Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 16:05

La règle s’applique à tous, le conseil municipal s’est réuni le Mercredi 11 Avril à 17h salle des mariages.

Suite à la foire d’empoigne qui a opposé Majorité et opposition Philippe FAIT a tenu à accorder une absolution équivoque au ‘’Tonitruant sage petit canard’’. Ensuite, il nous a informés du départ précipité de l’adjointe aux finances. Naturellement, la raison officielle invoquée pour cette démission n’a rien à voir avec les incidents du dernier conseil municipal.

Personnellement, je pense que l’adjointe aux finances a refusé d’avaler son chapeau face aux incohérences budgétaires qui lui étaient imposées.

Le budget est régi par les principes d’annualité, d’unité, de sincérité et d’équilibre. Je considère que le budget qui a été présenté au conseil municipal n’est pas sincère. S’il était exécuté en l’état, le début d’assainissement des finances engagé par l’adjointe démissionnaire serait anéanti en une année.

La pauvreté du projet politique de la majorité, installe durablement la paupérisation au sein de la cité.

Tout d’abord, La population étaploise décroit régulièrement depuis 2012, nous sommes aujourd’hui 11 296 contre 11 656 en 2012. Le portrait de notre cité par l’observatoire des Territoires nous apprend que 401 logements seraient vacants. La population est jeune et défavorisée. La commune enregistre une tendance à la hausse du vieillissement (les 60-74 ans représentent 15,6% et les 75ans et plus 7,4%). Le chômage avec un taux de 20% est très supérieur aux moyennes nationales.

65% des foyers étaplois ne contribuent pas à l’impôt sur le revenu. De fait, les recettes fiscales de la commune sont basses par rapport à la moyenne des villes de 10 000 à 20 000 habitants.

Localement, la situation économique et sociale a de forte probabilité de perdurer dans le temps. Faut-il baisser les bras ? Certainement pas, à condition d’insuffler une véritable volonté de servir la population.

La section de fonctionnement s’équilibre en recettes et en dépenses à 16 524 461€. Deux anomalies majeures déstructurent l’ensemble budgétaire : les charges de personnel et frais assimilés qui progressent de 741 000€ et le remboursement de l’annuité de la dette qui augmente de 693 000€. Sur ces sujets, les explications de la majorité sont vasouillardes et embarrassées.

L’indice de rigidité (charges de personnel+annuité de la dette/dépenses réelles de fonctionnement) 0,71 est supérieur au seuil d’alerte qui se situe à 0,65. Cette indication met en évidence une faible marge de la section de fonctionnement qui ne permet pas de dégager les moyens nécessaires à la bonne gestion de la commune.

La section d’investissement s’élève à 4 365305€ dont la charge principale est le remboursement de la part en capital de 1 700 000€ (39% du budget).

La réduction de la dette était nécessaire, pour autant, elle ne devait pas influer et aggraver les déséquilibres structurels de la section de fonctionnement. Ce désordre financier ne permet pas au personnel communal de gérer une situation pour laquelle les moyens ne sont pas mis à sa disposition.

La politique menée par la majorité appauvrit la cité et ne prépare pas l’avenir.

Partager cet article

Repost 0
jean-pierre antoine
commenter cet article

commentaires