Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 12:13

La vitrine du bateau « le Murex » sur le port d’Etaples suscite l’exaspération des pêcheurs côtiers étaplois.

              Face au mouvement de grogne des pêcheurs, le déploiement des forces de l’ordre était inutile ; Nos pêcheurs étaplois ont le verbe haut, mais, l’histoire en témoigne, ils n’ont jamais franchi la ligne jaune.

                            Photo « les Echos du 4 Décembre 2020 ».

Depuis Colbert et son ordonnance de 1652, les chalutiers que nous appelions « sautriers » vendent le produit de leur pêche directement sur le port. Il y a encore quelques années, Les Etaplois et les touristes attendaient l’arrivée des chalutiers. Ils étaient assidus et connaissaient parfaitement les horaires de marée. Ce spectacle a disparu… Philippe FAIT à tort de croire que le port retrouvera son attractivité en faisant abstraction de la réalité étaploise.

Ce privilège commercial appelé «à la pierre de quai »  permet à nos « crevettiers » d’écouler une partie de la pêche sans obligation de passage par la halle à marée. La vente directe sur le quai concerne uniquement les bateaux de moins de 12 m et la distribution doit être réalisée par le pêcheur ou son conjoint. Cette vente ‘’originale’’ s’est modernisée. Elle a subit des évolutions liées aux normes d’hygiène et de sécurité, au confort des vendeurs.

Cependant, La condition était et demeure que le bateau soit amarré et que la vente se fasse à deux mètres du bord, d’où l’expression « à la pierre de quai » que nous pourrions traduire par « vente au cul du camion ». Cette vente ne reste qu'une tolérance, La règlementation n’a pas évoluée, chacun y va de sa partition… Il ne faudrait pas  que certains étals deviennent des poissonneries, cela pourrait susciter des actions en justice préjudiciables à tous.

Acheter les produits de la mer sur le quai d’Etaples est un plaisir qui permet de découvrir la saisonnalité des poissons. Cette vente « à la pierre de quai » demeure un attrait touristique indéniable même en l’absence des bateaux.  

 Sur la forme, à force de se surestimer, Philippe FAIT est dans la démesure. Qu’importe les difficultés économiques du moment pourvu que son égo démesuré soit satisfait.

Philippe FAIT et le soufflet de l’accordéon seront-ils les fossoyeurs de l’attractivité du port étaplois ?

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 08:50

Je pensais, naïvement, que notre conseil de ce Jeudi allait bénéficier d’une communication du Président ou des médiateurs autoproclamés sur l’ultimatum des frondeurs  publié par les journaux locaux. Il n’en fut rien !

Le bureau dans, son ensemble, serait-il atteint du ‘’syndrome munichois’’ ?

Je pense que plus la crise est forte, plus il faut partager. Le refus courtois du bureau de notre collectivité de mettre sur la table les problèmes avérés ou supposés de fonctionnement de la CA2BM laisse penser que notre assemblée est de trop. Qu’il nous faut subir les petits arrangements entre amis au risque de s’attirer les inimitiés de quelques cointéressés.  

Personnellement, c’est avec amusement que j’ai découvert dans la presse locale l’étrange pas de deux des frondeurs qui fait penser à ce « en même temps » du Président Emmanuel MACRON. 

Un pied dedans, un pied dehors demeure un exercice d’équilibre malaisé difficile à tenir. Nous savons par expérience que le repli sur soi et la division sont nos pires ennemis. Pour leur faire barrage, Nous devons renouer avec la  confiance et le sens du collectif ! Cette volonté, si elle existe, serait la meilleure option.

Le Six-Quatre-Deux déployé par les frondeurs pour justifier l’injustifiable frise le ridicule. Comme le disait le Général, les « factieux » vitupèrent, ils refusent d’accepter que la communauté d’agglomération est une assemblée délibérante.

L’assemblée communautaire se conforme à la loi qui fixe ses compétences. Pour les déchets verts, la solution avancée par le « le trio » n’est pas de leur fait ; elle résulte de la loi du 27 Décembre 2019 qui légalise la possibilité pour les communes volontaires d’assurer un service à la personne de collecte des déchets végétaux en porte à porte sur une période donnée.

Les communes intéressées par ce service assureront totalement les modalités d’organisation et les dépenses de la collecte.

Il y a de forte probabilité que nous affronterons une tempête économique, une tempête sanitaire et peut-être une tempête sociale et politique. Les temps qui viennent seront difficiles. Face à ces épreuves, nous devons conserver notre calme, dépasser les logiques partisanes et privilégier le sens de l'intérêt général.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 13:25

La désinvolture et la clownerie d'Anne Roumanoff font de la séquence « On ne nous dit pas  tout » un rendez-vous rigolard. Certains  s’invitent, sans le talent, sur le « zinc du bistrot ».

              La dernière « brève de bistro » des imitateurs locaux est de prétexter une première victoire : Le retour de la collecte des déchets verts en porte à porte… Ce travestissement prêterait à sourire s’il ne s’agissait pas de l’intérêt général.

              Nous ne sommes pas obligés de mesurer au micron prêt les ruminations des uns et des autres. Malgré tout, un minimum de décence s’imposerait, mais, les égos exacerbés de tous bords et la volonté de gommer l’Histoire ne permettent pas aux tensions de décroitre.

              Parlons de l’Histoire :

              En Février 2018, afin de contourner la perturbation, une réunion de « réconciliation » autour du Préfet du Pas-de-Calais aurait permis aux belligérants de se mettre d’accord. Se mettre d’accord sur quoi ? Mystère et boules de gomme, à aujourd’hui, nous ignorons toujours le contenu de ce huis-clos. Le Président de la CA2BM n’a jamais explicité clairement les motivations des uns et des autres. Depuis ce mois de Février, nous avons la désagréable impression de subir les petits arrangements entre amis.

              L’avis de fort coup de vent n’ayant jamais totalement disparu du bulletin météo, à peine installé dans l’ancien Hôtel de Longvilliers, le nouveau Sous-Préfet en appelle « à l’intelligence des élus »…

              La démarche employée pour défaire  les trois années de travail de l’agglo et de l’agence d’attractivité est discutable. Quoiqu’en pense les animateurs de « radio bistro », les élus de la CA2BM travaillent en bonne intelligence pour l’intérêt général.  

              Par exemple, la DDTM a jugé non conforme les systèmes d’assainissement du Touquet et de Camiers. Un programme de réhabilitation et de réalisation de réseau sur 5 ans (2019-2024) pour chaque système a été mis en place pour lever les non conformités. Sur les 1 281 870€ de travaux de réhabilitation du réseau en 2020, 591 830 euros hors taxe  sont consacrés au réseau de CAMIERS et  495 740 euros hors taxe à celui du TOUQUET.  Ces deux villes crient à tous vents qu’elles sont oubliées…

              Revenons à notre Histoire très contemporaine : La collecte en porte à porte des déchets verts.  

              La suppression de ce service n’est pas un caprice du président de la CA2BM mais une action communautaire concertée de mettre en conformité, avec « la loi Grenelle I et II de 2009 et de 2010 »  le service « déchets ménagers » en limitant tant que faire se peut la pression fiscale.

              L’arrêt de la collecte des végétaux serait le casus belli déclencheur des velléités que la presse véhicule depuis plusieurs mois. Les couacs rencontrés par la CA2BM sont le résultat d’une personnalisation abusive des fonctions de Président et de maire qui concentrent le pouvoir sur leur personne au détriment du fonctionnement de la démocratie.

              Tout ce joli monde ne fonctionne que sur une mémoire sélective. Lors de la réunion de commission du 16 Février 2019, il a été proposé la possibilité de créer un service commun de nettoiement… Cette solution n’a pas reçu l’assentiment des maires. Par contre, à l’approche des élections ces Messieurs se sont précipités, sans concertation et faisant fi de la loi, dans la mise en place d’un service de collecte qui a été retoqué par le contrôle de la légalité de la sous-préfecture.

              Aujourd’hui, la loi relative à l’engagement dans la vie publique et à la proximité de l’action publique du 27 Décembre 2019 permet à la CA2BM, par convention, de confier la création ou la gestion de certains services à ses communes membres. La collecte des déchets verts pourrait être confiée aux communes. Il appartiendra aux collectivités d’organiser la collecte des déchets végétaux et de financer les coûts de ce service par le budget communal : En clair, tous les contribuables, y compris ceux qui n’ont pas de pelouse, paieront sauf si la commune décide de faire payer au sac papier. La destruction des déchets restent à la charge de l’agglomération.

La procédure de détricotage de la CA2BM, si elle va à son terme, sera longue. La diffusion des « brèves de bistro »  continuera. Souhaitons que l’intérêt général l’emporte… Que les relations deviennent « fluides et équilibrées avec l’ensemble des élus » et fasse disparaitre la désagréable impression de subir les petits arrangements entre amis.

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 14:29

Le confinement, Acte I, n’a soulevé aucune objection. Nous avons, tous, accepté les directives nationales y compris le couvre-feu, inutile, imposé à Etaples par Philippe FAIT.

              Le confinement, Acte II, soulève la cacophonie chez les commerçants et la « désobéissance civique » de Maires qui publient des arrêtés municipaux illégaux autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires de leur ville.

              Le gouvernement n’entend pas céder sur l’essentiel : "Ce n'est certainement pas le moment de revenir sur les mesures annoncées, c'est beaucoup trop tôt". Dimanche soir, sur TF1, le Premier ministre promettait de "soutenir massivement" les commerces afin que ceux-ci ne mettent pas la clé sous la porte. Le Premier ministre entend mettre la grande distribution au même régime que le petit commerce… Pour éteindre la colère et calmer la confusion, les grandes surfaces disposent jusqu’au 04 Novembre pour fermer leurs rayons non « essentiels ».

              Etaples n’a pas échappé au mouvement de mauvaise humeur. Vendredi 29 Octobre, les commerçants donnaient de la voix contre la présence, sur le marché étaplois, de vendeurs non alimentaires alors que le rideau était baissé sur les échoppes des sédentaires locaux. Cette manifestation de mauvaise humeur visait plus particulièrement Philippe FAIT.

              Je ne vais pas donner de vérité absolue sur ce sujet. Je déplore tout simplement que Philippe FAIT se défausse sur la préfecture et le syndicat des commerçants pour justifier son insuffisance et ses manigances.

              La survie d'une partie du commerce de centre-ville est en jeu. La seule question que nous devrions nous poser est simple : Quels sont les contraintes sanitaires à résoudre qui permettraient la réouverture des commerces ?

              Ce mardi, comme pour l’acte I, seuls les stands des produits alimentaires ont pu s’installer sur la place du marché. La fausse note de vendredi fait partie du passé, mais elle n’apporte aucune solution d’avenir.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 14:10

Le conseil de la CA2BM s’est déroulé ce Jeudi 15 Octobre sous la présidence de Bruno COUSEIN. A l’ordre du jour, 37 questions.

              10 rapports concernaient le fameux coup de pouce à l’investissement très apprécié des 46 communes de l’agglomération : les fonds de concours.  154 466,94€ ont été distribués aux communes de Wailly-Beaucamp, Waben, Tubersent, Calotterie, Cucq pour la réalisation de divers travaux.

              Le dossier concernant la modification du tableau des effectifs par la création et la suppression de poste n’a suscité aucun commentaire. Actuellement, 435 agents sont au service de l’ensemble des habitants de l’agglomération.

               La 34èmes Rencontres Internationales des Cerfs-Volants a été annulée en raison de la crise sanitaire. La subvention initiale de 50 000€ attribuée à l’association « Berck Evènements Loisirs Côte d’Opale » a été proratisée et  ramenée à 10 022,61€ afin de permettre le paiement de dépenses engagées de 159 593€ sans possibilité de remboursement.

 Par contre, la subvention octroyée à Rock en stock, en accord avec l’association, a été annulée. Pour l’organisation du festival Rock-en-Stock 2021, j’ai souhaité qu’une majoration de la subvention soit étudiée.

L’association de proximité étaploise, à caractère social, « Mobil’aide » bénéficie d’une subvention exceptionnelle de 7283,52€ pour l’acquisition d’un véhicule utilitaire d’une valeur de 18 208,80€. La participation de la CA2BM permet à l’association  d’émarger au dispositif LEADER pour une aide supplémentaire 6069,60€.

Le conseil communautaire a fixé le taux de la Taxe d’Enlèvement des ordures Ménagères (TEOM) à 10% pour la Zone 1 dont Etaples et à 12% pour la Zone 2 dont Berck.

Contrairement aux propos rapportés par la presse locale, le sujet concernant la collecte des déchets verts a été retiré de l’ordre du jour. Il ne s’agit pas d’une « première victoire » : La démagogie déployée par le Maire du Touquet sur cette question est à la hauteur du personnage.  

Le sujet qui fâche a été porté par l’élu Berckois qui a dénoncé les incohérences de ceux qui imaginent garder des responsabilités au sein du bureau de la CA2BM tout en déversant dans la presse des inexactitudes sur l’organisation de l’agglomération.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 11:12

Covid 19 toujours présent, le conseil municipal s’est réuni salle de la corderie. La question N° 1, la décision de principe sur le partage de la Communauté d’Agglomération des 2 Baies en Montreuillois (CA2BM) a été arbitrairement déportée en fin de séance sans explication.

              La presse locale a déjà, longuement, disserté sur le sujet. Simplement redire que ce mouvement séparatiste est essentiellement voulu par la troïka du triangle de la baie de Canche qui pense, sous de faux prétextes, que tout leur serait dû. N’en déplaise à ces trois messieurs, Camiers, Etaples et Le Touquet sont trois communes au sein d’un groupement de 46 villes et villages.

Quand on veut noyer son chien, on l’accuse d’avoir la rage !

L’irrespect vis-à-vis de l’assemblée et la déontologie à géométrie variable de Philippe FAIT s’affichent chaque jour un peu plus.

              Je ne comprends pas les griefs sur la gouvernance de la CA2BM. En sollicitant les fonctions de Vice-président, de facto, vous avez accepté les règles de gouvernance de l’agglomération qui précise : La gouvernance de la CA2BM a pour objectif commun : « la recherche de l’intérêt commun. Afin de parvenir à cet objectif, il importe que l’ensemble des membres du bureau communautaire se détache des positions d’élu municipal pour se mettre au service du territoire et ensemble défendre l’intérêt du plus grand nombre à l’échelle du territoire de la CA2BM ».  Aujourd’hui, vous reniez cet engagement, vous devez quitter la fonction.

La délibération de ce soir est une synthèse des textes en vigueur qui comporte certaines illégalités (Art. 5211-5-1A du CGCT). Le périmètre de cette nouvelle collectivité n’est pas proposé, l’étude d’impact sur le partage est de la compétence de la CA2BM, elle ne peut être déléguée à une commune. Enfin les conséquences financières d'un retrait de l'agglomération ne sont pas effleurées. Bref aucun éclairage sur les effets pervers de cette rupture qui permettrait à chacun d’entre nous de voter en conscience.

Une nouvelle collectivité, mais pour quel projet ?

Les trois avantages réels ou supposés développés dans votre courrier du 04 septembre 2020 sont sommaires par rapport aux enjeux.

Quel serait la réalité d’une communauté de communes rabougris face à des regroupements comme Dunkerque, Calais, Boulogne…  

L’aspect financier n’est pas développé, notre commune avec celle de Montreuil bénéficie d’une enveloppe financière conséquente.

Le montant global des attributions de compensation s’élève à 15 178 161€, notre commune perçoit 34% de cette compensation soit 5 168 549€. Sur 4 499 998€ du fonds de concours, Etaples est servi à hauteur de 15%. Notre commune fait jeu égal avec Berck. L’aménagement du pôle gare, vous avez déjà oublié…

Actuellement, notre commune est sous le coup de deux contentieux :

              -Le permis d’aménager d’Opalopolis

              -Le PLU juger par la cour d’appel de Douai nous conduit à modifier nos documents d’urbanisme en tenant compte de la loi littorale et différents impacts concernant le « camping de la pinède ». Ces modifications nous conduiront à prendre les attaches d’un bureau d’études : Quel coût pour la commune ?

Cette guéguerre  est d’abord un arrangement entre amis qui nuit à l’intérêt général avec en arrière-plan la volonté de faire monter une prétendue pression qui n’existe pas.

Quitter la CA2BM serait une erreur ! Il est nécessaire de garder des amarres pour s’éviter des lendemains qui déchantent.  

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 08:17

24 questions sont inscrites à l’ordre du jour dont l’instauration de la taxe pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI).

               Aurai-je eu tort d’avoir eu raison trop tôt ?

              Il y a quelques semaines, lors du vote du budget, évoquer l’éventuelle création d’un budget annexe n’était pas permis ! Aujourd’hui, le sujet sort du chapeau avec en prime l’instauration de la taxe GEMAPI.

Cette taxe, facultative, est instaurée par la loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, « dite loi MAPTAM ». Elle est une taxe additionnelle qui s’ajoute aux impôts locaux (taxe d'habitation, taxe foncière, CFE) applicable dans certaines collectivités de communes comme la CA2BM. Une colonne réservée à la taxe GEMAPI figure dans les avis d’imposition des impôts locaux, elle est vide si la collectivité de communes n’a pas voté sa mise en place.  

La décision des élus de la CA2BM d’instaurer la taxe GEMAPI permet au conseil de l’Agglo de voter, avant le 1er Octobre de chaque année, les besoins financiers affectés aux dépenses de la GEMAPI. A partir de 2021, dans la colonne réservée à la taxe GEMAPI figurera la somme qui viendra augmenter nos impôts.

Le taux de la taxe GEMAPI n’est pas le même dans toutes les communautés de communes. En effet, les agglomérations votent le montant  annuel des dépenses nécessaires au fonctionnement et à l’investissement de la GEMAPI. Ce budget prévisionnel permet à l’administration de calculer le taux d’imposition GEMAPI.

La loi fixe un montant maximum de cotisation de 40€ par habitant.

Qui va payer la taxe GEMAPI ?

En principe, toute personne soumise à l’un ou à plusieurs des impôts locaux suivants sera redevable de la taxe GEMAPI :

  • Taxe d’habitation : propriétaire occupant de résidence principale, locataire, propriétaire de résidence secondaire
  • Taxe foncière : propriétaire occupant, propriétaire bailleur, propriétaire foncier
  • CFE : entrepreneur individuel, société, loueur meublé non professionnel ou professionnel.

En clair, une personne pourra payer plusieurs fois la taxe GEMAPI… Le montant de taxe est dépendant de la valeur locative du bien : La somme à payer diffèrera d’un contribuable à l’autre.  

La loi prévoit une  exonération de taxe GEMAPI aux organismes HLM et à leurs occupants. Ainsi, une personne locataire d’un logement social, soumise à la taxe d’habitation, n’est pas redevable de la taxe GEMAPI.  

Lors du vote, cette proposition a recueilli un  contre et deux abstentions.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 09:39

 

La longue diatribe indigeste, du trio séparatiste de la CA2BM, ne propose aucun projet alternatif  sauf la mise en avant d’un d'égo surdimensionné. Tout ce travestissement m’inspire un profond écœurement. J’ai honte pour ma ville ! Plus de respect pour l’intérêt général permettrait d’avancer l’un vers l’autre… Foulée du pied cette notion fondamentale de notre démocratie éloigne le citoyen de la politique : Comment s’étonner, ensuite, que l’électeur boude l’urne !           

Cette position individuelle ne fait pas une généralité. Cessons de faire les tartufes, la réponse ne peut se résumer par un oui ou un non. La commune d’Etaples n’est-elle la ville qui a le plus bénéficié financièrement de l’agglomération ?

              Je m’étonne que ce trio profite de cette période de sinistrose pour semer la zizanie, alors que nous avons besoin, pour les mois qui viennent, d’une capacité de rassemblement et de dépassement.

              L’accumulation des cumulonimbus nous annonce un fort coup de vent. Sur l’embarcation, quand la déferlante arrive, l’important n’est pas forcément d’être d’accord sur toutes les questions avec ceux qui sont sur le pont, mais d’avoir la volonté de travailler ensemble pour limiter les dégâts.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 14:27

Avec la fin de la période des vacances d’été, la rentrée s’effectue le plus normalement possible malgré une recrudescence de l’épidémie. Dans les faits, elle apparait comme un véritable casse-tête pour les dirigeants d’entreprise et pour l’ensemble des enseignants.  

Pour les élus majoritaires, c’est une veillée d’armes congratulatoire : le tour des écoles pour mesurer la bonne exécution des travaux d’entretien.

Pour l’entreprise, c’est d’abord la volonté de sauvegarder les emplois face à un carnet de commande réduit, mais, c’est aussi la mise en place du protocole covid, drastique, imposé par le gouvernement.

A Etaples, le leitmotiv est le soutien aux commerces, la majorité le fait savoir au travers d’un affichage tonitruant aux entrées de ville. Mais, tout est dans le détail, l’acte fort de la commune, pour cette rentrée, est d’acheter les fournitures scolaires destinées aux écoles hors les murs de la cité.

Socialement, c’est la réforme du mode de calcul des allocations logement annoncée pour Janvier 2021 qui inquiète.

 

Le point fort cette rentrée scolaire :

Notre commune, classée en Zone  d’Education Prioritaire, poursuit le dédoublement des classes à 12 élèves pour le CP et CE1.  

Enfin, la majorité prend en compte l’illectronisme et équipe nos écoles en numérique, cet effort permettra de réduire les différences sociales entre les enfants. Le financement de ce matériel est la partie la plus facile ; Le vrai sujet est de mettre en place les moyens financiers qui permettront d’assurer la maintenance de ces équipements.

Ne faudrait-il pas envisager l’avenir et faire de nos écoles des pilotes du numérique.

 

Le défi de cette rentrée ?

Nul doute que les enseignants regagnent avec plaisir les salles de classe afin de retrouver leurs élèves. Nous pouvons penser que cette rentrée se fait, peut-être, dans l’angoisse par rapport aux risques sanitaires.

Mais, le grand défi de cette nouvelle année pour les enseignants, c’est de réduire les écarts scolaires enregistrés lors de cette longue période de confinement et redonner confiance aux décrocheurs.

Partager cet article
Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 10:07

Ce conseil a traversé les siècles. De nos jours, il subsiste, toujours, avec plus de perversité.  Cette citation trouve son origine au chapitre XXVIII, versets 2 et 3 de l’évangile de Saint Matthieu. Nous pourrions simplement la traduire par « il ne s'applique pas les décisions qu’il ordonne ». Ce précepte concerne les beaux parleurs qui s’octroient le privilège d’imposer aux autres des arrêtés dont ils ne se préoccupent pas eux-mêmes.

La pandémie de coronavirus a bouleversé notre quotidien à la suite de mesures sanitaires  strictes, telles que le confinement et la distanciation sociale. A Etaples, un couvre-feu nous a été imposé, il devait permettre de freiner la délinquance qui s’installe insidieusement sur tout le territoire… Peine perdue, ‘’l’image d’Etaples/Chicago’’ nous est régulièrement renvoyée par la presse locale. 

La police en « sureffectif » n’arrive plus à assurer la permanence téléphonique. La seule personne présente passe plus de temps en réunionite que d’assurer une présence sur le terrain. Afin de palier à ce « sureffectif », La commune a fait appel à la société de gardiennage « O P S »…   

De sa propre initiative, le Maire nous impose le port du masque obligatoire sur l’ensemble du domaine portuaire départemental. Surprenante l’attitude de la délégation municipale lors de la mise à l’eau du bateau « Saint Philippe » : L’arrêté du maire ne semblait pas les perturber : le masque ne faisait pas partie de l’habillement.

Dans cette période de « peur », habillement installée par les beaux parleurs, les animations sont les bienvenues. Nous remarquons que l’initiateur du port du masque obligatoire en milieu fermée ou ouvert ne semble pas être concerné par la mesure : Deux poids, deux mesures.

Le grand écart se situe dans la privatisation du « chantier LEPRETRE » pour l’organisation des Pianos folies ou du  festival off Blues In Août. Les règles de sécurité permettent l’accueil de groupe de neuf personnes.

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais »… nous sommes tous manipulés, mais nous nous en sortirons quand même : La vie continue !

Partager cet article
Repost0