Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 16:16

maison de vie du clos saint victor

 

Vous êtes nombreux à m’interpeler sur la réforme des retraites. CE QUE JE CROIS :

Ø Je crois qu’une réforme est nécessaire.

Ø Je crois que l’équilibre social de la réforme n’est pas respecté.

Ø Je crois qu’une réforme juste devait prévoir une seule caisse de retraite.

Ø Je crois qu’une réforme juste devait fixer un âge unique de départ à la retraite pour tous et laisser le libre choix à ceux qui souhaitent travailler plus longtemps.

Ø Je crois que des pistes autres que le report de l’âge à la retraite (62 et 67 ans) devaient être proposées, par exemple la prise en compte d’un quota d’heures travaillées.

Ø Je crois qu’une réforme juste devait prévoir l’alignement du régime spécifique de retraite des parlementaires sur le régime général des salariés. Les parlementaires ont brocardé l’intérêt général en rejetant l’amendement N° 249 qui permettait de traiter à égalité les parlementaires et les  salariés.

Ø Je crois que tous les métiers sont pénibles. La réforme, au lieu de rémunérer la pénibilité, devait exiger que les entreprises investissent dans une meilleure conception du lieu de travail. Un fond pour l’amélioration des conditions de travail existe depuis 2006.

Ø Je crois que les conditions de travail d’une vie de labeur ont une incidence sur la santé au fur et à mesure que l’âge avance. La réforme devait inscrire la prise en compte d’une maladie professionnelle lorsque celle-ci est décelée pendant toute la période de retraite.

Ø Je crois qu’une réforme juste devait instituer un taux minimum et un taux maximum des pensions.

Aujourd’hui, la réforme des retraites est inaudible, elle cristallise un malaise social global qui est attisé par un corporatisme exacerbé. Tous ensembles nous subiront les contradictions et les absurdités des politiciens de droite comme de gauche qui ne songe qu’à leur réélection.  

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 21:24

le 16.10.2010 larue du four à chaux-1

LA RUE DU FOUR A CHAUX

            Le samedi 16 octobre 2010, un effondrement de la chaussée est constaté par les riverains de la rue du four à chaud. Vers 15 H, les services techniques balisent le trou et interdisent la circulation.

            Un examen rapide permet de diagnostiquer les causes de l’effondrement : le tuyau d’évacuation des eaux pluviales est cassé.

            Il reste à souhaiter que la réparation de la chaussée sera effectuée rapidement…

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 12:51

avenue des travailleurs de la mer

 

L’urbanisme étaplois (ancien et nouveau) ne permet pas la circulation et le stationnement d’un parc automobile en perpétuel accroissement. Le piéton est agressé en permanence.

            En Juillet 2008, le Maire lance un appel au civisme : ‘’les trottoirs face au domicile doivent permettre le libre passage’’.

             Le monde est pavé de bonnes intentions, elles n’ont jamais solutionné les  équations. Le stationnement, les poubelles laissées en permanence sur les trottoirs et les déjections canines mêlées à celles d’autres volatiles sont et demeurent un problème récurrent pour la cité. Il appartient au maire (Dans l’exercice des pouvoirs de police, le maire n’est pas soumis au contrôle de l’assemblée délibérante. Toutes délibérations du conseil municipal en matière de police autre que de simples vœux sont entachés d’illégalité) de prendre, par arrêté, les mesures qui s’imposent face aux nécessités de circulation et de la protection de l’environnement ainsi que celles qui concernent le stationnement.

 Le travail en amont (les arrêtés) réalisé, Les décisions doivent s’appliquer : Le Maire  dispose des moyens (la police municipale). Le Maire confie les tâches qui relèvent de sa compétence aux agents de la police municipale qui les exécutent...

Plus de trois années se sont écoulées, chacun peut constater que l’archaïsme demeure ! Les arrêtés du Maire, s’ils ont été pris, sont demeurés lettres mortes. Pouvait-il en être autrement ?

Pour permettre à la police municipale de remplir correctement sa mission, il est nécessaire de réaliser des investissements : sens de circulation, place de stationnement… L’adjoint à la sécurité, avec l’accord du Maire, devrait proposer au conseil municipal un ensemble de travaux qui permettraient de solutionner les différents problèmes de circulation et d’environnement. Sans une volonté politique forte, la police restera impuissante !

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:04

la manche vue au touquet

L’EOLIEN EN MER, une nécessité ?

          La consultation sur le projet de parc éolien en mer des deux côtes organisée par la Commission National du Débat Public est close. Comme pour tous les grands projets d’intérêt national, il y a les ‘’pour’’ et les ‘’contre’’.

           Ce mercredi 07 Octobre 2010 à la salle polyvalente de Merlimont une quarantaine de personnes venue de la côte normande, de la côte picarde et d’opale sud ont assisté à la naissance  d’un collectif ‘’Pour Un Littoral Sans Eolienne (PULSE). I

          Dans l’édition du 24/08/2010, le journal ‘’les Echos’’ dévoile l’existence d’un gigantesque appel d’offre gouvernemental de plus de 15 milliards d’euros pour l’implantation d’éoliennes au large des côtes françaises. La baie de Somme Classée parmi les plus belles baies mondiales est concernée : 141 aérogénérateurs de 5 MW  devraient être installés face au Tréport à environ 14Km de la côte.  La partie de littoral comprise entre la baie d’Authie et le site des deux caps est épargnée, le Député de la 4è circonscription du Pas de Calais a confirmé cette information lors de la création du collectif.

          Pour ancrer le mât d’une l’éolienne, 6000 M/cube de bétons seront utilisés. En clair, il s’agit de créer un ilot artificiel de 850 000 M/cube de béton sur une surface de 75 Km2 au centre d’une zone de pêche et au cœur de la première autoroute de la mer (600 pétroliers, supertankers et autres navires de commerce fréquentent chaque jour les rails de circulation).

          Quels sont les inconvénients pour la navigation, la pêche, les courants marins, les habitats marins et le couloir de migration des oiseaux? 

          La collision entre un vraquier et le chimiquier YM Uranus à l’entée du rail d’Ouessant devrait interroger les initiateurs de ce projet pharaonique !...

          Comment de telles inepties peuvent-elles  être avancées ?

1.    La faute à la réglementation européenne : L’Europe n’est pas responsable du choix Français ! La directive cadre impose à la France que 23% de sa consommation d’énergie soit réalisée à partir d’énergies renouvelables en 2020. Elle précise clairement que les états membres sont libres de déterminer leurs systèmes nationaux

2.    Aux lois issues du Grenelle de l’environnement : Certainement ! après un marathon législatif, la loi Grenelle 1 est promulguée le 03 Aout 2009, la promulgation du Grenelle 2 intervient le 12 Juillet 2010… L’assemblée vote le Grenelle 2 sans remettre en cause le projet de l’éolien en mer de 6000 MW à l’horizon de 2020 présenté par le ministre de l’écologie lors du conseil des ministres du 05 Mai 2010.

Les décideurs jouent aux apprentis sorciers ! Le développement offshore aura des conséquences sur la  qualité du milieu naturel. L’apport économique en termes d’emplois est insignifiant, il y a de fortes probabilités que les conséquences seront dramatiques sur les emplois en mer et à terre.

Ne permettons pas que s’installe ailleurs ce que nous refusons chez nous. L’éolien en mer n’est pas nécessaire aux besoins en énergie électrique du pays, il dessert l’intérêt général ! Des études indépendantes sur la faune et les fonds marins doivent être menées afin d’approcher au plus près la réalité et la fragilité du milieu naturel et de la biodiversité marine.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 21:20

img297

LA ‘’JOUTE A CANOTES’’

La traditionnelle ‘’joute à canotes’’ de la ducasse de la Saint Michel aura lieu le Dimanche 10 Octobre 2010 vers 14h00. Le coefficient de marée sera de 106, le beau temps devrait être au rendez vous… Qu’importe ! Ils seront nombreux à se disputer le nouveau trophée réalisé par un artiste étaplois.

Qu’elle est l’origine de ce divertissement ?

Les lougres, bateaux de pêche à voile, échouent face à la base Nord du Touquet lors des faibles coefficients de marée. Les équipages chargent le produit de la pêche  sur la canote de sauvetage et ils regagnent le port à l’aviron.

Pendant le trajet, les équipages se défient : Le premier au quai d’Etaples !

Les bravades entre les équipages sont les prémices à ce qui deviendra la ‘’joute à canotes’’.

 Pour la petite histoire, en 1924, l’échouage effectué, la pêche est chargée dans les canotes, la remontée de la canche s’engage. Après avoir gagné le port quelques patrons contestent l’arrivée d’une canote au motif que la barre était tenue par un matelot… Tout ce petit monde se persuade de l’incapacité du patron à tenir le gouvernail pour  remonter la Canche…  Celui ci est sommé de s’expliquer chez l’administrateur. La réalité est tout autre, au moment des faits le propriétaire du bateau est à terre, c’est son jeune fils qui assure l’intérim. Par respect pour le plus ancien du bord, il considère que sa place est sur le banc nage… Déjà des histoires d’après joute !

La traditionnelle ‘’joute à canotes’’ disparait pendant toute la durée de la 2è guerre. La paix revenue, quelques matelots, dont Eugène WACOGNE, relancent l’évènement avec quatre ou cinq canotes. C’est dans les années 1950 que la ‘’joute à canotes’’ prend l’ampleur que l’on connait aujourd’hui.

 Jusqu’à la fin des années 1960, les bateaux de pêche étaplois disposent d’une annexe de sauvetage bordée à ‘’clin’’. A la Saint Michel les ‘’canotes’’ sont débarquées et les participants à la ‘’joute’’ peuvent en disposer.

Dans les années 1970, l’évolution des moyens de sauvetage sonne la disparition des canots à ‘’clins’’. Les caravelles apparaissent. Elles seront remplacées dans les années 1990 par  des constructions de canot personnalisées.

La ‘’joute’’ a évolué, elle fait partie de nos traditions. Ouverte à tous, elle doit demeurer le rendez vous de l’amitié.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 19:45

le pôle gare

ETAPLES, carrefour de la côte d’Opale doit devenir un pôle de communication et d’échanges par la mise en places d’une politique des déplacements  à l’échelle de la commune et du pays du montreuillois avec comme point de connexion la gare SNCF.

          L’arrivée prévue pour Décembre 2010 du TER-VG aurait dû être accompagné, en amont, d’une réflexion sur le système de transport en commun à créer pour l’ensemble du bassin de vie du Montreuillois.

 Le conseil municipal devrait s’interroger sur le devenir du POLE GARE. L’opposition laisse supposer que des dossiers d’aménagement existent : Il y a eu de nombreuses déclarations d’intention qui sont demeurées jusqu’à ce jour des vœux pieux. L’ancienne majorité n’a jamais réellement travaillé sur les enjeux du PADD.

Aujourd’hui, le Maire prive le conseil municipal d’une réflexion sur l’aménagement du pôle gare en confiant à la CCMTO la maitrise des études. Les élus seraient-ils incapables de réfléchir, d’avoir des idées pour l’avenir de la cité ?

La valorisation du pôle gare ne doit pas se limiter à des parkings ou à des garages à vélo… La réflexion devrait être menée sur l’ensemble d’un quartier délimité par la route de Boulogne, la rue du Fayel, la place d’Huckeswagen, le boulevard LEFEBVRE et la rue des Berceaux.

La restructuration du quartier de la gare est un enjeu économique ! Le conseil municipal ne doit pas laisser à d’autres l’aménagement urbain : Le  risque pour le quartier de la gare serait de regarder les trains passer.     

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 21:43

vue de la futur promenade 1 (2)

 

 

 

 

Développer une mobilité douce autour du port. Si seulement la formule était développée !!!

Morne plaine le conseil municipal Etaplois du 30 Septembre 2010 ! Face à un Maire sur la défensive siègent une Majorité déconfite et une opposition incapable d’amorcer un débat sauf peut-être la partie de ping-pong des spécialistes bancaires sur un sujet qui n’intéresse personne et l’ironie coutumière d’un élu de l’opposition de gauche qui n’apporte rien au débat.

          Cependant, trois rapports méritaient des explications : le rachat des parcelles appartenant CCIBM, la révision générale du PLU, le port d’Etaples.

1)   LE PORT D’ETAPLES : le projet d’aménagement durable est une idée ancienne  sur laquelle les élus pouvaient s’interroger, ils sont restés muets. L’amélioration de la qualité des services destinés aux plaisanciers est certainement nécessaire, cependant faut-il réaliser un investissement démesuré ?                             

 La mise en conformité des étals de vente directe du poisson est une évidence.   

 Développer une mobilité douce autour du port : Qui peut expliquer aux Etaplois le contenu  de ce programme et pourquoi un choix différent de celui du Conseil Général ?

2)   Une nouvelle révision du PLU. Le Maire et l’adjoint à l’urbanisme sont incapables d’expliciter la démarche qu’ils  engagent. Autour de la table, c’est le silence : Aucun argument à développer !

3)   Rachat des parcelles appartenant à la CCIBM situées à proximité du futur Opalopolis. La compétence économique est transférée à la CCMTO qui a dépensé 91 000€ afin  d’accueillir à cet endroit le festival Rock en Stock et les manifestations importantes. Cet argent aurait put être utilisé pour solutionner les problèmes d’inondation de la commune de Tubersent par exemple… Sans discussion et sans hésitation les élus ont accepté la dépense de 82 266€ pour l’achat des terrains. Dire que le discours officiel est : il ni a pas de sous !

Décidément, tout et n’importe quoi ! C’est l’image d’Etaples qui subit le laxisme des élus.

                                                                                                                  

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 08:33

    Echos du Journal d'Etaples N° 39 du 29 Septembre 2010                                                               

Dans son édition N°39 du 29 Septembre 2010, le Journal d’Etaples relate les sempiternelles récriminations d’un conseiller municipal et ancien adjoint au Maire d’Etaples. 

          Si les faits sont avérés, il y a disparité d’attribution des salles entre les associations. L’attitude du Maire porte atteinte au principe de l’égalité de traitement entre les usagers.

          La mise à disposition des salles communales est régie par l’article L. 2144-3 CGCT, il concerne les locaux, les gymnases, les stades ou les salles de réunion. Aucune catégorie d’associations ne peut être refusée sauf les associations cultuelles.

          Le Maire a obligation de mettre à disposition les salles des fêtes et les salles polyvalentes aux associations. Le Maire, SEUL, dispose de la compétence de principe pour la gestion des salles des fêtes. Lorsque les salles sont gérées par des associations, en cas de litiges  entre l’association gestionnaire et une autre association, l’autorité compétente (LE MAIRE) doit trancher le litige.

Le Conseil Municipal ne peut pas décider ou refuser la mise à disposition d’une salle à une association. Il peut fixer la contribution  pour l’utilisation, le tarif s’applique alors à toutes les associations !

Pourquoi un traitement différent pour le Secours Populaire ?

S’agit-il d’un règlement de compte politicien orchestré par la Majorité ou d’une attitude sectaire ?

Pour régler ce litige, il appartient au secours populaire de saisir la cour administrative d’appel.  

                                                                                                              

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 10:56

entée de la maison de la miniature

 

 

 

Le rideau est tombé. Que sont devenues les maquettes du port d’Etaples et de la place du Général DE GAULLE ?              

 

 

 

 

 L’absence de projet culturel et une concertation illusoire ont précipité la fermeture de la maison de la miniature. Les 1000 maquettes propriétés des membres du club ont été déménagées.

          La pièce maitresse de l’exposition était  la présentation de la maquette du port d’Etaples. Elle est réalisée à l’échelle 1/87e  et reste un petit joyau qui a nécessité 5000 heures de travail exécutées par les membres du club. La présentation du port devait être complétée par la réalisation d’une maquette de la place du Général DE GAULLE. Que sont elles devenues ?

Ne serait-il pas judicieux de mettre un terme à tout ce gâchis ? De renouer un   dialogue franc et intelligent avec une association qui a servi le développement touristique de la cité des pécheurs !

La maquette du port pourrait être exposée dans le hall d’accueil de l’office du tourisme.

          Les maquettes de navire de pêche pourraient servir de support à une exposition permanente qui mettrait en scène l’évolution de la construction navale. Le bon sens devrait permettre de finaliser un projet au service de l’intérêt général. 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 18:10

 

armement aux hareng-2

 

La fête de la saint Michel et la saison du hareng deux évènements qui, en apparence, n’ont rien en commun. Pourtant, dans une époque pas si lointaine l’arrivée des manèges sonnait l’heure de l’armement des bateaux aux  harengs.

            Aujourd’hui, la pêche de ce poisson allongé aux couleurs de brun verdâtre au bleu foncé pour le dos et argentée sur le ventre recouvert de grandes écailles n’est plus la corne d’abondance de la flottille étaploise. Il est péché d’Octobre à Décembre le long de nos côtes. Le dicton affirme :’’ A la toussaint, hareng plein’’. Il s’agit du hareng ‘’bouvar’’, les femelles sont prêtes à frayer. La ponte effectuée, le poisson est vide il est dénommé hareng ‘’gais’’.

             Le hareng est présent dans les mers froides où il se déplace en grand banc compact. Le Jour ils vivent en eaux profondes, la nuit ils se rapprochent de la surface.         

Charles CROS en a fait un poème :

LE HARENG SAUR

Il était un grand mur blanc, nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle, haute, haute, haute,
Et par terre un hareng saur, sec, sec, sec.

Il vient, tenant dans ses mains, sales, sales, sales,
Un manteau lourd, un grand clou, pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle, gros, gros, gros.

Alors il monte à l’échelle, haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu, toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc, nu, nu, nu.

Il laisse aller le marteau qui tombe, qui tombe, qui tombe,
Attache au clou la ficelle, longue, longue, longue,
Et, au bout, le hareng saur, sec, sec, sec.

Il redescend de l’échelle, haute, haute, haute,
L’emporte avec le marteau, lourd, lourd, lourd,
Et puis, il s’en va ailleurs, loin, loin, loin.

Et depuis, le hareng saur, sec, sec, sec,
Au bout de cette ficelle, longue, longue, longue,
Très lentement se balance, toujours, toujours, toujours.

J’ai composé cette histoire, simple, simple, simple,
Pour mettre en fureur les gens graves, graves, graves,
Et amuser les enfants petits, petits, petits.

 

CHARLES CROS

POURQUOI LE HARENG ROI ?

Depuis des lustres, il a marqué les mémoires : Haeran, haring ou Héring, pour tous, il est le Hareng Roi. Facile à conserver, ce prince de la mer a permis d’éviter la famine sur le littoral.

            Dès le moyen âge, le hareng est le produit de la mer le plus consommé, il est l’aliment essentiel les jours de Carême et d’abstinence qui représentent plus de 150 jours à cette époque. Ce poisson sert de monnaie d’échange dans les ports de pêche.

 Le hareng devient accessible au plus grand nombre par son prix bas rendu possible grâce au procédé de caque inventé par le hollandais Willem Beukelzoom vers 1380.

            La caque ?

La caque est une barrique où l’on entasse le hareng salé. A Etaples nos parents utilisaient une cruche en grès.

Avant d’être encaqué, le hareng est vidé et salé. Seul le pancréas demeure en place celui-ci continue de secréter des enzymes qui contribuent à préserver et à rendre plus goûteuse la chair du poisson.

            Comment est-il-péché ?   

Traditionnellement, le hareng se pêche au moyen de filet maillant dérivant. L’évolution des bateaux de pêche permet d’embarquer des tésures. Les tésures sont des ensembles de filets dérivants mis bout à bout, elles peuvent atteindre plusieurs kilomètres.

Au début du XXe siècle la motorisation des chalutiers favorise la pêche au chalut de fond à grande ouverture qui laissera la place au chalut pélagique.

La surexploitation du Hareng débouche sur une crise qui éclate dans les années 1970. Une réglementation draconienne met fin à la ‘’moisson’’ de la mer, aujourd’hui l’apport du hareng est marginal.

Comment est-il transporté ?

Avant le rail et la route, L’acheminement du poisson vers les grands centres urbains est effectué par le Chasse marée, ancêtre du transporteur d’aujourd’hui. Le transport s’effectue par la mer ou par la terre

1.    Par la mer, des bateaux rapides relient les grandes cités portuaires : les premières autoroutes de la mer.

2.    Par la route, c’est un attelage de six  chevaux qui tirent une longue charrette avec ridelles montée sur deux grandes roues. Cet équipage se déplace à une moyenne de 14 Km/h.

Depuis 1991, l’évocation de la route historique des Chasses Marées est organisée au départ de Boulogne sur mer.

            Les Anglais, vers 709, ont proclamé ROI le Hareng. Durant tout le moyen âge il est le poisson de l’église. Dans la cité des pêcheurs, il était toujours fêté avant de procéder à sa moisson. La réglementation, la raréfaction de ce seigneur mais aussi le changement de comportement du consommateur ont failli mettre un terme à la fête, grâce à l’action des Bons ‘’Z ‘’Enfants d’Etaples la tradition se perpétue : Le HARENG ROI est honoré chaque année aux mois de Novembre.

   

 

Partager cet article
Repost0