Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 10:03

      Infox, info ou perfidie qui caractérise le machiavélisme de Philippe FAIT.

 

Ce Vendredi 02 juillet 2021 restera dans la mémoire collective des Etaplois : C’était la dernière séance. C’était l’ultime tableau d’un feuilleton au titre enrôleur, le « plus beau marché de France ».  

 La grosse ficelle, cousue de fil blanc, était porté à son paroxysme, Etaples serait-il auréolé du titre suprême du « plus beau marché de France » ? A 13h 30, à la fin du journal de TF1, le verdict est tombé, la ‘’ducasse des Femmes’’ était consacrée plus « beau marché de France » !

       Que ce soit à l’initiative de Philippe FAIT ou de ‘’tartempion’’, si cette mention est bonne pour Etaples, je la soutiens. Faut-il pour autant tout accepter sans rien dire ?  

        Ne gâchons pas notre plaisir ! Cette qualification est certainement méritée aux regards des moyens humains et matériels mobilisé lors de cette période d’exaltation qui a permis à notre commune de bénéficier d’un gros coup de pub.

         Etaples n’y est pas allé avec le dos de cuillère : Campagne de communication démesurée, affiches, tablettes numériques pour faire voter, ballon géant volant qui n’a pas fait long feu, publicité dans le quotidien et l’hebdomadaire et clou du spectacle : les affichettes dans les toilettes…

          Néanmoins, après la frénésie nous pouvons nous interroger sur le coût de cette extravagante débauche de moyens qui fabrique l’opinion.

La rumeur croit savoir qu’une somme substantielle aurait été nécessaire pour mener à bien cette action. Plus de clarté financière sur le sujet s’avère nécessaire surtout quand cette majorité rabâche à longueur de journée que les finances de la commune sont exsangues.   

Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 14:14

La gestion de ce nouvel outil est assurée par la commune d’Etaples avec un avenant à la convention de plaisance légère soumis au conseil municipal du 31 Mai 2021. Avant d’aborder le sujet, une vue général du nouvel amer jaune.

              Sur l’aire de carénage, ‘’l’amer emblématique’’ de notre cité étaploise attendait patiemment son démantèlement … Beaucoup d’entre nous ont assisté, avec un brin de nostalgie, au démontage de la ‘’Tour EFFEL étaploise’’. Tout juste démantelé, le successeur de notre ‘’Roulev’’ est apparu au regard des Etaplois. Ce nouvel engin de 50 tonnes, permet l’assèchement  des navires de 155 tonnes d’une longueur maximum de 24 mètres et de 9 mètres de large.

              Ce mardi 15 Juin 2021, vers 10h du matin, le flamboyant « Roulev » effectuait sa première manutention pour les ateliers SOCARENAM Côte d’Opale : ‘’son baptême du feu’’.  

              L’opération consistait à déplacer un patrouilleur destiné à la police belge et le charger sur un camion qui l’acheminera  à SOCARENAM Boulogne pour le parachèvement.

              Depuis cette opération de transbordement, le chantier étaplois a fermé ses portes ; pour quelles raison ? Pour combien de temps ?

Après ce petit intermède, revenons au sujet qui nous préoccupe : ‘’L’avenant à la concession de la plaisance légère pour la prise en charge du nouveau « Boat-lift » par la ville d’Etaples/mer’’.

              Dans le cadre de cette concession, « la commune assure la création, l’entretien et l’exploitation des ouvrage ». La ville d’Etaples a l’entière responsabilité de l’exploitation du « Boat-lift » sauf, comme précisé à l’article 4, « la grosse maintenance pour une durée de 7 ans à compter de la mise en service ». Qu’est-ce qu’une grosse maintenant ?...

              La maintenance courante doit être effectuée toutes les 50 heures de fonctionnement : Combien faudra-t-il d’années avant d’atteindre ce quota ?

              L’immobilisation prolongée du « Boat-lift » entrainera des désordres auxquels la commune devra faire face !

              L’exploitation du « Roulev » par la commune risque de devenir un cadeau empoisonné. L’opposition a voté contre.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 16:37

 

Lors du conseil municipal du 31 Mai dernier, les élus devait émettre un avis sur le tarif 2021 de location des étals d’un montant de 1795€.

              L’opposition a émis un avis défavorable sur le montant de cette location qui ne repose sur aucun bilan d’exploitation et sur une convention totalement obsolète. Le Maire et l’adjoint en charge du dossier sont dans l’incapacité d’expliciter clairement ce loyer de 1795€ : Bref, ce louage est-il sous-estimé ou surestimé ?

              Comment déterminer un juste prix ?

En prenant en compte la totalité des charges de fonctionnement imputées aux étals : la redevance du domaine public payée au Département, l’eau, l’assainissement, l’électricité, l’entretien des étals et du local réfrigéré de stockage des déchets, les coûts de gestion, la taxe spéciale des bio-déchets (viscères des poissons), les coquilles de saint jacques sont évacuées gratuitement par la CA2BM pour être recycler.

Les dépenses réellement engagées par la commune pour la gestion des étals pourraient s’avérer bien inférieures à la recette de location. Cette situation explique, peut-être, l’épais brouillard qui plane sur la gestion de cet équipement.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 15:16

Les habitants des communes du littoral de la CA2BM, entre-autre, les foyers étaplois, ont eu la ‘’bonne surprise’’ de recevoir une facture d’eau qui surprend. 

            C’est à cause de la covid qui a bon dos, c’est Véolia qui n’a pas effectué « au moins une fois par an » le relevé des compteurs et la CA2BM qui… « Je saisi le président de la CA2BM, le vice-président en charge de la compétence "eau" afin d'obtenir les éléments de ce dysfonctionnement et reconsidérer la situation des usagers impactés (ph FAIT) ». Quelle autorité !  Le 15 Juin 2016, la majorité du conseil municipal présidé par Philippe FAIT a approuvé la délégation de service public, par affermage, du service public de fourniture et de distribution en eau potable au profit de Véolia. Il est inutile de se tourner vers la CA2BM, l’édile étaplois connait très bien les termes du contrat qui arrivera à échéance en Juillet 2022. A l’expiration de cet accord, la CA2BM prendra le relai, elle aura la responsabilité de renégocier un nouveau contrat d’affermage ou de créer un service public communautaire de l'eau potable.

              Comme beaucoup de foyers étaplois, c’est avec un grand étonnement que nous avons pris connaissance de notre facture. Après vérification, cette augmentation du volume d’eau s’explique  mais elle ne justifie pas, à elle seule, le montant à payer.

              Comme beaucoup d’entre nous, nous regardons le montant TTC de la facture à payer. Cependant, le détail de la facture, en page 2, est riche d’enseignement.

              Le dernier relevé, date du 04 Avril 2019, le prix unitaire du M3 d’eau potable de la part distributeur était 0,4054€/M3 pour la tranche 1 et de 0,8286€/M3 pour la tranche 2, la redevance de l’Agence de l’eau s’élevait 0,1400€/M3.

              Lors du relevé du 12 Avril 2021, le prix au M3  de la tranche 1 est de 0,4249€/M3 soit 4,81% de plus. Pour la tranche 2 le prix au M3 s’élève à 0,8499€/M3 soit une plus-value de 2,57%. La redevance de l’agence de l’eau passe à 0,1900€/M3 soit 35,71% complémentaire.

              Sur notre facture figure le coût de la collecte et du traitement des eaux usées dont le prix au M3 a progressé 15%.

              Toutes ces augmentations sont conformes au contrat d’affermage approuvé par la majorité du conseil municipal d’Etaples.

              Des prix majorés conjugués à une consommation plus importante qu’à l’accoutumé ont fait bondir nos factures. Je suis toujours surpris du manque de courage de la majorité à expliquer les choses.

              Pour tous ceux qui ont une consommation d’eau très élevée, je les invite à se rapprocher de Véolia qui traitera les surconsommations comme prévu à l’article 5.7 de la convention d’affermage.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 21:05

A l’ordre du jour 24 rapports à examiner dont la « Maison de la Baie », le tarif des étals du port, L’avenant à la concession de plaisance légère… 

Avant d’analyser les délibérations, saluons l’arrivée du « grand marcheur impavide » dont le corps a été soufflé par une explosion. Le « voyageur » a posé son sac à proximité du CNC. L’œuvre interpelle, fallait-il l’ancrer à cet endroit ?

              Selon les sources éclairées de « Monsieur LED et Madame NEON », le coût de cette sculpture serait de 25 000€. Si cette luminosité diffuse s’avère exacte, le prix semble bas. Ce montant n’est, peut-être, que la partie visible de l’iceberg : Quel sera le montant des dépenses engagées pour l’exposition de plein air de six œuvres appartenant à l’artiste ?

Après cet aparté, revenons à notre sujet : la requalification du centre Nautique de la Canche pompeusement appelé « La Maison de la Baie de Canche ». Cette dénomination, vous en conviendrez, est usurpée. Il s’agit d’une véritable tromperie qui masque une réalité : L’appropriation du lieu pour une exploitation commerciale outrancière et une utilisation déviée de l’argent publique.

              La Guinguette de la baie ouvrirait fin juin, elle bénéficie d’une salle de 250m2 et d’un espace extérieur de 3600m2. Nous pouvons nous interroger sur la compatibilité d’un tel établissement attenant à la base de voile qui accueille des mineurs. La Fédération Française de voile aurait-elle donnée son feu vert ?

              L’argent publique dévié : L’opération de rénovation du CNC de 1 100 000€ a bénéficié de 600 000€ de subventions (DETR (Dotation d'équipement des territoires ruraux), CNDS (Centre National pour le Développement du Sport), Région HDF (Région Haut de France) et FDE62 (Fédération Départementale d’Energie). Les partenaires ont-ils été informés des modifications apportées au projet initial ?

              Quelles observations, si elle était saisie, pourrait émettre la Cour de Comptes Régionale sur le sujet ?

              Enfin, les mensonges publiques du Maire et de l’adjoint à l’attractivité touristique et économique : Lors de la séance du conseil municipal du 31 Mai 2021, Le Maire et son adjoint ont affirmé que le bailleur prenait à sa charge l’ensemble des travaux nécessaires à son installation. Nous nous étonnons de la présence d’une dizaine de personnes des services techniques sur le chantier.

              Ce Samedi 08 juin 2021, la pesse locale s’est faite l’écho de la déambulation de quelques élus de la majorité sur la structure rénovée et agrandie qui aura pour voisine, la future guinguette. Au risque de déplaire, la presse s’est fourvoyée, l’équipement mis à disposition de l’école de voile a été réduit et l'aire de stockage pour les équipements n’a pas été agrandie.

Lors d’un prochain billet, il sera question du tarif des étals du port, de l’avenant à la concession de plaisance légère… 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 14:35

Ce Vendredi 14 Mai 2021, à Etaples, la zone artisanale du Valigot, le bas de l’avenue de PASTEUR et une partie de la rue de la GUSTAVE SOUQUET, ont connu les désagréments de l’inondation.

              L’article sur le sujet paru dans l’hebdomadaire local a attisé ma curiosité. Surtout que cet épiphénomène avait disparu du décor de vie étaploise.

              Les faits :

Un coefficient de marée 076. Une pleine mer à 14h26.

  1. Une pression atmosphérique forte (anticyclone).
  2. Un vent nord-ouest de 9 km/h.
  3. Une présence sur la canche de vaguelettes ne déferlant pas.

Ces trois conditions anticycloniques réunies ne pouvait pas provoquer une surcote marine, les clapets anti-retour eau de mer pouvaient fonctionner correctement. Vers 15h, la pluie diluvienne, qui s’est abattue sur la cité, ne justifie pas, à elle seule, le débordement du réseau pluvial.    

Pourquoi ces inondations ?

              Les eaux de pluie en provenance l’Avenue Pasteur, de la rue Abbé Brico, de la cité Bel Air, du CNC,  de l’allée Mouloudji… sont collectées par un émissaire ancien qui aboutit à une station de relevage située à proximité du CNC. Depuis peu, la récupération des eaux de pluie de la résidence ‘’les Terrasses de la baie’’ sont connectés à ce réseau vétuste de faible diamètre qui ne peut pas remplir la fonction de réserve tampon.

              L’inondation de ce 14 Mai 2021 n’est pas due à une forte amplitude de marée mais à un possible disfonctionnement  des pompes de relevage :

  1. Une coupure électrique.
  2. Un débit insuffisant des pompes (actuellement il est de 500 M3/h) suite au raccordement des eaux pluviales des ‘’Terrasses de la baie’’.

Sur ces désagréments, la responsabilité de la commune n’est plus à démontrer et les déambulations du Maire d’Etaples ne règleront pas le problème.

              Quelle solution ?

              L’urbanisation a tout à va sans une réflexion sur le fond engendrera dans le temps des submersions qu’il faudra régler et les solutions seront coûteuses pour les contribuables.

              Les plans de recollement du réseau pluvial réalisés par Véolia situent la canalisation de diamètre 600, qui dessert la station de relevage du CNC, sur l’emprise des terrains de ‘’Terrasses de la baie’’.

              Avant réalisation des travaux, comme pour les travaux du parking de la Canche et ceux de la gare routière, il aurait été possible de remplacer en partie la canalisation de diamètre 600 par une canalisation de diamètre 1200 ou plus. Cette modification permettait  de créer un bassin de rétention d’eau enterré lors de pluies abondantes au moment des forts coefficients de marée (100 et plus) qui bloquent les clapets ou lors d’incidents sur les pompes de relevage.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 18:09

Que faisait le Maire d'Etaples, ce Vendredi 14 Mai 2021?

Il était sur le marché.

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 19:57

« Une gestion en bon père de famille » n’est pas compatible avec les arrangements entre amis  et les gesticulations politiciennes de Philippe FAIT (La LREM a déserté la scène locale au profit des sortants). En fin de compte, toute cette pantomime était calculée, le maire d’Etaples préparait, avec les moyens de la commune, les élections départementales.

La folie des grandeurs : Il s’octroie une petite auto. Il recrute une cheffe de cabinet. Il met en place le personnel et une communication tronquée qui ne sert que son intérêt et son narcissisme.

              La débauche : Le plus beau marché régional… Le plus beau marché de France.  L’évènement est dénaturé par une surabondance de frasques outrancières et couteuses ?

Pour la bagatelle, pas besoin de « rechercher un taux de subventionnement maximal », l’argent coule à flot.

«L’absurdétaples »: La pose de filets de pêche sur les façades des magasins pour célébrer l’octroi du trophée du premier marché régional est une contrefaçon irrationnelle : Il n’y a jamais eu de filets de pêche suspendus aux façades les jours de marché.  … Cette parodie de l’ornement est un affront à l’authenticité des traditions étaploises.

              « La cité maritime » un slogan qui sonne faux pour celui qui a détruit ‘’le Virgo Maria’’ afin d’effacer le projet associatif de restauration du bateau. Pour exister, il fait du passé table rase.  

 « La perfidétaples » : La nature est blessée mais « dans le respect de la charte de l’arbre ». Une « coupe dite sanitaire » des peupliers du Centre Nautique de la Canche est effectuée pour laisser place à la création de sculptures sur les arbres laissés sur pied… Ces peupliers étaient dangereux…

              La déviance : La réhabilitation du CNC s’avérait nécessaire. Pour quoi faire ? Une école de voile moderne, non, un lieu de restauration et de divertissement. Un signe de plus qui démontre que pour exister il fait du passé table rase. 

              La vérité crue est difficile à admettre. Nous connaissons et nous subissons -Tous- les dysfonctionnements de la commune. L’intérêt personnel, le narcissisme, la perniciosité et la dissimulation sont sa rose des vents, il est prêt à tout afin de sauvegarder ses arrangements entre amis : L’intérêt général importe peu à ses yeux.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 13:45

Le maire d’Etaples (la haute autorité) est un monsieur du numérique emporté par le virtuel. Il écoute sans entendre, il atteint ainsi la limite de la crédibilité.

La dotation globale de fonctionnement (DGF)

Les premières jonquilles étaient accompagnées du second numéro de la lettre du maire d’Etaples. Au sommaire, notre commune aurait perdu, en cinq ans, 500 000€ de Dotation Générale de Fonctionnement.

La DGF, c’est quoi ?

La subvention la plus importante versée par l’état aux collectivités locales (communes, départements et régions). La DGF a été instituée par la loi du 3 janvier 1979, elle est un prélèvement opéré sur le budget de l'État et distribué aux collectivités locales. Elle varie en fonction de la taille des communes et de leurs ressources fiscales.  

Comment est-elle composée ?

Trois éléments composent la DGF :

  1. Une dotation forfaitaire attribuée en fonction de ‘’la richesse fiscale’’ de la commune et de la pression fiscale (908 240€ en 2021). Deux facteurs contribuent à réduire de cette dotation : une diminution de la population ou l'éligibilité de la commune à l'écrêtement destiné à financer en interne le dynamisme d'autres dotations, Etaples est concernée.
  2. Une dotation de solidarité urbaine de solidarité destinée aux communes les plus défavorisées (1 567 361€ en 2021).
  3. Une dotation nationale de péréquation qui corrige les insuffisances de potentiel financier (159 651€ en 2021).  

 

Une dotation de compensation de l’agglomération qui peut être majorée ou minorée des dépenses de transfert (5 168 549€ en 2021).             

Pénalisée notre commune ?                

              En 2015, notre commune a perçu une dotation générale forfaitaire de 2 681 000€ et une attribution de compensation de la CA2BM de 4 890 000€ soit un total de 7 571 000€, 48% du total des recettes réelles de fonctionnement.

En 2021, notre commune percevra une dotation générale forfaitaire de 2 635 252€ et une attribution de compensation de la CA2BM de 5 168 549€ soit un total de 7 803 801€, 51% du total des recettes réelles de fonctionnement.

Le constat :

La lecture de ce tract (payé par le contribuable) informe la population étaploise d’une « baisse constante des dotations de l’état ».  Cette affirmation est pernicieuse !

Depuis 2009, des mécanismes d’écrêtement ont été introduits afin de redéployer les crédits entre les trois composantes de la DGF.

En claire, la population permanente étaploise en baisse constante depuis quelques années a comme conséquence la diminution de la dotation forfaitaire. Cependant, afin d’assurer un revenu constant à la commune, la dotation de solidarité urbaine est réévaluée.

 

La preuve ! (Sources : Le portail de l’Etat au service de collectivités : Comptes individuels des collectivités)

En 2017, la dotation globale de fonctionnement s’élevait à 2 520 301€

En 2021, la dotation globale de fonctionnement s’élève à 2 600 382€ soit une progression de 3,18%.

Chaque Etaplois se forgera sa propre opinion.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 13:42

Les bruits de quai sont impayables : ‘’Té rin compte, s’couillon la, y va nous doubler el taxe foncière… y peu s’accaté eune bel auto sur nous compte’’ !

              Les Etaplois le savent, je n’ai ni sympathie ni antipathie envers « l’autorité suprême » et la majorité du conseil municipal étaplois. Cependant, par honnêteté intellectuelle, il n’est pas acceptable de laisser se répandre des fausses infos.

              Oui, l’utilisation des véhicules de service pose problème en particulier ceux nommément attribués. Non, le doublement de la taxe foncière n’est  pas  de la responsabilité du conseil municipal.

              Explications :  

La réforme de la taxe d'habitation, impôt injuste,  faisait partie des mesures phares du programme présidentiel d'Emmanuel Macron.   Cette promesse de campagne, intégré à la loi de finances de 2018, s’est transformée en engagement présidentiel.

La taxe d’habitation - Contrairement à la taxe foncière dont seul le propriétaire est redevable - est un impôt local, payé par un contribuable locataire ou propriétaire occupant au 1er janvier de l’année une habitation en tant que résidence principale.

Les résidences secondaires n’entrent pas dans le champ de la réforme.  

L’année 2021 est l’année butoir.

Un dégrèvement d'office de la taxe d'habitation de la résidence principale, a été mis en place sur trois ans à compter de 2018. La réforme permettait à 80 % des foyers de bénéficier de la suppression totale de leur taxe d'habitation sur la résidence principale en 2020.

À compter de 2021, la suppression de la taxe d'habitation sur la résidence principale devait bénéficier à tous les contribuables. Ainsi, pour les 20% restants, l’exonération débute progressivement en 2021, par un premier dégrèvement de 30% puis 60% en 2022 et 100% en 2023 pour les foyers dont le revenu fiscal de référence dépasse un certain montant.

Les colonnes concernant la commune et l’intercommunalité de la feuille d’automne 2021 Taxe D’Habitation (TH) que nous recevrons seront vierges. Reste à connaitre le devenir de la taxe spéciale d’équipement et de la contribution à l’audiovisuel public.

Cette réforme constituait une perte de recette de 2 527 760€ pour la commune. Afin de palier à cette suppression de produit, la loi a transféré  aux communes  la taxe foncière perçue en 2020 par les départements. Le taux départemental de 22,26% vient se cumuler au taux communal soit un taux actualisé à 45,88%.

La colonne concernant la commune affichera un taux de 45,88% au lieu de 23,62%, la colonne département sera vierge et l’intercommunalité un taux de 1,21% sur la feuille d’automne Taxes Foncières (TFB) 2021 que nous recevrons. Pour la première fois en 2021, la taxe GEMAPI, votée par la CA2BM, figurera sur la feuille d’impôts. Ce nouvel impôt augmentera le montant de la feuille d’impôt.

Partager cet article
Repost0