Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 15:49

Les sournoiseries empreintes d’une bonté étudiée sont multiples chez la majorité du conseil municipal étaplois et plus particulièrement chez leur premier de cordée.

 La place de la voiture, à Etaples, est un sujet qui prend chaque année de plus en plus d’ampleur. Le stationnement, sur l’ensemble du territoire urbain, est un élément de l’équation qui pèse sur l’attractivité de notre ville. L’enjeu est de taille, repenser l’organisation de notre espace public pour favoriser les mobilités “douces”, signifie la mise en place de zones et de rues piétonnes, de « Zones à Faibles Emissions » pour limiter l’accès aux véhicules les plus polluants, de pistes cyclables et d’offres de transports en commun. Cette réflexion de fond ne semble pas être la préoccupation du premier de cordée.

 Etaples n’est pas Oslo ni Pontevedra ! Ces deux villes déshabillent petit à petit  l’espace qui était donné à l’automobile. Elles suppriment les places de stationnement de la voirie au profit de pistes cyclables, de trottoirs plus large ou de bandes végétalisées.

Suppression d’emplacement près de l’église.

Dans notre cité étaploise, La transformation, pour un nouvel usage des places de stationnement sur la voirie, se fait, toujours insidieusement et arbitrairement sans qu’un plan d’action soit présenté. Le premier de cordée, sans l’avis des seconds, favorise le stationnement à cheval sur le trottoir au détriment de la circulation piétonne, détruit des places de parking au profit de bandes végétalisées de mauvais aloi.

Les piétons sont chassés des trottoirs.

 

Demain, Ce sera la place du Général De Gaulle qui s’habillera de vert… Les étaplois, derniers de cordée, sont ou seront mis devant le fait accompli. 

La tendance n’est plus à la voiture individuelle ! Cette affirmation concerne particulièrement les grands centres de 50 000 habitants et plus qui donnent la priorité aux transports en commun. Mais, chez nous à Etaples : Demain, où garer nos voitures, comment nous déplacer ?

Ces questions sont majeures pour le développement commercial de notre commune. Le parcage des voitures encombre notre cité et dégrade la qualité de vie de toute la population.  Etaples doit repenser globalement l’offre de stationnement afin de la rendre accessible à tous les usagers tout en l’intégrant dans un environnement de qualité.

La suppression des places en voirie doit s’étaler dans le temps et se faire en douceur pour les conducteurs étaplois. La commune doit leur trouver une place de parking attitrée, proche de chez eux.

Le site des abattoirs.

 

La création d’un grand parking sur le site de l’ancien abattoir étaplois est la dernière trouvaille du chef de cordée. Cette idée lumineuse masque la réalité : La majorité veut délocaliser sur cet emplacement la ducasse de la Saint Michel.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 17:05

Lors du conseil municipal du  08 Février 2021, les élus ont approuvé l’acquisition  des locaux de l’ancien supermarché ED et de deux cellules à usage de bureaux intégrés dans l’ensemble immobilier de « la Corderie », ex établissement Saint Frères situés Boulevard Bigot-Descelers à Etaples, pour un montant de 400 000€ hors taxe. Hazard du calendrier, cette décision coïncide avec la vingtième année d’existence de MAREIS.

              Avec cet achat, la commune devient l’unique propriétaire de ce bâtiment centenaire. POURQUOI FAIRE ? Un beau projet selon les dires du maire…

              C’est en 1989, déjà trente un ans, que la commune a racheté  cet immense bâtiment afin de lui donner une nouvelle dimension.  En 1993, après plusieurs années d’évocation d’un possible aménagement des locaux de l’ancienne fabrique de filets de pêche, les travaux deviennent enfin réalité.

Aujourd’hui, nous sommes nombreux à penser que la rénovation de cet ensemble immobilier était destinée à accueillir MAREIS. Détrompez-vous !

Initialement, le rez-de-chaussée était destiné aux commerces. La commercialisation des cellules permettrait la réalisation, au premier étage, d’une salle polyvalente et d’un dojo… Les coups de tabac achèveront la vision commerciale du projet. La commune devra supporter, seule, l’impact financier de cet ensemble brut de béton.

« A quelque chose malheur est bon » ; le naufrage du projet initial de réhabilitation de la friche industrielle permettra l’installation du centre de la pêche artisanale. L’exiguïté des locaux, l’ouverture précipitée de MAREIS et l’ombre de NAUSICA demeurent les brisants qui ne permettront pas d’atteindre l’objectif des 112 000 mille visiteurs/an annoncé dans l’étude lancée par la Mission Côte d’Opale.

Aujourd’hui, la commune devenue unique propriétaire devra prendre à bras le corps l’entretien extérieur du bâtiment avant d’envisager la nouvelle vie de « l’opulent navire amiral ». Il faudra mener une étude de programmation d’aménagement et prendre en compte le futur fonctionnement  de la jumboïsation à la rentabilité hypothétique.

Le contexte économique dégradé de notre commune oblige à préparer demain en tenant compte de la réalité budgétaire tant en fonctionnement qu’en investissement. Les investissements doivent être planifiés en fonction des besoins réels de la commune et  d’une ambition qui allie modernité et tradition en évitant dans la mesure du possible de faire appel au porte-monnaie du contribuable.   

Partager cet article
Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 16:52

Tout prétexte est bon lorsque qu’un pouvoir veut se débarrasser de quelqu'un. Il trouve sans difficulté une assertion afin de sanctionner une personne et de la dégager. Qu’importe ce qu’il en coutera, le contribuable paiera…

En 2014, le camping de la Pinède,  un flop qui coutera un peu plus de 400 000€ aux contribuables étaplois.  

En Février 2021, dans le cadre du projet du parc d’activité Opalopolis, la cour d’appel de Douai confirme l’annulation du permis de 2011 et du permis modificatif 2018 délivré par la commune. Un fiasco de 10 millions d’euros qui sera comblé par les contribuables…

Le 08 Février 2021, la décision de la majorité de résilier le contrat du camping de la pinède ne serait-il pas la préfiguration d’un nouveau bide à plusieurs milliers d’euros ?

Les griefs à l’encontre du délégataire représentent d’abord un manque de responsabilité politique. La commune a failli en ne remplissant pas la part du contrat (production d’eau défaillant, fuites sur le réseau de distribution d’eau potable, entretien aléatoire de la salle d’animation…).

Ce conflit, dont la municipalité est en partie responsable, se terminera devant le tribunal. Le contribuable, comme pour les autres litiges, paiera les faux-fuyants de l’édile étaplois.

Aujourd’hui comme hier, cette majorité a quelques lacunes avec les délégations de services toujours préparées à la hâte  afin de satisfaire un égo surdimensionné.    

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 14:58

Lors du vote du budget 2020, j’avais attiré l’attention du conseil de la CA2BM sur une dépense de 1 500 000€ pour provision semi-budgétaire inscrite en dépense au chapitre 6865. Ce non-dit dissimulait une provision partielle nécessaire au règlement éventuel du contentieux de la zone Opalopolis d’Étaples. Cette somme était insignifiante au regard des 10 ou 12 millions d’Euros qui seraient nécessaire pour mettre fin à la gabegie des deniers du contribuable.

Le verdict est tombé.  

              Le jugement de la cour d’appel de ce 09 Février 2021 est limpide : Le permis délivré Par Philippe FAIT est déclaré illégal, la totalité du site est inconstructible. La commune d’Etaples devra verser 1000€ au GDEAM.

              Des millions d’euros dilapidés et un déficit d’environ 10 millions d’euros au bilan de Territoires 62  qu’il faudra éponger !

              Il est urgent de stopper le gâchis d’argent public et de mettre fin à l’irresponsabilité des maires d’Etaples et du Touquet.

              Un éventuel appel en cassation aurait pour effet de gonfler le déficit actuel. La CA2BM doit se serrer la ceinture, il appartiendra à chaque élu de se déterminer et de ne pas céder aux sirènes.

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 17:08

Dès le début des années 1990, les majorités successives ont négligé le tissu urbain du centre-ville au profit d’une artificialisation périurbaine dont les conséquences sociales et économiques n’ont pas été mesurées. Naturellement, je salue la prise en compte  du remodelage de notre centre-ville. Par contre, je suis en opposition avec la majorité dans la manière de penser notre centre-bourg en ‘’séparatisme urbain’’.    

              Courant janvier 2021, la presse locale s’est faite l’écho d’un possible aménagement immobilier en centre-ville. Ce projet se composerait de trois ilots :

Le premier consiste à dégager une emprise foncière située entre l’impasse de la vignette et la rue de Montreuil en détruisant l’ancienne maison de la presse jusqu’au presbytère. Puis, Rue Maurice-Raphaël avec la démolition du cinéma, du Cristal Bar et de l’ancienne boucherie rue du Général-Obert.    

Le second concerne le foncier bâti des magasins Texti et ex-ID Stock (rue Maurice-Raphaël et rue Grand-Pierre).

Le troisième comprend l’ensemble du groupe scolaire Jules-Ferry propriété de la commune.

Un constat :

Notre population étaploise composée de 10 865 habitants se répartit dans 4602 ménages fiscaux dont 33% sont imposés.

Aujourd’hui en 2021, un Etaplois sur quatre est âgé de 60 ans ou plus (2787 personnes) dont 12% vivent sous le seuil de pauvreté (1063€/mois).

Une évidence :

Cette photographie très sommaire de notre commune montre que ce projet est un projet importé qui accentuera la rupture entre le bas et le haut de la cité.

Notre population, composée majoritairement d’ouvriers du bâtiment, d’employés et de marins pêcheurs, avec des pensions de retraite basses ne pourra pas accéder à ces logements intégralement conçu par un bailleur privé. D’ailleurs, le triple constat développé par la majorité indique clairement que cette opération est exclusivement pensée pour flatter une minorité de la population qui dispose de moyens financiers suffisants permettant d’investir ou d’acquérir un appartement.

La solution d’une résidence services seniors en centre-ville serait une garantie du maintien du lien social à condition que celle-ci soit dissociée de « l’opération CAPELLI». La solution passe par la construction de logements sociaux de qualité adaptés à l’accueil de personnes âgées ouverts à tous. La commune, propriétaire de l’espace Jules Ferry, pourrait s’associer avec un bailleur social en réduisant le coût du foncier comme cela a été réalisé Avenue Pasteur, rue du Docteur Dacquet et Avenue de Travailleurs de la mer.

Ce projet, au stade d’un photos-montage, évoluera… Mais, nous devons nous rendre à l’évidence, lorsque la société « CAPELLI » maitrisera l’ensemble du foncier, elle construira dans le respect des règles d’urbanisme et avec le souci constant de tirer un profit sur cette opération. Faire croire aux Etaplois qu’ils pourront influencer le projet est une tromperie.

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 13:08

Décidément, le papier ne refuse pas l’encre partisane qui de surcroit ne s’encombre pas avec l’honnêteté intellectuelle. Cette réflexion s’est imposée en découvrant l’article sur « l’ambitieux projet du cœur de ville se dessine » et plus particulièrement l’encadré « le souvenir douloureux de l’ancienne délibération » qui est paru dans l’hebdomadaire local.

              La loi du 29 juillet 1881 garantit la liberté de la presse, un droit précieux, qui permet de publier ce qu’elle veut.  

              Le contenu de l’encadré « le souvenir douloureux de l’ancienne délibération » (Les Echos du 27 janvier 2021) ne reflète pas le débat du conseil municipal du 09 Décembre2020.

              Les faits

              La délibération N°1 du conseil municipal du 09 Décembre 2020 avait pour objet « d’approuver une la convention opérationnelle avec l’EPF et d’autoriser Monsieur le Maire à signer ladite convention ».  Cette convention prévoyait le rachat et la démolition des bâtiments du cinéma des familles, du bar « le Crystal » et de l’ancienne boucherie.

              Le foncier dégagé permettrait, selon le Maire, de réaliser une belle requalification du quartier en se concentrant sur le cinéma, le bar et la boucherie.

 Fallait-il acquiescer les paroles du Maire qui a, de son plein gré, dissimulé les résultats d’une étude confiée à un cabinet parisien et exclue, formellement, la proposition d’étendre la réflexion à l’ensemble du quartier (voir mon propos ci-dessous).

Le Président de séance a ignoré mes propos. Les velléités entre les deux adjoints se sont poursuivies. Enfin, la partie de punching-ball a pris fin, le vote à bulletin secret a pu se dérouler: la délibération a été rejetée.

L’hebdomadaire se serait honorer de ne pas publier un encadré qui ne reflète aucunement la réalité du débat de Décembre 2020. Par souci d’équité, il suffisait de plonger dans les archives afin de s’apercevoir que la majorité, depuis le début de la mandature, n’hésite pas à dénigrer, avant de reprendre à son compte, les propositions de l’opposition.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 14:24

Les éléments continuent de sévir sur « l’Espace Artisanal du Valigot

Ce jeudi 18 avril 2021, la boue a, de nouveau, envahi les chaussée du Valigot. La commune d’Etaples a fait procéder au nettoyage de la chaussée par Véolia, les moyens mis en œuvre  sont inadaptés : la boue s’étale sur toute la largeur de la voie.

              L’érosion des terres agricoles est difficile à appréhender. La solution n’est pas simple et les jérémiades du maire d’Etaples ne feront pas avancer le « schmilblick ». Néanmoins, il serait souhaitable, comme pour la taxe des terrasses de café, que la taxe sur les enseignes soit abandonnée pour l’année 2021.

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 11:37

En découvrant l’article «Le Valigot les pieds dans l’eau et un maire en colère» dans les Echos du 20 Janvier, je me suis rappelé mon billet de Septembre 2016 «le papier ne refuse pas l’encre»   : Décidément rien ne change  

La vérité n’émane pas d’une seule personne mais de l’intelligence collective. Il y en a ras la casquette que cette majorité nous fasse prendre des vessies pour des lanternes et des foutages de gueule à longueur de mois.

En rouge, limites Territoriales de la commune.

 Ce 14 Janvier 2021, La pluie tombe sur le Montreuillois, les précipitations ont provoqué le ruissellement des eaux vers « l’espace artisanal du Valigot » qui s’est retrouvé inondé. Comme d’habitude l’eau a dévalé des hauteurs de Lefaux et de Fromessent entre les Départementales 113 et 148. Cette situation était prévisible et se reproduira, rien n’a été fait et la colère réelle ou simulée d’un Maire n’y changera rien.

              En bleu, ravines dans les champs du fond de Rombly côté CD 148.

En 2016, Etaples engage 50 000€ pour le curage du fossé du Valigot. L’entretien n’a pas suivi, les travaux sont à refaire.

Le Valigot côté CD 113 de compétence communale.

 Il y a ce que claironne le maire d’Etaples et la réalité… Tout est une question de choix. Qui a dit : « Rénover la zone du Valigot » ?

              Avoir une vue sur le long terme d’Etaples demain est nécessaire. Cependant,  la priorité doit demeurer l’aménagement et l’amélioration de l’existant. Quand la majorité prendra-t-elle conscience que « l’espace artisanal du Valigot » est le second poumon économique étaplois après Valeo ?

              La commune d’Etaples ne porte pas, SEULE, ce fardeau, mais elle détient une part de responsabilité sur les désordres qu’enregistre« l’espace artisanal du Valigot ».

              « L’espace artisanal du Valigot » de compétence communale.

 Il est inutile d’invectiver à hue et à dia, de montrer son mécontentement, d’alerter le vice-président de l’agglomération, de transmettre un énième courrier… Faire adhérer l’ensemble des acteurs à une solution, c’est dire la vérité : la commune d’Etaples délaisse  « l’espace artisanal du Valigot » au profit des projets mégalomaniaques d’une personne.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 17:15

Les mois se suivent et se ressemblent… les fortes précipitations du 14 Janvier 2021 ont transformé une grande partie du territoire de la CA2BM en marre à canards.

 

A Etaples, la zone artisanale du Valigot a connu une nouvelle mésaventure. L’abondance des eaux de ruissellement des terres agricoles de Lefaux, Frencq et d’Etaples a inondé les carrefours des chemins départementaux 113 et 148 situés aux entrées de la zone et transformé en lac boueux  une partie importante de l’emprise artisanale. Les difficultés d’accès et de circulation ont fortement perturbé l’activité économique.

              Située en fond de cuvette du Rombly, La zone artisanale cumul l’ensemble des problèmes hydrauliques d’un bassin versant de 750 hectares. Les problèmes ne sont pas nouveaux, la résolution de ceux-ci se heurte aux difficultés relationnelles des différents acteurs (Agriculteurs, CA2BM, SYMCEA et ville d’Etaples).

Qui fait quoi ?

              La CA2BM réalise la restauration et la création des ouvrages d’hydraulique douce (Fascines, haies…). Les travaux ont été engagés et pratiquement terminés ; ils permettront de maitriser une partie des eaux de ruissellement de l’espace agricole. Un bassin de rétention réalisé à Lefaux régulera le flux des eaux de pluie du village, mais insuffisant pour la maitrise de l’érosion des terrains agricoles.

              Le SYMCEA a en charge la réhabilitation du cours d’eau long de 1300 mètres situé entre le chemin des prés et la Canche. Les études sur la restauration de la rivière ont été réalisées… Le financement pour la réalisation des travaux n’a toujours pas été inscrit.

              Totalement néophyte en agriculture, je m’étonne du saccage régulier des fascines et des haies réalisées par la CA2BM. Par ailleurs, je suis stupéfait du comportement d’agriculteurs qui créent des fossés afin de renvoyer l’eau sur le chemin rural du ‘’fond de Rombly’’ transformant celui-ci en véritable torrent de boue qui amplifie l’inondation de la zone artisanale côté Lefaux.

La commune d’Etaples a, en responsabilité, un réseau pluvial de 1100 mètres  entre la route de Lefaux (CD 148) et la route de Fromessent (CD118) et 450 mètre de fossé entre la route de Fromessent et le chemin des prés comportant un débourbeur et deux buses.

              Le réseau pluvial, réalisé avant 1992, ne correspond plus aux normes et devrait être remplacé par des tuyaux de diamètre 1500. L’investissement est à la charge de la commune d’Etaples.

              Le fossé n’a pas été curé depuis 2016 et manque d’entretien. La végétation a repris ses droits créant des atterrissements préjudiciables au bon écoulement des eaux.

              Le chemin rural situé au ‘’fond du Rombly’’ est situé sur le territoire de la commune d’Etaples, il appartient à la ville de se préoccuper de son entretien.

              Le fossé, le réseau pluvial et le chemin rural sont un dossier kafkaïen avec un labyrinthe de règles changeantes qui devraient faire l’objet d’études approfondies permettant une programmation de travaux. Sur ce sujet la commune d’Etaples préfère jouer l’autruche et rejeter sur d’autres son incompétence.

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 10:47

   L’année 2020 avec sa crise sanitaire, sociale et économique restera dans les chroniques de l’histoire. En quelques mois, le virus, que personne n’attendait, a paralysé les économies et emprisonné, à domicile, près de quatre milliards de personnes. L'année écoulée a bouleversée le monde comme aucune autre depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ensemble nous avons affronté ce nouveau virus…  Pendant toute cette année, chacun d’entre nous a fait preuve de responsabilité pour se protéger et protéger ses proches.

Cependant, une satisfaction, la fin de l’année n’est pas aussi terrible que nous l’avions imaginé : Un vaccin, un divorce à l’amiable avec le Royaume-Uni et aussi toutes les catastrophes auxquelles nous avons échappé en 2020. La pandémie n'aura pas empêché les cybercriminels de multiplier les piratages, ni les catastrophes naturelles liées au dérèglement du climat ; Face à ces attaques, nous devons nous préparer sans a priori si nous ne voulons pas être pris de cours comme avec la covid 19.

Enfin, un accord sur le fil avec les Britanniques en guise de divorce à l’amiable qui parait satisfaire notre filière pêche.

Mais aussi, une année où les Etaplois ont fait face et montré leur solidarité en cette période difficile afin que personne ne soit laissé sur le bord du chemin.

Et bien sûr, un vaccin - l’arme fatale – qui nous permettra de retrouver une existence normale. Lors de la présentation de ses vœux, le Président de la République semble être sortie de sa purée de pois en  annonçant une accélération de la vaccination. Souhaitons que cette volonté soit suivie de l’acceptation de toutes et tous à accueillir le vaccin.  

2021 sera très certainement  l’année de tous les espoirs, de la relève et de la reconstruction. Je vous adresse le meilleur pour cette nouvelle année !

La santé, trésor inestimable en cette période.

La joie de se retrouver, de rire et chanter, de se déplacer… et, de vivre en toute liberté.

Pour gagner, ne comptons pas sur les individualismes des dirigeants trop centrés sur eux-mêmes. Pour réussir, il faudra mobiliser toutes nos énergies.

Bonne année à toutes et à tous.

Partager cet article
Repost0