Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:37

La place du Général De Gaulle, la rue de Rosamel étaient le lieu de passage obligé des étaplois et des touristes. Petit à petit le dynamisme commercial s’est érodé, la fréquentation de ces artères centrales a diminué. Aujourd’hui, malgré la volonté des commerçants, les affaires sont de plus en plus difficiles.

La réalisation d’une halle commerciale à proximité de l’ancien cimetière et d’un hypothétique hypermarché qui se situerait entre Valéo et la pépinière d’entreprise ne sont pas à la hauteur des enjeux. La majorité municipale ne prend pas la peine de réfléchir sur le fond. Une attitude de naufrage économique, en quelque sorte.

Autre sujet qui illustre le manque de réflexion, le millésime 2013 de la population légale, entré en vigueur le 1er janvier 2016, a un gout amer : la commune a perdu 513 habitants de la population municipale depuis 2008. Depuis le 01 Janvier 2013, la population municipale étaploise évaluée par l’INSEE s’élève a 11 158 habitants et 134 personnes comptées à part (La population comptée à part comprend certaines personnes dont la résidence habituelle (au sens du décret) est dans une autre commune mais qui ont conservé une résidence sur le territoire de la commune).

L’INSEE ne précise pas le profil des personnes qui ont quitté la commune. Légitimement, nous pouvons imaginer qu’il s’agit de jeunes diplômés à la recherche d’un emploi, d’une migration de familles qui souhaitent investir dans une primo acquisition… Il semblerait que tout soit fait pour tirer vers le bas le tissu social de la commune.

Les choix du Maire, approuvés par la majorité, sont les responsables de cette situation.

La Construction de 160 logements nouveaux dans l’emprise d’Opalopolis, c’est pour la municipalité des taxes d’habitation supplémentaires pour le budget. En réalité, il s’agit d’un transfert de population et d’un accueil de nouveaux résidants qui ne comblent pas les départs et, ils viendront, en partie, augmenter les dépenses du CCAS (le déficit du CCAS s’élève, en 2015, à 1 068 000€).

Pour palier à la déficience commerciale et à la diminution récurrente de la population, il faudrait accompagner la réalisation du pôle gare d’une rénovation conséquente du centre ville. Cette politique de métamorphose du centre historique aurait l’avantage d’économiser l’espace et d’être en harmonie avec l’investissement portuaire du Département. Mais, c’est une autre histoire !

Partager cet article

Repost 0
jean-pierre antoine
commenter cet article

commentaires