Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 16:34

Malgré la volonté de mise à l’écart de l’opposition, la patience, la persévérance et la ténacité de celle-ci permettent de mettre en lumière les dommages collatéraux causés par un maire -présomptueux et accro à la « molécule addictive »- devenu député.

              Les méthodes peuvent-elles évoluer ? Trop tôt pour le dire… Accordons quelques crédits au nouvel occupant du fauteuil majoral. Cependant, Le climat pesant lors de cette réunion et les divergences palpables au sein de la majorité laissent entrevoir une poursuite de mandat difficile.

              Trois délibérations méritaient un débat sur le fond : le retrait de l’octroi d’une subvention de 1000€ à l’association « Enfants du Liban », la cession du camping municipal « La Pinède » et l’emploi de collaborateur de cabinet.

L’octroi de cette subvention « dite exceptionnelle » de 1000€ présentait quelques irrégularités.  L’opposition a demandé un surseoir  d’exécution de cette délibération, elle a été entendue.

Fallait-il vendre le camping de « La Pinède » pour 1 020 000€ ? L’opposition pense que non ! Et maintenant, cette vente effectuée, les difficultés de gestion communale engendrées par l’autoritarisme du maire devenu député seront-elle résolues ? NON.  

              L’emploi de collaborateur de cabinet du maire est-il nécessaire ? Nous nous refusons de participer à cette controverse.

En juin 2020, éblouie par la rhétorique du rapporteur, la majorité a approuvée, sans mot dire, le recrutement d’une directrice cabinet (délibération N°27 du 10 Juin 2020). A cette époque, le maire devenu député a délibérément dissimulé les éléments essentiels de ce dossier. En autre, la personne pressentie pour occuper cette fonction bénéficie d’un détachement de cinq années au profit de la commune. Il ne peut être mis fin à cette mission avant la date prévue qu’à la demande de l'administration, de l'organisme d'accueil ou à la demande de la collectivité d'origine. Comme les collectivités (Département et commune) ne souhaitent pas mettre fin au détachement : La majorité se retrouve piégée !

Lors de la brève discussion sur le sujet au conseil municipal, le désaccord, au sein de la majorité, sur le maintien de l’emploi d’un collaborateur de cabinet du maire est apparu.

Aujourd’hui, l’omerta sur ce délicat dossier se poursuit.

Partager cet article
Repost0

commentaires