Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 21:03

La météo se passe de commentaires, les destinations dans l’hexagone ou en dehors  sont compromises. Malgré les manifestations, le passe sanitaire entre subtilement dans nos habitudes.

Cet été 2021 est désagréable et énervante ! Malgré la pluie, nous sommes tous épris d’une liberté dévorante… Cette eau pluviale recharge la nappe et réapparait à la sortie du robinet. Et c’est bien connu : L’eau consommée, il faut la payer; mais les consommateurs bénéficient-ils du même traitement ?

En Juin 2021, Pour les Etaplois, après avoir reçu des factures d’eau ‘’ferrugineuse’’, c’est le branle-bas. La ville se retourne sur la CA2BM… Une rencontre avec Veolia est actée afin de trouver des solutions. Le Maire d’Etaples se fait des gorges chaudes… la réponse de Veolia est limpide, « L’eau a été consommée, il faudra, en effet, bien la payer », des facilités de paiement seront mis en place. Quoiqu’il en soit la facture devra être acquittée.

La fourniture d’eau deviendrait-elle le problème du territoire de la CA2BM ? Le quotidien local nous informe qu’une délibération pour admission en non-valeur de créances irrécouvrables du conseil communautaire permet de renoncer la perception de 300 000€ d’impayées pour la période 2018-2021.

Des élus emboitent le pas de la grogne, ils s’époumonent en rejetant leur responsabilité sur d’autres… Ces mécontentements relayés par la presse ont fait l’objet d’articles pontifiants qui n’ont rien réglé.

Factures impayées, surfacturation dû au gaspillage, ces sujets demeurent un mal endémique difficile à vaincre. La distribution de l’eau ne doit pas devenir un bazar, un capharnaüm qui pourrait affaiblir le principe que la politique de l’eau est une préoccupation d’intérêt général.

L’évolution du prix de l’eau était prévue et prévisible, elle est le produit de deux éléments contradictoires : les sujets quantitatifs dus à l’évolution croissante des besoins (la démographie et le développement des activités humaines) et à la dégradation qualitative liées à la détérioration du milieu naturel et de potabilité. Afin d’éviter les désagréments financiers du syndicat des eaux du plateau de Bellevue, les élus et consommateurs doivent faire preuve de responsabilité et prendre conscience que l’eau est un bien naturel essentiel des enjeux de la vie.

A la CA2BM, bien que trainant les pieds, les élus prennent conscience de l’ampleur de la tâche.

Tout d’abord, la potabilité du champ captant d’Airon-Saint-Vaast est déficiente. 5 000 000€ pour la construction d’une usine de traitement de l’eau d’Airon-Saint-Vaast sont actés : Cet investissement pourrait bénéficier d’un total de subvention de 40% ; le coût annuel de fonctionnement de cette unité serait de l’ordre de 200 000€.

Ensuite, pour l’entretien général annuel du réseau une somme de 1 700 000€ est inscrite au budget de l’eau.

Enfin,  l’uniformisation du prix de l’eau sur l’ensemble du territoire de la CA2BM s’étalera sur une durée de six années pour atteindre un coût au mètre cube de 1,60€ hors redevance des organismes publics. A Etaples, en 2021, le mètre cube d’eau hors organismes publics est de 1,20€, le prix du M3 évoluera de 32% sur 6 ans.

 Le défi de demain, pour la CA2BM, est la maîtrise de la facture d'eau, le service de l'eau doit réinvestir lourdement dans les infrastructures vieillissantes et adapter le réseau aux nouvelles normes…

Existe-t-il une recette miracle qui permettrait de contenir l’évolution du prix de l’eau ?

Deux modèles -régie ou délégation de service public- régissent les coûts de l’eau. Selon l’étude publiée par INC, la délégation de service public ne fait pas baisser la facture ; Il apparait que le passage en gestion public de plusieurs villes ait fait monter l’addition. La solution miracle n’est pas encore connue !

Partager cet article
Repost0

commentaires