Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:49

De part sa position géographique, Etaples se tourne, naturellement, vers la mer. Dès le paléolithique, la présence humaine est attestée sur les bords de l’estuaire de la Canche. Plus tard, après la conquête romaine, une bourgade de pêcheurs s’installe au Nord d’Etaples… Le désintérêt des majorités successives pour la richesse patrimoniale maritime m’interroge.

La voix du Nord a relaté le « gros gâchis du Virgo Maria ». Ce gâchis ne se limite pas à la casse de ce chalutier, il faut ajouter la maison de pêcheur de la rue sans sens, la fermeture du Musée Quentovic, l’annexion du chantier naval ‘’Leprêtre’’, le devenir de Maréis. Le triptyque, classé, relatant le pèlerinage à Compostelle qui reste remisé pour une sombre histoire de monnaie… L’ensemble de ces dossiers a été fortement subventionné (Etat, Europe, Région et département). Certes, tout ce chaos n’est pas le fait exclusif de Philippe FAIT, Les troubles se sont installés, perfidement, en 1997, ils ont été actés par les majorités successives.

L’abandon du Club Nautique de la Canche qui fut la plus importante base de voile au Nord de Paris et le désarmement, probable en 2017, du Ville d’Etaples complètent cette gabegie.

Cactus sur le gâteau, le projet départemental de musée des peintres de la côte d’Opale est reporté sine die.

L’histoire d’Etaples s’est forgée autour de la Baie de Canche, nos racines sont agricole et, mais surtout, maritime. Les ressources tirées de la pêche sont la source et l’expression du développement de notre cité. Ce mariage avec la mer est l’héritage que nous devons transmettre.

La culture est un investissement nécessaire au renouveau d’Étaples, elle ne doit pas se limiter à des effets de manche. A Étaples, la tendance est de privilégier l’événementiel, qui permet d’amuser le bon peuple, par rapport aux actions de fond.

Face à la crise ‘’supposée’’ des finances communales, la culture est menacée d’asphyxie. Cependant, au moment de l’attentat de Nice qui blesse, à nouveau, notre pays, seule une culture partagée, transmise, créera ce lien dont nous avons besoin pour nous réunir.

Etaples dispose d’un réseau associatif culturel, patrimonial, de mémoire et naturel, musical, d’arts plastiques, de musées et d’une bibliothèque. Cette densité de l’offre, incomplète bien sûr, a ces limites ; Une extension outrancière et démagogique des outils culturels met en péril l’existant qui risque de brouiller les repères.

Nous devons, d’abord, tirer tout l’essentiel de l’éventail culturel existant. Le ‘’cloche-merle’’ dessert, une fois encore, l’image de la commune. Il faut pour Etaples une véritable politique de vulgarisation et de valorisation du patrimoine qui aidera l’économie du tourisme culturel.

Le patrimoine maritime est un élément central de l’attractivité d’Etaples. Notre histoire avec la mer demeure un atout essentiel pour notre influence et notre rayonnement au sein de l’agglomération du Montreuillois. La construction de l’outil culturel, en dehors de la dimension budgétaire, nécessite d’organiser le décloisonnement entre toutes celles et tout ceux qui, bénévolement, œuvre pour la diffusion de cette richesse maritime. Monsieur Philippe FAIT, L’initiative culturelle ne se limite pas à deux ou trois élus de votre obédience, vous devez accepter et reconnaitre que l’activité des uns et des autres ne se limite pas à la politique politicienne. Etaples souffre trop des difficultés sociales et économiques.

Pour faire gagner Etaples, il est nécessaire de rassembler les énergies et d’organiser des collaborations nouvelles entre la collectivité et les acteurs associatifs comme particuliers. La culture est l’affaire de TOUS. Redonnons, ensemble, les moyens d’agir et de construire un nouvel élan au patrimoine maritime.

Partager cet article

Repost 0
jean-pierre antoine
commenter cet article

commentaires