Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 14:10

Le Centre Communal d’Action social, en particulier le Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile, traverse une période de turpitudes qui nuit à la bonne qualité du service rendu aux personnes bénéficières des aides pour les actes de la vie quotidienne.

Le dévouement, des agents sociaux qui assument cette tâche, tourne au cauchemar à cause d’une gestion calamiteuse des ressources humaines.

En raison des spécificités des services d’aides et d’accompagnement à domicile (SAAD), le temps de travail est organisé dans le cadre de cycles annuels dans le respect du pourcentage d’heures fixé dans le contrat de travail. La rémunération versée au salarié doit correspondre au minimum au temps de travail définit dans l’arrêté de nomination ou dans le contrat de travail quelque soit la durée de travail effectué. Les heures supplémentaires ou complémentaires sont à récupérer. Elles sont compensées par l’octroi de repos compensateur. Les plannings réajustés, chaque mois, permettent de lisser le temps de travail de chaque agent.

Le CCAS fait table rase du règlement spécifique. Il remet en cause le mode de rémunération des aides à domicile au prétexte qu’il n'y a « pas de sou ». Pendant le même temps, le Maire et les adjoints majorent leurs indemnités de 9% (une enveloppe de 15 000€ supplémentaire au budget de fonctionnement de la commune).

Le chômage de masse étaplois et les prétendues faiblesses financières de la collectivité n’autorisent pas des pratiques d’un autre âge. La mauvaise gestion des heures de présence est imputable au service des ressources humaines, le personnel n’a pas à subir le laxisme de cette bureaucratie.

Certes, le budget du CCAS affiche un déficit de 1 068 000€ pour l’année 2015. Ce manque provient essentiellement de la gestion des maisons de vie et de la résidence sociale « la passerelle ». Le remboursement des salaires et charges du personnel mis à la disposition du CCAS n’a pas d’incidence sur le budget, il s’agit d’un jeu d’écriture entre le budget ville et celui du CCAS.

Soucieux des deniers publics mais aussi de l’importance de l’action sociale dans la cité, J’ai souhaité lors du Débat d’Orientation Budgétaire que la commission à l’action sociale et à la santé, qui ne s’est jamais réunie, puisse débattre sur le sujet…

Partager cet article

Repost 0
jean-pierre antoine
commenter cet article

commentaires

Christian 26/04/2016 13:54

Je comprend pas, ma femme est titulaire, elle va pas gagné moins meme si elle fait pas ces heures ?