de la gare routière, il aurait été possible de remplacer en partie la canalisation de diamètre 600 par une canalisation de diamètre 1200 ou plus. Cette modification permettait  de créer un bassin de rétention d’eau enterré lors de pluies abondantes au moment des forts coefficients de marée (100 et plus) qui bloquent les clapets ou lors d’incidents sur les pompes de relevage.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 18:09

Que faisait le Maire d'Etaples, ce Vendredi 14 Mai 2021?

Il était sur le marché.

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 19:57

« Une gestion en bon père de famille » n’est pas compatible avec les arrangements entre amis  et les gesticulations politiciennes de Philippe FAIT (La LREM a déserté la scène locale au profit des sortants). En fin de compte, toute cette pantomime était calculée, le maire d’Etaples préparait, avec les moyens de la commune, les élections départementales.

La folie des grandeurs : Il s’octroie une petite auto. Il recrute une cheffe de cabinet. Il met en place le personnel et une communication tronquée qui ne sert que son intérêt et son narcissisme.

              La débauche : Le plus beau marché régional… Le plus beau marché de France.  L’évènement est dénaturé par une surabondance de frasques outrancières et couteuses ?

Pour la bagatelle, pas besoin de « rechercher un taux de subventionnement maximal », l’argent coule à flot.

«L’absurdétaples »: La pose de filets de pêche sur les façades des magasins pour célébrer l’octroi du trophée du premier marché régional est une contrefaçon irrationnelle : Il n’y a jamais eu de filets de pêche suspendus aux façades les jours de marché.  … Cette parodie de l’ornement est un affront à l’authenticité des traditions étaploises.

              « La cité maritime » un slogan qui sonne faux pour celui qui a détruit ‘’le Virgo Maria’’ afin d’effacer le projet associatif de restauration du bateau. Pour exister, il fait du passé table rase.  

 « La perfidétaples » : La nature est blessée mais « dans le respect de la charte de l’arbre ». Une « coupe dite sanitaire » des peupliers du Centre Nautique de la Canche est effectuée pour laisser place à la création de sculptures sur les arbres laissés sur pied… Ces peupliers étaient dangereux…

              La déviance : La réhabilitation du CNC s’avérait nécessaire. Pour quoi faire ? Une école de voile moderne, non, un lieu de restauration et de divertissement. Un signe de plus qui démontre que pour exister il fait du passé table rase. 

              La vérité crue est difficile à admettre. Nous connaissons et nous subissons -Tous- les dysfonctionnements de la commune. L’intérêt personnel, le narcissisme, la perniciosité et la dissimulation sont sa rose des vents, il est prêt à tout afin de sauvegarder ses arrangements entre amis : L’intérêt général importe peu à ses yeux.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 13:45

Le maire d’Etaples (la haute autorité) est un monsieur du numérique emporté par le virtuel. Il écoute sans entendre, il atteint ainsi la limite de la crédibilité.

La dotation globale de fonctionnement (DGF)

Les premières jonquilles étaient accompagnées du second numéro de la lettre du maire d’Etaples. Au sommaire, notre commune aurait perdu, en cinq ans, 500 000€ de Dotation Générale de Fonctionnement.

La DGF, c’est quoi ?

La subvention la plus importante versée par l’état aux collectivités locales (communes, départements et régions). La DGF a été instituée par la loi du 3 janvier 1979, elle est un prélèvement opéré sur le budget de l'État et distribué aux collectivités locales. Elle varie en fonction de la taille des communes et de leurs ressources fiscales.  

Comment est-elle composée ?

Trois éléments composent la DGF :

  1. Une dotation forfaitaire attribuée en fonction de ‘’la richesse fiscale’’ de la commune et de la pression fiscale (908 240€ en 2021). Deux facteurs contribuent à réduire de cette dotation : une diminution de la population ou l'éligibilité de la commune à l'écrêtement destiné à financer en interne le dynamisme d'autres dotations, Etaples est concernée.
  2. Une dotation de solidarité urbaine de solidarité destinée aux communes les plus défavorisées (1 567 361€ en 2021).
  3. Une dotation nationale de péréquation qui corrige les insuffisances de potentiel financier (159 651€ en 2021).  

 

Une dotation de compensation de l’agglomération qui peut être majorée ou minorée des dépenses de transfert (5 168 549€ en 2021).             

Pénalisée notre commune ?                

              En 2015, notre commune a perçu une dotation générale forfaitaire de 2 681 000€ et une attribution de compensation de la CA2BM de 4 890 000€ soit un total de 7 571 000€, 48% du total des recettes réelles de fonctionnement.

En 2021, notre commune percevra une dotation générale forfaitaire de 2 635 252€ et une attribution de compensation de la CA2BM de 5 168 549€ soit un total de 7 803 801€, 51% du total des recettes réelles de fonctionnement.

Le constat :

La lecture de ce tract (payé par le contribuable) informe la population étaploise d’une « baisse constante des dotations de l’état ».  Cette affirmation est pernicieuse !

Depuis 2009, des mécanismes d’écrêtement ont été introduits afin de redéployer les crédits entre les trois composantes de la DGF.

En claire, la population permanente étaploise en baisse constante depuis quelques années a comme conséquence la diminution de la dotation forfaitaire. Cependant, afin d’assurer un revenu constant à la commune, la dotation de solidarité urbaine est réévaluée.

 

La preuve ! (Sources : Le portail de l’Etat au service de collectivités : Comptes individuels des collectivités)

En 2017, la dotation globale de fonctionnement s’élevait à 2 520 301€

En 2021, la dotation globale de fonctionnement s’élève à 2 600 382€ soit une progression de 3,18%.

Chaque Etaplois se forgera sa propre opinion.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 13:42

Les bruits de quai sont impayables : ‘’Té rin compte, s’couillon la, y va nous doubler el taxe foncière… y peu s’accaté eune bel auto sur nous compte’’ !

              Les Etaplois le savent, je n’ai ni sympathie ni antipathie envers « l’autorité suprême » et la majorité du conseil municipal étaplois. Cependant, par honnêteté intellectuelle, il n’est pas acceptable de laisser se répandre des fausses infos.

              Oui, l’utilisation des véhicules de service pose problème en particulier ceux nommément attribués. Non, le doublement de la taxe foncière n’est  pas  de la responsabilité du conseil municipal.

              Explications :  

La réforme de la taxe d'habitation, impôt injuste,  faisait partie des mesures phares du programme présidentiel d'Emmanuel Macron.   Cette promesse de campagne, intégré à la loi de finances de 2018, s’est transformée en engagement présidentiel.

La taxe d’habitation - Contrairement à la taxe foncière dont seul le propriétaire est redevable - est un impôt local, payé par un contribuable locataire ou propriétaire occupant au 1er janvier de l’année une habitation en tant que résidence principale.

Les résidences secondaires n’entrent pas dans le champ de la réforme.  

L’année 2021 est l’année butoir.

Un dégrèvement d'office de la taxe d'habitation de la résidence principale, a été mis en place sur trois ans à compter de 2018. La réforme permettait à 80 % des foyers de bénéficier de la suppression totale de leur taxe d'habitation sur la résidence principale en 2020.

À compter de 2021, la suppression de la taxe d'habitation sur la résidence principale devait bénéficier à tous les contribuables. Ainsi, pour les 20% restants, l’exonération débute progressivement en 2021, par un premier dégrèvement de 30% puis 60% en 2022 et 100% en 2023 pour les foyers dont le revenu fiscal de référence dépasse un certain montant.

Les colonnes concernant la commune et l’intercommunalité de la feuille d’automne 2021 Taxe D’Habitation (TH) que nous recevrons seront vierges. Reste à connaitre le devenir de la taxe spéciale d’équipement et de la contribution à l’audiovisuel public.

Cette réforme constituait une perte de recette de 2 527 760€ pour la commune. Afin de palier à cette suppression de produit, la loi a transféré  aux communes  la taxe foncière perçue en 2020 par les départements. Le taux départemental de 22,26% vient se cumuler au taux communal soit un taux actualisé à 45,88%.

La colonne concernant la commune affichera un taux de 45,88% au lieu de 23,62%, la colonne département sera vierge et l’intercommunalité un taux de 1,21% sur la feuille d’automne Taxes Foncières (TFB) 2021 que nous recevrons. Pour la première fois en 2021, la taxe GEMAPI, votée par la CA2BM, figurera sur la feuille d’impôts. Ce nouvel impôt augmentera le montant de la feuille d’impôt.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 09:08

‘’Dans la rue des aveugles le borgne est le phare", cette citation m’est revenu en écoutant, distraitement, le long, très long monologue anesthésiant de l’adjoint aux finances destiné à dominer la majorité.  

Après 90 minutes de bombardement chiffré assommant, J’ai pensé que le silence était la réponse la plus sage que je pouvais donner.

Les budgets, qui ont été présentés, n’étaient qu’un copier collé des précédents. Malgré la longue déclaration écrasante de la majorité lors du débat d’orientation budgétaire ; les budgets 2021 ne font apparaitre aucune volonté de rééquilibrage budgétaire.

« L’autorité suprême » (c’est le sobriquet utilisé par des membres de la majorité pour désigner Philippe FAIT) prône la transparence, le dialogue et les économies… Il se complait dans les forfanteries.

L’examen du compte administratif était, pour « l’autorité suprême », le moment, d’engager un véritable débat et d’expliciter les dérives de quelques lignes budgétaires comme l’alimentation, les relations publiques, les acquisitions de matériel de transport ainsi que l’utilisation des véhicules de service… Ce silence sur ces quelques sujets vaut approbation et consentement actif ou passif de la majorité.

Je comprends l’absence de réponse à mes questions écrites du 25 Mars 2021 et les explications lapidaires lors de l’entretien téléphonique du 02 Avril 2021.

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 09:19

Décidément, Etaples est une ville dépensière avec une gestion arbitraire. Lors du conseil municipal du 15 Mars 2021, la longue plaidoirie sur la gestion du port de plaisance de l’adjoint aux finances a impressionné la majorité.

              Le silence de l’opposition ne vaut pas acceptation. J’avais un doute sur la sincérité de ce plaidoyer : Je me garde d’intervenir quand je suis en proie au doute… J’ai vérifié !...  

              Le constat

Depuis de nombreuses années, les recettes du port de plaisance diminuent.

Le résultat de la section d’exploitation, au CA 2019, laisse apparaitre un déficit de 1973€. De fait, aucune épargne n’est disponible pour effectuer le prélèvement nécessaire au remboursement de la part en capital de la section d’investissement qui s’élève à 15 368€.

Le budget communal a abondé la section d’exploitation par le versement d’une participation de 12 450€.  Cette contribution comparée à celles versées à l’office du tourisme ou à MAREIS… Allons donc, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. 

              Néanmoins, Dans l’idéal, il serait souhaitable que le budget du port soit équilibré. Mais, sans le port de plaisance, notre port d’ETAPLES n’aurait aucun intérêt.

              Que faire

              L’examen du CA 2019 au chapitre dépenses fait apparaitre deux lignes qui méritent d’être analysées : Les fournitures non stockables (eau, énergie) et la location immobilière.

              La location immobilière comprend la redevance départementale pour un montant, en 2019, de 17 965€. Cette redevance n’est pas une énormité comme semble le penser l’adjoint aux finances. Par ailleurs, Philippe FAIT, par souci d’honnêteté, aurait dû préciser que pour ce loyer le Département assure le dragage du port que la commune est incapable de réaliser.

              La facture d’électricité, pour l’adjoint aux finances poserait un problème. La ville va procéder à l’installation d’un compteur.

              Monsieur l’adjoint vous subissez les manigances de Philippe FAIT et du cercle restreint. Il est inutile de réinventer le fil à couper le beurre !

Les moyens de comptage de la consommation électrique existent depuis les années 2010. La véritable question est de savoir pourquoi cet outil n’a pas été exploité.

Pour mémoire, la concession de plaisance a été accordée par arrêté du 17 Novembre 2003, signé par le Président du Conseil Général de Pas de Calais Roland HUGUET. Un avenant N°1 à la convention a été signée le 06 Juin 2007 par Dominique DUPILET, Président du Conseil Général.

La concession a été consentie pour :

  • L’exploitation du port de plaisance
  • L’exploitation d’une école de voile
  • L’exploitation d’une vedette promenade
  • L’exploitation d’une zone de carénage

Cette convention devrait prendre fin de plein droit le 31 Mars 2024.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 09:18

« ETAPLES toujours plus attractive »

              « Préparer l’avenir commence, en 2021, par s’attacher à rendre notre ville toujours plus attractive », Dixit Philippe FAIT.

              Rien que des mots !

Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 14:23

                 Le conseil municipal étaplois a été réuni ce lundi afin de délibérer sur les douze questions à l’ordre du jour dont le Rapport d’Orientation Budgétaire.

              Noyer le poisson dans une ville de pêcheurs pourrait paraitre normal. Mais, utiliser la « sardine qui a bouché le port de Marseille » pour expliquer l’inexplicable…

              Que cela plaise ou non à la majorité du conseil municipal, Le cadre budgétaire est défini par une nomenclature précise qui classe la commune d’Etaples dans la strate des villes de 10 000 à 20 000 habitants. C’est l’ensemble de ces critères qui permet d’apprécier la bonne ou la mauvaise gestion d’une commune : Etaples fait partie des communes dépensières.             

 Depuis la présentation du Rapport d’Orientation Budgétaire 2020 à celui de 2021, que s’est-il passé ?

La covid et les confinements. Le manque de masques qui a fait jaser et une vaccination qui tarde, bref une période de soumission.

Les investissements doivent construire demain afin de ne pas créer une crise sociale à la sortie de la crise sanitaire. Le point positif de ce ROB, les études et les missions de maitrise d’œuvre qui vont être engagées. Elles éviteront très certainement les bévues du Centre Nautique de la Canche rebaptisé pompeusement « Maison de la Baie de Canche ».

Avec la crise sanitaire, la sinistrose, mot employé par le maire, s’est installée chez les élus. Pour apaiser les propos alarmistes et défaitistes de nombreux responsables politiques, les collectivités locales ont fait l’objet d’un suivi afin de prévenir les éventuelles défaillances financières et de mesurer les impacts de la crise sanitaire.   

Le constat est clair, en 2020, les finances locales ont résisté à la crise, il balaye le scepticisme ambiant. Le secteur public local n'a pas vu ses marges de manœuvre reculer.  Les dépenses de fonctionnement au 30 Décembre 2020 sont en hausse et les recettes de fonctionnement augmentent.

Pour notre commune, les prévisions du CA 2020 font apparaitre une progression des recettes de fonctionnement (de + 1,48%) et des dépenses de fonctionnement (+ 1,63%.) Ces augmentations sont supérieures à la moyenne nationale.

Le scénario catastrophe distillé par Philippe FAIT, tout au long de l’année 2020, n’a pas eu lieu.

Le rapport d’Orientation budgétaire ne présente aucune amélioration sensible des finances communales étaploises : Le budget reste déstructuré et la commune accentue une politique dépensière. La dépense par habitant, en 2015, était de 1195€, elle s’élève en 2019 à 1307€ alors que la médiane des communes de même taille se stabilise autour de 1250€ depuis 2015.

L’année de référence de Philippe FAIT est 2015.

 Depuis cet index, le chapitre 012, les charges de personnel n’ont cessé  de progresser. Elles étaient de 7 986 000€ soit 58% des charges, elles s’élèveront au CA 2020 à 8 622 000€ et elles représenteront 62% des dépenses de fonctionnement, elles demeurent supérieures à la moyenne de la strate de plus de 3%.

Pour 2021, les charges de personnel devraient s’élever à 9 000 000€ soit une progression de 3 78 000€ (+4,38%) qui ne s’explique pas.

L’autosatisfaction de la majorité : La diminution du compte financier, chapitre 66, qui s’explique par la diminution du taux actuel des intérêts d’emprunts.   

L’encours de la  dette s’élève 10 022 000€, il demeure supérieur à la moyenne de la strate.

Les crédits inscrits aux chapitres 011 charges générales et 65 autres charges apparaissent anormaux. Le CA 2020 apportera son lot d’explications.

La « sardine qui a bouché le port de Marseille » a encore de beaux jours à vivre.

 

 

Partager cet article
Repost0