Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 16:14

Lors du conseil municipal du 13 Mars 2017, Les édiles Etaploises ont donné leur accord pour la réintégration au sein de l’église Saint Michel du triptyque qui narre les péripéties d’une famille de la marine étaploise en route pour le pèlerinage à Saint jacques de Compostelle situé dans la province de la Corogne en Espagne.

Cette trilogie «du miracle de trois pèlerins allant à Saint Jacques», du XIXème siècle, est composée de douze panneaux bois peints au XVIIème siècle. Il a été classé monument historique le 1er Février 1911.

Auparavant, le triptyque était exposé dans l’église Saint Michel qui était située prés de la place Jeanne d’Arc, il intègrera l’église actuelle dans les années 1960 puis il sera exposé, en 2009, au château-musée de Boulogne. Depuis, l’œuvre est conservée dans les réserves du Musée Quentovic…

Que raconte cette légende ?

Le voyage, sur les chemins qui mènent à Saint Jacques, d’une famille de notre marine composée du père, de la mère et du fils. Le trio a quitté les bords de Canche depuis plusieurs mois. Après avoir franchi les montagnes pyrénéennes, il décide de faire une halte dans une auberge.

Dans cette hostellerie se trouve une servante qui tombe sous le charme du fils de notre famille. Malgré les nombreuses avances de la jeune fille, notre jeunes étaplois demeure impassible. Econduite, la gente fille décide de se venger…

La nuit venue, la soubrette, profitant du sommeil de la famille, dissimule une coupe en argent dans leurs bagages. Au petit matin, elle s’empresse de dénoncer «le voleur»… Reconnu coupable, notre jeune étaplois est immédiatement condamné.

Dépité, les parents continuent leur pèlerinage vers Compostelle avec l’espoir que le fils bienaimé échappe à la condamnation suprême.

Lors d’une halte dans les dépendances d’une église, un étrange miracle se produit. Un coq et une poule caquettent, les bavardages se font l’écho des circonstances qui ont fait condamner leur gamin. Revigorés, les parents rebroussent chemin accompagnés d’un magistrat. Ils sont persuadés que justice sera faite, l’innocence de l’enfant chéri sera reconnu.

Parvenus à l’auberge, ils trouvent la servante occupée à rôtir un coq et une poule. Alors qu’elle nie les faits qui lui sont reprochés, un second miracle se produit : les volatiles reprennent vie et racontent les méfaits de la domestique. Effrayée, la coquine reconnait les faits, elle est, aussitôt, condamnée à être brulée.

Ragaillardi, le trio reprend le chemin de Saint Jacques afin d’effectuer leur action de grâce et de consacrer leur fils à Dieu.

Les Etaplois pourront-ils découvrir prochainement cette légende ? Il faut 810€ pour la remettre en place, les caisses de la commune étant exsangues…

Partager cet article

Repost 0
jean-pierre antoine
commenter cet article

commentaires